Ménages

Dernier ajout : 3 mai.

Les chiffres sociaux et économiques clés en région :
- 4,052 millions d’habitants début 2013 ;
- 1,622 millions de ménages en 2011 ;
- 2,4 personnes en moyenne par logement en 2011 (2,6 en 1999) ;
- Revenu médian par unité de consommation : 16 794 € en 2011 ;
- 145 236 salariés dans les services aux particuliers en 2012 ;
- 123 857 salariés dans le secteur associatif en 2008.

Les principales contributions des ménages aux enjeux environnementaux en Nord Pas-de-Calais

Synthèse des pressions régionales exercées sur les sols Enjeux sols

Afin de répondre à des besoins croissants en logements, l’urbanisation à vocation habitat engendre une consommation foncière importante. L’urbain bâti à vocation habitat pur représente ainsi 32 % des surfaces artificialisées en 2009. Il s’agit du principal contributeur de consommation foncière, avec une progression de 487 ha/an entre 1998 et 2009. L’enjeu de gestion optimisée des sols est donc étroitement lié à l’habitat.

De plus, les ménages jouent également un rôle important en matière de préservation et d’amélioration de la qualité des sols :

- Les particuliers contribuent à la pollution des sols, des cours d’eau et des nappes, par l’usage de pesticides : ils consomment en effet 86 % des pesticides utilisés non agricoles, pour un total de 8 000 tonnes au niveau national en 2000 [1] ;

- Le traitement des eaux usées des ménages en stations d’épuration urbaines produit des boues, épandues sur les terres agricoles : 39 400 tonnes ont été épandues sur 1 % de la surface agricole utile en 2012. Ces sous-produits, contrôlés, sont considérés comme des amendements agricoles.

Synthèse des pressions régionales exercées sur les eaux Enjeux eaux

Les eaux usées des ménages constituent la principale source de pollution organique des milieux aquatiques et des nappes. Elles contribuent également fortement aux autres pollutions de ces milieux (phosphore, azote…) :

- 5,8 % des logements ne sont pas raccordés à un réseau et sont sans assainissement en 2008 (pour une moyenne nationale de 1,8 %) ;
- 80 % des logements avec assainissement individuel ont une installation défectueuse ;
- Les pertes sur les réseaux d’assainissement collectif sont estimées à 25 % : elles sont à l’origine de flux de pollution bien plus importants que les rejets des stations d’épuration (exemple pour la DBO5? en 2012 : flux de 2 250 tonnes par jour pour les rejets de stations d’épuration, 17 400 tonnes par jour pour les pertes dans les réseaux [2]).

Par ailleurs, concernant la gestion économe de la ressource en eau souterraine, 81 % des volumes prélevés dans les nappes en 2011 sont destinés aux usages domestiques.

Enfin, les ménages sont particulièrement concernés par l’enjeu de non aggravation des inondations et de leurs effets :
- L’imperméabilisation des voiries, parking et surfaces bâties à vocation habitat augmente les volumes d’eaux pluviales à gérer ;

- Les nouvelles constructions en zone inondable et remblais? associés induisent très généralement une aggravation des inondations.

Les 2/3 des communes du Nord Pas-de-Calais ont connu des inondations ces 30 dernières années.

Synthèse des pressions régionales exercées sur l’air et le climat Enjeux air

Les ménages sont parmi les premiers responsables de la qualité de l’air extérieur car ils sont à l’origine d’émissions directes de polluants dans l’air, principalement générées par le chauffage de leurs logements et leurs déplacements.

Au sein des logements, les émissions du secteur résidentiel ont été estimées conjointement au secteur tertiaire. Ils sont responsables de :
- 27,1 % des émissions de particules fines dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres (PM 10), ce qui fait des ménages le contributeur n°2 en la matière à l’échelle régionale ;
- 41,6 % des émissions des particules fines dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres (PM 2,5), ce qui place les ménages au premier rang des contributeurs régionaux pour ce type de poussière très nocive pour la santé ;
- 52,1 % des émissions de Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP?), qui polluent ensuite les sols et les eaux suites à leurs retombées atmosphériques : les ménages sont le contributeur n°1 dans la région.

