Lens - Liévin - Hénin - Carvin

Ondes

Dernier ajout : 13 octobre 2015.

Synthèse des ondes générées en région Une vulnérabilité forte du territoire liée à la densité de population et aux nombreuses sources de bruit et d’ondes électromagnétiques.

Le territoire est traversé par de nombreux axes de transports routiers et ferroviaires, certains générateurs de nuisances sonores [1] :

  • 33 communes sont concernées par des infrastructures classées en catégorie 1 (A1, A21, A26, voies ferrées Lens-Don Sainghin-Lille, Arras-Lens-Dunkerque), c’est à dire où les secteurs affectés par le bruit sont compris dans une largeur de 300 m de part et d’autre de l’infrastructure ;
  • 18 communes sont concernées par des infrastructures classées en catégorie 2 (RN17, RN43 et RN47, RD301, RD947, voie ferrée Lens-Douai-Valenciennes) (largeur d’effet de 250 m maximum) ;
  • 39 communes sont concernées par des infrastructures classées en catégorie 3 (largeur d’effet de 100 m maximum).

Au total, environ 100 000 personnes seraient situées dans des secteurs soumis au bruit, à l’échelle des agglomérations de Lens-Liévin et d’Hénin-Carvin.

L’ensemble du Bassin Minier dispose de très nombreuses antennes relais, dans des secteurs où la densité de population est importante. De nombreuses lignes à haute tension sont également présentes, principalement des lignes de 225 kV.

Enfin, le territoire fait partie des plus émetteurs en termes de pollution lumineuse dans la région, bien au delà des coeurs de ville.

[1SCOT

  • Les différentes sources d’ondes