Synthèse des enjeux liés aux paysages

Dernier ajout : 3 mai.

État des lieux

21 grands paysages diversifiés en région

La région possède des paysages variés malgré la faible ampleur du relief, qui sont dus à une diversité géologique.

Des paysages régionaux diversifiés
Des paysages régionaux diversifiés

Les 21 grands paysages régionaux ont chacun leur identité propre, géomorphologique et historique. Ils sont perçus par les populations comme une unité à part entière.

Les 21 paysages régionaux sont répartis dans trois unités d’enjeux :
- Les paysages de l’eau (8 grands paysages) avec le littoral, les plaines alluviales… ;
- Les paysages agrimétropolitains (4 grands paysages) et des richesses patrimoniales historiques ;
- Les paysages des belvédères (9 grands paysages) avec leurs points de vue, leurs bocages…

Des « territoires d’exception » au sens de la convention du patrimoine mondial couvrent près de 20 % de la surface régionale :
- Le grand site de France des deux caps : cap blanc nez, cap gris nez ;
- L’opération grand site des dunes de Flandre maritime ;
- Le marais Audomarois « Man and Biosphere » ;
- Le Bassin Minier inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO? (qui constitue un atout pour le changement de perception et de reconnaissance).

104 sites sont protégés (53 sites classés et 51 sites inscrits), soit 2 % du territoire régional.

3 parcs naturels régionaux :
- PNR Scarpe - Escaut ;
- PNR des Caps et Marais d’Opale ;
- PNR de l’Avesnois.
Les surfaces de plusieurs paysages remarquables ont régressé au cours des dernières décennies. C’est notamment le cas des bocages et des prairies des plaines alluviales.

Sur certains secteurs le paysage est localement dégradé : dépôts sauvages, friches ou zones anciennes (commerciales, industrielles, mixtes…) non requalifiées, absence de règles d’urbanisme pour certaines communes (hors RNU)…

Pressions

Les pressions subies peuvent être significatives ou plus limitées selon les unités paysagères. Globalement, on peut distinguer trois types de pressions sur les paysages :
- La dégradation : processus par lequel les qualités intrinsèques d’un paysage diminuent sous l’effet de pressions humaines ou naturelles ;
- La banalisation des paysages : perte pour un paysage de tout caractère distinctif en raison de l’effacement de ses caractères particuliers ;
- La déstructuration des paysages : disparition des structures paysagères composant et organisant un paysage particulier (ex. disparition du réseau de haies dans un paysage bocager).

En région, on peut retenir les pressions suivantes :
- Perte d’identité urbanistique et paysagère en lien avec l’effet cumulé des pratiques individuelles et/ou en l’absence de règlement d’urbanisme adapté ;
- Changement de système de production agricole impliquant parfois une diminution du pâturage et de l’élevage, la déstructuration du réseau de haies, la délocalisation des bâtiments agricoles isolés dans le paysage ;
- Consommation d’espaces par l’urbanisation (logements, équipements, commerces, services, industrie…). Fermeture des horizons visuels et des coupures d’urbanisation ;
- Dispersion d’équipements et d’infrastructures avec parfois une mauvaise intégration globale au paysage (quand plusieurs projets sont réalisés sans mise en cohérence paysagère d’ensemble) : lignes électriques, antennes-relais, éoliennes, friches commerciales, paysages commerciaux en entrée de ville, infrastructures de transport et leurs aménagements connexes, infrastructures énergétiques ;
- Affichage publicitaire non maîtrisé ;
- Développement d’habitations en particulier sur le littoral ou par zones uniformisées ;
- Fréquentation importante de certains sites touristiques (résidences secondaires, campings, habitations légères de loisirs, etc.).

Résultats

- Perte d’identité urbanistique et paysagère ;
- Régression des surfaces de plusieurs paysages remarquables au cours des dernières décennies. C’est notamment le cas des bocages et des prairies des plaines alluviales ou de certains milieux du littoral ;
- Existence de secteurs où le paysage est localement dégradé (déprise?, dépôts sauvages, friches non requalifiées).

Enjeux
à perdre ou à gagner}

P1Des paysages patrimoniaux préservés et restaurés en fonction d’objectifs définis localement

P2Des paysages ordinaires reconquis

P3Une attractivité du territoire pérenne liée à des paysages de qualité

P4Un cadre de vie agréable pour les habitants

Marges de progrès

- Faire du paysage le support des projets du territoire
- Sensibilisation permettant à tous de devenir acteurs du paysage
- Restauration et requalification des paysages
- Limitation de la déstructuration, de la dégradation et de la banalisation des paysages

Documents cadres

Voir la liste des documents cadres

  • Synthèse des enjeux liés aux paysages

Synthèse des enjeux liés aux paysages