Par leurs déplacements, les véhicules particuliers émettent près de 18 % des PM 10 du secteur des transports.

L’amélioration de la qualité de l’air intérieur est également un enjeu très fort pour les ménages et leur santé. Chaque citoyen peut jouer un rôle actif : en choisissant d’utiliser des matériaux et produits émettant moins de polluants volatils (produits d’entretien, peintures, ameublements et matériaux de construction…), en aérant et en entretenant la maison. Cela permet de diminuer les concentrations en polluants volatils, mais aussi d’éliminer les acariens ou les poils d’animaux allergisants.

Évolution du climat Enjeux évolution du climat

Les ménages sont à l’origine d’émissions directes de gaz à effet de serre (GES?) qui sont en hausse :
- Le logement représente 14 % des émissions de GES en 2011, à travers le chauffage, l’éclairage, la cuisson, et les équipements électriques divers. C’est le contributeur n°3 des émissions directes dans la région, après l’industrie et les transports. Les émissions qui y sont liées ont connu une hausse de 12 % entre 1990 et 2011 ;

- Les déplacements de personnes engendrent 10 % des émissions de GES régionales, l’augmentation s’explique par un taux d’équipement en véhicules des ménages et des déplacements en voitures qui augmentent.

À cela s’ajoutent les émissions indirectes, importées via les produits achetés et fabriqués hors région.

Synthèse des pressions régionales exercées sur la biodiversité et les milieux naturels Enjeux biodiversité

L’urbanisation à vocation habitat contribue à la réduction de surface des milieux naturels (cf. enjeu sol).

Les particuliers sont par ailleurs susceptibles d’introduire des espèces exotiques végétales et animales envahissantes dans les jardins. A l’inverse, ils peuvent mettre en œuvre un aménagement et une gestion écologiques de leurs jardins, et ainsi agir pour développer la biodiversité.

Synthèse des pressions exercées sur les paysages Enjeux paysagers

Selon le type d’habitat et les pratiques individuelles, des paysages ordinaires peuvent être reconquis, ou au contraire dégradés, impactant notablement le cadre de vie. La standardisation des modes constructifs induit souvent une perte d’identité paysagère tout comme les rénovations et les aménagements privés quand ils ne prennent pas en compte les spécificités architecturales locales.

Synthèse des ondes générées en région Enjeux ondes

Les équipements et la vie des ménages émettent de nombreuses ondes, notamment :
- Par l’usage des appareils électriques et de télécommunications (téléphone mobile, wifi…) produisant des ondes électromagnétiques ;

- Par l’usage d’appareils bruyants.

Ressources Ressources énergétiques

Les ménages consomment de l’énergie :
- Pour leur logement (chauffage, eau chaude, cuisson, appareils électriques, éclairage…) ce qui correspond à 21 % des consommations régionales en 2011, et en fait le deuxième contributeur à l’échelle régionale (en augmentation de 11 % entre 1990 et 2011) ;

- Pour leurs déplacements.

Les particuliers peuvent aussi contribuer à la production d’énergie renouvelables par l’installation d’équipements spécifiques : solaire thermique, panneaux photovoltaïques, chaudière biomasse?, géothermie…

Les enjeux liés aux ressources matières Ressources matières

L’urbanisation à vocation habitat contribue à la réduction de surface des milieux agricoles (cf. enjeu sol).

Les ménages produisent également des déchets : environ 625 kg par an et par habitant, pour un total de près de 2,5 millions de tonnes de déchets en 2011. Chaque citoyen a un rôle à jouer dans le choix des produits (moins d’emballage), le réemploi, la réutilisation, le compostage et le tri des déchets.

[1UIPP

[2estimation DREAL

  • Les principaux enjeux auxquels participent les ménages