Lens - Liévin - Hénin - Carvin

Climat

Dernier ajout : 3 mai.

Évolution du climat Des enjeux climatiques liés aux inondations et aux îlots de chaleur.

Le territoire émet 2 551 kteqCO2/an [1] soient 3,6 % des émissions régionales (qui sont fortement influencées par les émissions industrielles dunkerquoises).

Les secteurs principalement émetteurs de gaz à effet de serre sont l’industrie, puis le résidentiel, avec de nombreux logements anciens, et les transports (forte densité d’infrastructures et trafic important).

Les incidences attendues du changement climatique sur le territoire sont :

  • Une aggravation du risque d’inondation, par ruissellement, notamment en cas de dysfonctionnement des pompes de relevage ;
  • Une augmentation des îlots de chaleur urbains dans ce secteur fortement artificialisé, si un aménagement du territoire en vue de résorber ces îlots n’est pas engagé (place des espaces verts et de l’eau de surface en ville…).

[1Atmo 2010

En savoir plus

Suggestions:Pour en savoir plus sur les consommations énergétiques http://www.observatoire-climat-npdc.org/fr/les-indicateurs/consommation-dénergie Les Communautés d’Agglomération Hénin-Carvin, du Douaisis et la Communauté de communes OSARTIS-Marquion ont créé un Etablissement Public, le SYMEVAD, ayant pour tâche de concevoir et de mettre en oeuvre une politique ambitieuse redéfinissant les équipements de traitement des déchets sur ces trois territoires. Les activités principales du SYMEVAD sont les suivantes : - La gestion du traitement des déchets collectés dans les trois agglomérations membres ; - L’organisation et la mise en œuvre d’une nouvelle politique de valorisation des déchets ménagers, à travers le développement et la réalisation de nouveaux équipements performants et respectueux de l’environnement ; - La réduction des déchets à la source par la prévention de la production des déchets, en mettant en oeuvre une politique très volontariste de sensibilisation de tous les publics. Pour remplacer son Usine d’Incinération des Ordures Ménagères (UIOM) construite en 1972, le SYMEVAD a fait le choix d’une technologie innovante : une unité de Tri Valorisation Matière et Energie (TVME). Son ouverture est prévue pour 2015. Il s’agira d’une unité de traitement de 100 000 tonnes de capacité par an, 76 000 tonnes d’ordures ménagères, 4 000 tonnes de refus de tri de la collecte sélective et 20 000 tonnes d’encombrants issus des déchèteries. Les concepteurs sont partis d’un postulat : les déchets ménagers résiduels qui échappent au tri sélectif réalisé par le particulier recèlent encore un vrai potentiel énergétique qu’il “suffit” d’extraire. Il s’agit donc de récupérer la totalité des matières premières et ressources énergétiques contenues notamment dans les déchets de cuisine. Ainsi au fil de plusieurs transformations, les déchets ménagers entrés dans cette usine de valorisation en sortent soit sous la forme de gaz biométhane, soit de produits valorisables classiques, soit transformés en un combustible de substitution aux énergies fossiles classiques appelé CSR (qui sera utilisé dans les fours des cimenteries régionales ou à proximité en Belgique). Seuls 20% des déchets entrants finiront en décharge. Le biométhane produit sera racheté par GDF SUEZ et injecté dans le réseau “gaz de ville” (près de 2,5 millions de m3/an). Source : www.symevad.org Le SYMEVAD, lauréat de l’appel à projets territoire zéro gaspillage, zéro déchets Le 31 juillet 2014, Ségolène Royal a lancé l’appel à projets « territoires zéro gaspillage, zéro déchet ». Le SYMEVAD a été retenu avec son dossier concernant non seulement les déchets ménagers mais aussi les déchets issus des entreprises et des administrations. Les objectifs de la démarche sont les suivants : - Réduire toutes les sources de gaspillage, - Donner une seconde vie aux produits, - Recycler tout ce qui est recyclable. Ainsi, d’ici 2017, le SYMEVAD s’est engagé à : - Réduire de 7 % la production de Déchets Ménagers et Assimilés (DMA), ce qui correspond à 15 124 tonnes évitées. - Atteindre 70 % de valorisation matière (recyclage et compostage) en 2017. A titre de comparaison, la future règlementation (loi de transition énergétique) devrait imposer 60 % en 2025. - Réduire de 81 % la mise en décharge d’ici 2017. A titre de comparaison, la future règlementation (loi de transition énergétique) devrait imposer - 50 % d’ici 2025. - Atteindre 26 % de valorisation énergétique performante (méthanisation et préparation de combustibles de substitution). En outre, le SYMEVAD mènera également un travail d’accompagnement et de développement des initiatives propices à la mise en œuvre d’une économie circulaire et d’une dynamique d’écologie industrielle. Source : www.symevad.org