Flandre intérieure

Eaux

Dernier ajout : 13 octobre 2015.

Synthèse des pressions régionales exercées sur les eaux Une dépendance vis-à-vis des eaux souterraines, des enjeux forts de reconquête de qualité des eaux superficielles, de gestion des risques d’inondation (principalement sur la Lys), et de préservation des zones humides.

Eso2La vulnérabilité des eaux souterraines est faible du fait de la présence des argiles des Flandres qui protègent les aquifères. Toutefois, l’accessibilité à l’eau potable est une thématique importante car une grande part de la ressource est acheminée depuis les territoires voisins. Il y a donc un enjeu de gestion économe des eaux souterraines. Les prélèvements dans la nappe sur ce territoire sont de l’ordre de 14 millions de m3 en 2012 (2,6 % des prélèvements régionaux) [1].

Esu1La préservation et l’amélioration de la qualité des eaux superficielles constituent des enjeux forts en Flandre Intérieure. Effectivement, l’ensemble des cours d’eau, Lys, Canal d’Hazebrouck, Grande Becque, présentent un mauvais état écologique 2012-2013.
De plus, des prélèvements sont effectués dans l’Yser pour produire de l’eau potable en Belgique, ce qui induit un enjeu de gouvernance en terme de coopération transfrontalière. Cet usage a conduit à la création d’une zone à enjeu eau potable sur les communes présentes dans le bassin versant de l’Yser et couvrant 34,5 % du territoire du SCOT? de Flandres intérieure. L’assainissement est complexe, sur un territoire à la fois rural et argileux (ce qui limite de fait les capacités à infiltrer les eaux).

Esu3La présence de nombreuses zones humides est avérée, principalement le long des cours d’eau et dans la forêt de Nieppe.

Esu4Des risques d’inondations par débordements de cours d’eau sont importants, notamment au sein de la plaine de la Lys. Les zones d’inondations constatées couvrent de larges surfaces sur la moitié sud de la Flandre-Intérieure.

[1AEAP

  • Des enjeux multiples liés à l’eau