Opportunités de développement économique liées au meilleur usage des matériaux

Dernier ajout : 9 octobre 2015.

Ressources matières : de nouvelles opportunités de développement économique sont liées à l’économie circulaire

L’économie circulaire a pour objectif de préserver les ressources et couvre plusieurs notions :
- L’éco-conception, reposant sur l’analyse du cycle de vie des produits, de leur conception à leur fin de vie en passant par leur usage ;
- L’allongement de la durée du cycle de vie des produits ;
- La réparabilité, le réemploi, le reconditionnement ;
- Le recyclage ;
- L’écologie industrielle et territoriale, qui consiste notamment à réutiliser les sous-produits des uns (matière ou énergie) qui peuvent devenir les ressources des autres au sein d’un même territoire ;
- Et naturellement les achats et la consommation responsables de la part des citoyens.

L’allongement de la durée du cycle de vie des produits doit être pris en compte dès la conception des produits, à ce titre cette notion relève de l’éco-conception. Mais elle doit également être suivie par les producteurs/revendeurs après conception : allongement de la garantie des produits, développement de l’« économie de fonctionnalité » prévue par le Plan National de Prévention des Déchets (PNPD) 2014-2020 : location d’un bien pour un usage (le producteur reste propriétaire et responsable du produit) plutôt que la vente du bien. De cette façon le producteur est plus concerné par l’allongement de la durée de vie du bien, comme par sa réparabilité. L’économie de la fonctionnalité renvoie également à la notion de besoin : de quelle façon le service ou le produit proposé apporte une réponse adaptée aux besoins réels de l’usager ?

Toutes ces activités conduisent à de nouveaux leviers de développement économique avec mutation et création d’emplois à la clé. En effet, l’entreprise y gagne en sortant de la concurrence classique (qui demande beaucoup de volume et des prix serrés) pour s’engager dans une garantie de performance et offrir une solution nouvelle. Elle en tire ainsi un avantage concurrentiel. La collectivité y gagne aussi car l’entreprise tient compte des externalités négatives de son activité sur l’environnement et peut également être amenée à créer des emplois non délocalisables sur le territoire en lien avec sa nouvelle offre « servicielle ».

À titre d’exemple, l’étude réalisée en 2012 par le cabinet ADEO pour le C2RP (Centre Régional de Ressources Pédagogiques et de développement de la qualité de la formation) évalue le potentiel de création d’emplois dans le secteur du recyclage à 2 400 entre 2011 et 2020 en région (pour les filières BTP, bois, VHU (véhicules hors d’usage), DEEE? (déchets d’équipements électriques et électroniques), textiles et ameublement).

Le Nord Pas-de-Calais occupe le 3ème rang en termes de nombre d’établissements et de salariés du secteur du recyclage en France, ce qui témoigne du dynamisme économique local.

C’est fort d’une culture industrielle historique et en faisant depuis plus de 10 ans du recyclage un secteur prioritaire, que TEAM2 et le CD2E (cf. également les enjeux de connaissance des ressources matières) entendent renforcer le positionnement de la région sur ce marché d’avenir pour se positionner comme le principal producteur en Europe de métaux stratégiques et terres rares de récupération.

En effet, les déchets urbains sont devenus des « mines » de matériaux précieux, tels le zinc, l’indium, le tantale, le germanium, indispensables à l’ère de la haute technologie (écran plat, téléphone portable), et qui pourtant s’épuisent inexorablement. On trouve 30 à 40 g d’or par tonne de carte riche de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) et 3 à 4 g d’or par tonne de résidus de voitures broyées, contre moins de 1 g par tonne dans les mines australiennes.

Le pôle de compétitivité TEAM2 est le seul en France à travailler sur ces nouveaux recyclages. Avec le pôle d’excellence régional CD2E, il structure et fédère un écosystème qui ne cesse de se densifier : une dizaine de sites industriels tels que Terra Nova, Nyrstar, Rerytech, Befesa,Valera, Nexans ou Recyco comptent déjà plus de 500 emplois directs (une centaine à créer dans les 5 ans). Ce vivier constitue le fer de lance d’une économie régionale qui peut basculer progressivement dans l’économie circulaire avec plus de 200 acteurs directement concernés.

Zoom1

Les processus globaux de l’écologie industrielle et territoriale, ou comment dégager des synergies territoriales pour réduire les coûts et les pressions sur l’environnement.

1. L'EIT comme stratégie de réduction de la vulnérabilité économique, sociale et environnementale des territoires
L’EIT comme stratégie de réduction de la vulnérabilité économique, sociale et environnementale des territoires

L’Écologie Industrielle et Territoriale (EIT) répond parfaitement à l’enjeu de transition écologique des territoires par son approche innovante, systémique et transversale d’optimisation des flux de matières (eau, déchets et énergie). L’écologie industrielle et territoriale « appliquée », a pour objectif un passage à l’action, c’est-à-dire la mise en place de synergies et mutualisations entre plusieurs acteurs économiques voire avec des collectivités. L’EIT se développe fortement depuis une dizaine d’années partout dans le monde. En France, une cinquantaine d’initiatives territoriales sont aujourd’hui recensées, sans compter les projets qui « en font sans le savoir » [1]

En région, ECOPAL fait partie des premières initiatives françaises en matière d’Écologie Industrielle et Territoriale. Depuis sa création en 2001, l’association Ecopal aide un réseau de plus de 200 entreprises du bassin dunkerquois rassemblées autour de la même volonté : favoriser le développement durable en créant des synergies écologiques entre les industries de la région. La collecte des déchets a été le premier terrain d’intervention d’Ecopal auprès des entreprises. En leur proposant un service entièrement gratuit de mutualisation et d’optimisation des collectes, l’association leur permet de réaliser de substantielles économies sur le coût de traitement et de valorisation des déchets. Ecopal propose également une offre en conseil sur les questions environnementales et réglementaires.

La bourse déchets mise en place par le CD2E est une interface d’échange régionale entre acheteurs de matières premières secondaires et producteurs de déchets. Elle permet de dégager des synergies : réduction des coûts et réemploi des matériaux.

[1CGDD, MeDDE

zoom2

LE RELAIS, par exemple, est leader de la valorisation textile en France : cette entreprise à but socio-économique crée des emplois (plus de 2 400 à ce jour) en trouvant des débouchés originaux aux déchets textiles. Sa plus récente innovation s’appelle Métisse® : un matériau isolant de haute performance en fibres de coton recyclé.

ROLL-GOM, entreprise de Tilloy-les-Mofflaines (près d’Arras), transforme chaque année 4 millions de pneus usagés en roues de manutention en caoutchouc recyclé. Elle est un modèle d’économie circulaire et un savoir-faire unique en Europe : grâce à sa technologie de pointe, elle recycle plus de 10 % du tonnage des pneus usagers collectés en France. 14 millions de pièces sortent ainsi de l’usine chaque année, dont 60 % sont vendus à l’export. Une fois hors d’usage, les roues de manutention pourront être valorisées à nouveau en sols d’aires de sports ou de jeux notamment.

  • Metisse®, dernière innovation du Relais, où quand les vieux jeans isolent les maisons !

    Source : Troisième Révolution Industrielle en marche, CCI et Région NPdC

  • Les vieux pneus, matières premières pour Roll-Gom

    Source : Troisième Révolution Industrielle en marche, CCI et Région NPdC

En savoir plus