Ondes

Dernier ajout : 2 mai 2013.

Les ondes font partie de notre environnement

Souvent invisibles, les ondes sont omniprésentes dans notre environnement, avec toutefois de grandes disparités locales.
Elles sont utiles, nous permettent de communiquer (les ondes sonores, les ondes lumineuses), de télé-communiquer (les ondes électromagnétiques) et bien d’autres services technologiques (les ondes électromagnétiques à nouveau, la radioactivité).
Toutes sont présentes à l’état naturel. L’intervention humaine les a renforcées par endroit, parfois à dessein, parfois de façon indirecte.
Les ondes sont tantôt perçues comme un vecteur de communication, tantôt comme une gêne, tantôt comme une intrusion invisible.
À l’exception de la radioactivité, étudiée depuis longtemps, les effets sur la santé et l’environnement du bruit, des ondes électromagnétiques ou de la lumière sont encore assez mal connus : la connaissance de l’intensité de leur présence reste souvent approximative. Néanmoins, un important travail d’acquisition de connaissance sanitaire et/ou cartographique est engagé depuis les dernières décennies.

Les différents types d’ondes et leurs unités de mesure

Le bruit est généré par la propagation d’ondes de pressions, dites acoustiques, dans l’air et d’autres milieux liquides ou solides. La vitesse et l’intensité de la propagation dépend des matériaux traversés par les ondes ou sur lesquels elles se réfléchissent.
Le bruit est caractérisé par sa durée, sa longueur d’onde (en Hertz : Hz, c’est elle qui différencie les notes de musique), la forme du signal (c’est elle qui permet par exemple de reconnaitre les instruments de musique) et son intensité (en décibels : dB).

Le bruit est perçu par l’oreille, organe complexe et fragile. Lorsque l’on tient compte de la sensibilité de l’oreille humaine, le niveau sonore est mesuré en dB(A). Facteur de stress ou de fatigue, il influe sur la santé de l’organisme, y compris à des niveaux ne présentant pas de risque auditif.

Les rayonnements électromagnétiques sont des propagations d’ondes électromagnétiques. L’intensité d’un champ magnétique est mesurée en tesla (T), et celle d’un champ électrique en volt par mètre (V/m). On distingue, en fonction de leur fréquence (1 Hz = 1 oscillation par seconde), les rayonnements non ionisants (soleil, four à micro-ondes, téléphone portable, lignes électrique à haute tension) des rayonnements ionisants (certains rayonnements ultraviolets, rayons X, rayons Gamma). Ceux-ci transportent suffisamment d’énergie pour provoquer des modifications des molécules de la matière vivante.
Ces rayonnements, liés à la présence de champs électromagnétiques, sont perçus par le corps entier, même si seules les ondes lumineuses sont détectées, par les yeux.

Lorsqu’un rayonnement ionisant pénètre dans la matière, il lui transfère de l’énergie : c’est l’irradiation. Une unité témoigne de l’addition des irradiations pour un même organisme et permet de mesurer le risque : le Sievert (Sv).

Les matières qui émettent des rayonnements ionisants sont dites radioactives : leur niveau de radioactivité s’exprime en Becquerels (Bq), un Becquerel correspondant à une désintégration par seconde. Ce niveau s’atténue avec le temps, dans des proportions variables.

Dispositif national de surveillance et de mesure de l’exposition du public aux ondes

Depuis le 1er janvier 2014, un nouveau dispositif de surveillance et de mesure de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques est opérationnel.

Géré par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), il offre la possibilité à tout citoyen de faire réaliser gratuitement une mesure de son exposition dans son logement ou dans des lieux publics.

Les résultats des mesures sont ensuite rendus publics par l’ANFR sur le site cartoradio.fr, et les maires sont informés des résultats de toute mesure réalisée sur le territoire de leur commune, quel qu’en soit le demandeur, au moyen d’une fiche de synthèse.

Des informations détaillées sur le fonctionnement de ce dispositif sont disponibles sur le site internet du Ministère ainsi que dans la note d’information de la DGPR du 1er octobre 2014.

Cette note précise également les contours de la campagne nationale de mesure de l’exposition aux ondes lancée par le Ministère en mai 2014. En complément de cette note, sont également disponibles la liste des communes ainsi que la liste des gares SNCF qui feront l’objet d’une mesure d’ici la fin de l’année.