Les réseaux d’infrastructures fragmentent les espaces

Dernier ajout : 10 juillet 2013.

La présence d’infrastructures de transports occasionne pour le territoire des pressions importantes sur l’organisation de l’espace et ses composantes humaines et naturelles : emprises, obstacles physiques, émissions de bruit, impacts sur la biodiversité et les paysages…

Une fragmentation conséquente du territoire, préjudiciable à la biodiversité

Le territoire régional est quadrillé par un maillage dense de voies de communication qui fragmente des espaces naturels et agricoles, en formant parfois des barrières infranchissables pour la plupart des espèces animales à déplacement terrestre. Les autoroutes et routes nationales (821 km en région), les voies ferrées (surtout à grande vitesse) et les canaux aux berges artificialisées compartimentent ainsi les espaces naturels régionaux.

À cette fragmentation s’ajoutent les conséquences d’une régression de milieux plus ou moins naturels en raison de leur artificialisation.

Les accotements des infrastructures et les délaissés constituent des emprises linéaires non négligeables dont l’intérêt pour la biodiversité est très variable : limité en cas de gestion inadaptée (coupes fréquentes, usage de produits phytosanitaires, etc.), cet intérêt peut croître dès lors que des mesures d’aménagement et de gestion favorables à la biodiversité sont mises en place (prairie de fauche tardive, bande boisée diversifiée, mare et milieu humide?…).

Zoom1

Le transport de marchandises et de personnes occasionne l’introduction d’espèces non indigènes voire de maladies.

Le transport maritime participe majoritairement à l’introduction d’espèces non indigènes (flore et faune d’origine extérieure à notre région). Dans la sous-région Manche - Mer du Nord, sur les 141 espèces non indigènes recensées, 21 % semblent résulter des activités maritimes [1].
Les ports, aéroports, gares, etc. sont connus des épidémiologistes comme les principales portes d’entrée pour les maladies émergentes. La région est située dans une zone ouest-européenne caractérisée par une très forte déclaration d’émergences de maladies nouvelles [2].

[1Source : AAMP-IFremer

[2Source : Sénat, 2011

  • Ouvrages de transport fragmentant les continuités écologiques terrestres
  • Exemple de passage à faune pour limiter la fragmentation des espaces
    Source : DREAL