La sylviculture : un fort potentiel pour préserver l’environnement

Dernier ajout : 3 février 2014.

La forêt peut rendre de nombreux services : production de bois, protection des sols, demande sociale forte associée aux loisirs, maintien de la biodiversité et absorption de Gaz à Effet de Serre (GES?). Selon l’objectif prioritaire assigné à la forêt, les pressions sur l’environnement diffèrent.

Le mode de gestion de la forêt influe directement sur la biodiversité :

- Un itinéraire de gestion sylvicole, favorisant des arbres de classes d’âge et des strates différentes, mené de façon dynamique avec une variété importante d’essences sera riche en biodiversité si le peuplement est adapté à sa localisation (sol, climat…) ;
- En revanche, certaines pratiques telles la plantation à
essence unique sur des milieux remarquables (prairies ou fonds de vallées humides) et les rotations courtes de boisements mono-spécifiques induiront une perte de biodiversité.

Au final, environ 70 % des forêts de la région sont classées en zone d’intérêt écologique floristique et faunistique.
Par ailleurs, le bois issu de forêts gérées durablement est une ressource renouvelable.

Les peupleraies font l’objet de débats en termes de biodiversité, naturalité et maintien de la qualité des paysages.

Les surfaces des peupleraies ont peu évolué entre 1989 et 2009 et représentent 10 % de la surface forestière. Il s’agit de peuplements artificiels, en alignements réguliers, constitués d’une seule et même essence avec des cycles d’exploitation courts. Les peupleraies ont parfois été substituées à des végétations naturelles d’intérêt patrimonial majeur comme les prairies de fauche alluviales ou certaines végétations caractéristiques de zones humides et marais, entraînant une perte de biodiversité.

Les peupleraies existantes peuvent néanmoins constituer des corridors écologiques.

Zoom1

Vers une forêt de mieux en mieux gérée :

- Plus de 50 % des propriétés font l’objet d’un document dit de gestion
"durable" (100 % des forêts publiques, et 45 % des forêts privées) (CRPF? 2012) ;
- L’évolution de la surface forestière bénéficiant d’une garantie de gestion durable est en constante augmentation de l’ordre de 3 % par an ;
- 46 % de la surface forestière soit 48 800 hectares sont certifiées PEFC?* en 2010 (ORB? 2010), aucun massif n’est actuellement certifié FSC?*.
*cf. Glossaire

Zoom2

Le saviez vous ?

La gestion forestière ou sylviculture consiste à assurer le renouvellement des forêts, en produisant des arbres de bonnes qualités technologiques pour de nombreux usages, tout en respectant un bon équilibre écologique et en assurant la pérennité des peuplements.

  • Des boisements très fragmentés constitués de 10 % de peupleraies en 2009

    ORB NPdC d’après SIgale, 2012

  • Types de gestion durable et surfaces associées en 2009 en NPDC

    CRPF