Opportunités de développement économique via notamment la transition énergétique

Dernier ajout : 3 mai.

Notre rapport aux milieux et ressources de notre environnement peut être revisité sous l’angle du développement économique et de la création d’emplois selon plusieurs axes (non exhaustifs) :
- Transition énergétique et opportunités économiques locales ;
- Économie de ressources et gain de compétitivité dans les entreprises et les transports ;
- Économie circulaire ;
- Attractivité territoriale via notamment des solutions énergétiques et un cadre de vie agréable.

La transition énergétique comme opportunité économique locale

L’énergie en région représente en activité principale 5 900 établissements et près de 41 400 emplois salariés, et en activité secondaire 2 700 établissements supplémentaires, soit 23 543 salariés [1].

La rénovation énergétique des bâtiments, l’efficacité énergétique des process, le développement des énergies renouvelables ou encore les modes d’organisation et de déplacement plus sobres en énergie impliquent une forte mobilisation des entreprises qui apportent des solutions dans ces domaines.

L’énergie est une filière porteuse et qui le restera durablement au regard des investissements en cours qui positionnent la région pour les 20 ou 30 prochaines années. Pour faciliter l’intégration des énergies renouvelables et au-delà de la seule production d’énergie, des grands chantiers émergent sur la réalisation de réseaux de chaleur, de réseaux électriques intelligents ou de solutions de stockage de l’énergie. La transition énergétique ne fait que débuter notamment pour les transports et le BTP, et offre des perspectives de développement particulièrement fortes, dans des secteurs historiquement conséquents en région.

L’émergence de nouvelles technologies sera notamment un moteur important du développement de la filière dans les prochaines années. On le voit bien dans le graphique ci-contre qui positionne les technologies citées par les entreprises en fonction de la maturité des marchés. Il existe de nombreuses technologies qui arrivent (Smart grid, sels fondus, etc.) dont les plus avancées comme l’éolien terrestre, ont déjà un poids non négligeable dans l’économie régionale.

Éoliens offshore ou terrestre, développement de la filière biométhane, stockage de l’hydrogène, véhicules électriques, smart grids, les projets en cours de développement ne manquent pas et la filière énergie pourrait encore bien se tenir en 2015. Le marché de l’efficacité énergétique devrait continuer à monter en puissance dans les années à venir (rénovations de bâtiments, optimisation des équipements dans l’industrie, etc.).

De plus en plus d’acteurs intègrent le développement économique dans leurs politiques, plans et programmes liés à la transition énergétique. À titre d’illustration, de nombreuses collectivités prévoient un axe de développement économique dans leur plan climat énergie territorial. La Région et la CCI de Région Nord de France co-pilotent la démarche « Troisième Révolution Industrielle » dont le projet est de devenir, à l’horizon 2050, l’une des premières régions au monde à basculer complètement dans l’ère post-carbone. Ce projet implique une réduction de 60 % de la consommation énergétique globale et le développement simultané des énergies renouvelables. Dans ce cadre, le développement de la filière énergie est stratégique pour la région.

Économie de ressources, autonomie et gain de compétitivité dans les entreprises

Consommer moins de ressources, c’est faire des économies. Cela se traduit pour les entreprises par des gains de compétitivité. C’est notamment le cas pour les économies d’eau et l’efficacité énergétique. Bon nombre d’améliorations en matière d’efficacité énergétique se traduisent donc par des gains économiques et environnementaux.

Or la facture énergétique est un critère de compétitivité économique. L’industrie représente 47,3 % du budget énergétique régional contre 21 % pour la France (étant donnés les secteurs énergivores que sont la sidérurgie, la chimie, le verre, etc.). Sa consommation énergétique a très légèrement régressé entre 2010 et 2011 (- 0,1 %), mais la facture énergétique a progressé de 5,3 %. La maîtrise du prix de l’énergie apparaît ainsi comme un enjeu sensible pour le secteur industriel.

Par ailleurs, les entreprises du secteur tertiaire sont également concernées par la hausse du budget énergie (+ 4 %) et toutes les entreprises sont impactées par la hausse de l’énergie dans les transports [2].

La dépendance énergétique induit une vulnérabilité pour les entreprises quand les prix augmentent. Plus une entreprise produit sa propre énergie, moins elle est vulnérable aux variations de prix.

Le développement des activités de rénovation énergétique des bâtiments et de renouvellement des équipements de chauffage non performants sont également des leviers majeurs pour diminuer les consommations énergétiques, améliorer la qualité de l’air et créer de l’emploi (voir également l’enjeu Ae1).

La rénovation énergétique représente un gain potentiel de 46 105 emplois entre 2011 et 2020 pour le résidentiel et le tertiaire selon l’« Étude sur les gisements et les mutations d’emplois liés à l’économie verte en Nord Pas-de-Calais » [3], sans compter les emplois qui pourraient se développer encore davantage pour le renouvellement des équipements de chauffage.

L’exploitation des énergies renouvelables est source de valeur ajoutée et de créations d’emplois significatives et durables en région.
Les opportunités économiques sont liées notamment aux études préalables, à la conception et à la fabrication d’équipements, ainsi qu’à l’installation, l’exploitation et l’entretien des unités de production. L’étude réalisée en 2012 par le cabinet ADEO pour le C2RP (Centre Régional de Ressources Pédagogiques et de développement de la qualité de la formation) évalue le potentiel de création d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables à + 1 700 emplois entre 2011 et 2020 en région.

Par exemple, s’agissant de l’éolien, la région dispose d’atouts importants pour l’éolien terrestre mais également l’éolien en mer. Sur ce dernier, les études montrent un potentiel jusque 1 GW au large des côtes de la région. Des réflexions sont en cours afin de développer des parcs en mer. De tels projets sont générateurs d’emplois locaux dans les activités d’assemblage et de maintenance et pourraient favoriser l’émergence d’une filière industrielle nationale et internationale.

[1CCI et INSEE

[2Observatoire Climat NPdC

[3C2RP – 2012

  • Les établissements de production de la filière énergie

    L’énergie, filière historiquement forte en région
    Même si la filière apparaît très structurée autour des grands opérateurs historiques, un développement important d’opérateurs alternatifs contribue à modifier la structure des marchés et crée une dynamique de développement particulièrement intéressante
    Source : CCI

  • Les nouvelles technologies, gisement d’emploi et d’économie

    Source : Horizon Eco NPdC, Nov 2014,
    CCI de Région Nord de France

  • L’exemple de l’installation de panneaux photovoltaïques chez Renault Douai et MCA Maubeuge

    Les parkings de livraison sont recouverts depuis 2012 par 170 000 m2 de panneaux photovoltaïques, représentant la surface de 24 terrains de football et développant une puissance de 24 MW. Il s’agit de la plus grande installation de ce type au monde dans le secteur automobile.
    (Source : Troisième Révolution Industrielle en Marche, CCI, Région NPdC)

  • L’éolien offshore pourrait presque doubler la puissance installée en énergie éolienne, et lancer une filière industrielle dédiée.

    Source : Troisième Révolution Industrielle en Marche, CCI, Région NPdC