Synthèse des enjeux liés aux ondes

Dernier ajout : 6 octobre 2015.

État des lieux et pressions

Les ondes font partie de notre environnement

Souvent invisibles, les ondes sont omniprésentes dans notre environnement, avec toutefois de grandes disparités locales.

Toutes sont présentes à l’état naturel. L’intervention humaine les a renforcées par endroit, parfois à dessein, parfois de façon indirecte.

À l’exception de la radioactivité, étudiée depuis longtemps, les effets sur la santé et l’environnement du bruit, des ondes électromagnétiques ou de la lumière sont encore assez mal connus : la connaissance de l’intensité de leur présence reste souvent approximative.

Ondes électromagnétiques : 1 518 mesures réalisées depuis 2001 en région, sans dépassement de valeurs limites. Quelques interrogations subsistent sur les effets à long terme de ces champs.

On assiste à une montée en puissance des appareils de télécommunication (portable, wifi, 4G, fibre, antennes relais) avec peu de recul sur la situation : 2 861 antennes relais étaient autorisées fin 2013 en région.

Ondes radioactives : chaque année, plus de 20 000 analyses sont réalisées dans la région pour établir l’état radiologique de l’environnement. En 2012, la centrale nucléaire de Gravelines a rejeté 22 GBq de carbone 14 dans ses effluents liquides, soit environ 2 % du plafond réglementaire de 900 GBq.

La surveillance de la radioactivité dans l’air, l’eau, le sol ainsi que dans la faune, la flore et les aliments, n’identifie aucun dépassement des valeurs réglementaires en 2012.

Depuis 2009, des études d’exposition des populations et des mesures dans les eaux ont été conduites sur les 17 terrils à radioactivité naturelle renforcée. [1] de la région (15 terrils de cendres et 2 terrils de phosphogypse). Ces analyses mettent en évidence un impact radiologique négligeable.

Toutefois, dans le domaine de l’imagerie médicale (radiologie, scanographie), une augmentation importante des doses délivrées aux patients est observée à l’échelon national (avec une exposition médicale de 1,3 mSv/an en 2007, en augmentation de 57 % par rapport à 2002 (ARS)).

Ondes lumineuses : ensoleillement régional inférieur à la moyenne nationale (1050 kWh/m²/an en région pour 1350 en France). Les sources de lumière artificielle nocturne modifient profondément le comportement de certaines espèces. Cette lumière est due :
- À l’éclairage publicitaire, aux commerces et services ;
- À l’éclairage des infrastructures et espaces bâtis ;
- À l’éclairage des espaces publics, conforté voire renforcé par la lutte contre le sentiment d’insécurité.

La nuit, on observe un arc de pollution lumineuse intense et continu depuis l’Audomarois jusqu’au nord de l’Avesnois, mais également sur le littoral.
En lien direct avec sa forte densité de population et son territoire très urbanisé, la pollution lumineuse est particulièrement marquée dans le Nord Pas-de-Calais.

Ondes sonores : l’exposition est importante en région (forte urbanisation associée à un maillage important des infrastructures de transports). La connaissance des niveaux d’exposition est en train de se constituer.

L’impact de niveaux sonores élevés (supérieurs à 85 dB) n’est plus à démontrer sur l’homme. Des effets sur la santé peuvent être constatés : gêne, perturbation du sommeil, stress… Les impacts du niveau sonore sur la biodiversité sont, quant à eux, mal appréhendés mais existent néanmoins.

La région cumule 767 km de linéaire d’infrastructures de transport classées en catégorie 1 au regard de leur niveau sonore, répartis entre 40 % pour les infrastructures routières et 60 % pour les infrastructures ferroviaires. Cette catégorie 1 correspond aux infrastructures les plus bruyantes. La largeur maximale des secteurs affectés par le bruit est alors de 300 m de part et d’autre de l’infrastructure.
L’activité du fret ferroviaire participe au niveau élevé des émissions sonores en période nocturne, variables selon la distance aux infrastructures et la fréquence de passage.
Les émissions sonores domestiques peuvent également être importantes (casques audio, concerts, etc.).

[1Quand la radioactivité naturelle est renforcée artificiellement

Résultats

- Nuisances sonores ressenties par 40 % de la population, principalement dues aux transports et au voisinage ;
- Perte d’audition moyenne observée de 11 dB chez les lycéens ;
- Pollution lumineuse nocive pour la biodiversité.
Une connaissance en cours d’acquisition concernant le niveau d’exposition à ces différents types d’ondes et leurs impacts potentiels.

Enjeux à perdre ou à gagner

O1 L’assurance d’une exposition aux ondes sans effet sur la santé
- Bruit
- Radioactivité
- Électromagnétisme
- Lumière

O2 Diminution de la pollution lumineuse

Marges de progrès

- Amélioration de la connaissance des niveaux d’exposition et des effets sur la santé humaine
- Maîtrise des sources d’émissions d’ondes radioactives
- Diminution de la pollution sonore et de l’exposition au bruit
- Maîtrise des sources d’émissions d’ondes électromagnétiques
- Diminution de la pollution lumineuse

  • Synthèse des enjeux liés aux ondes

Synthèse des enjeux liés aux ondes