Distribution et commerce : des pressions au niveau des magasins et tout au long de la chaine logistique

Dernier ajout : 13 mai 2014.

L’impact de la grande distribution sur l’environnement se situe non seulement au niveau du magasin (consommation d’espace, production de déchets, consommation d’eau, consommation d’énergie) mais aussi tout au long de la chaîne logistique? depuis le lieu de production de la marchandise, importée ou non, jusqu’au magasin approché par le client, très souvent par un déplacement automobile, ou aux livraisons à domicile réalisées bien souvent en camionnette.

Consommations et productions d’énergie Une consommation d’énergie importante

L’énergie demeure le premier poste de dépenses de fonctionnement de la grande distribution. La consommation moyenne d’énergie d’une grande surface à dominante alimentaire se situe aujourd’hui entre 800 et 900 kWh par m2

(Impact de la grande distribution sur l’environnement, JM Beauvais).
L’essentiel de la consommation d’énergie des magasins et entrepôts est lié au chauffage et à l’électricité spécifique. Au sein de la consommation d’électricité spécifique, les usages éclairage, froid alimentaire et climatisation sont majoritaires, représentant respectivement 35 %, 34 % et 18 % de la consommation d’électricité spécifique (ADEME).

Cette consommation a fortement augmenté suite, notamment, à la forte hausse de la consommation de surgelés. Cette dernière a plus que doublé entre 1980 et 2000.

Synthèse des pressions régionales exercées sur les eaux Les enseignes de la grande distribution sont d’importants utilisateurs d’eau, en particulier les hypermarchés avec environ 1 m3 d’eau par an par m2 de surface (Impact de la grande distribution sur l’environnement, JM Beauvais).

Parmi les déchets générés par la distribution, les déchets d’emballage (cartons, plastiques, films étirables, cagettes, palettes…) représentent un poste majeur avec 52 % des déchets produits, dont 67 % de papiers-cartons.

En France, la consommation de sacs plastique a diminué de 70 %, passant de 10,5 milliards d’unités distribuées en 2002 à 3,1 milliards en 2006 [1].

[1ADEME Distribution

Zoom1

Des consommations d’énergie et émissions de GES? fortement dépendantes du type de commerce et des déplacements associés
Selon la localisation de la grande surface (en périphérie ou en centre-ville) et le mode d’approvisionnement des clients (livraison à domicile ou courses en magasin), les pressions générées varient beaucoup (Source : ADEME Distribution niveau français) :
- S’approvisionner en banlieue à 10 km en voiture consomme 30 fois plus d’énergie et émet 70 fois plus de CO2 que si on se rend à pied dans un supermarché de proximité (500m).
- Si on choisit de se faire livrer à domicile, l’écart avec l’hypermarché de banlieue se réduit : 7 fois moins de consommation d’énergie, et 10 fois moins d’émissions de CO2.

Zoom2

Quelques informations complémentaires

Ecolabels : une augmentation d’environ 10 % du volume des ventes en 2010 (FCD).

Les produits bio ont affiché une croissance annuelle en 2010 de plus de 20 %, avec des pics de 50 à 70 % dans certaines enseignes (FCD).

La ’’saisonnalité" (consommer des produits de saison) et la "proximité" (consommer des produits locaux) permettent de diminuer les pressions.

Un potentiel photovoltaïque important : les toits des espaces commerciaux représenteraient 20 millions de m2 utilisables pour y installer des panneaux solaires.

  • Répartition des consommations d’énergie de la branche commerce par usage

    Source : Ceren 2007

  • L’énergie consommée est variable selon le type de magasin

    Exemple du Yaourt
    Selon le type de magasin, la consommation énergétique en usine de fabrication ou dans la chaine logistique est sensiblement constante. La différence se fait sur le type de magasin (le E-Commerce a alors des consommations moindres) et sur les trajets du client (les proxi génèrent alors moins d’émissions liées aux déplacements des clients).
    *gep : gramme équivalent pétrole par kilogramme de yaourt ou de jean.
    Sources : étude INRETS, chaînes logistiques et consommation d’énergie :
    cas du yaourt et du jean, 2005, Rizet et Keita.

  • La quantité d’énergie dépensée pour la fabrication d’un jean dépend de sa provenance

    La provenance des produits est un facteur important de pression : à titre d’exemple, pour un jean, les émissions de GES peuvent plus que doubler selon qu’il est fabriqué en Ouzbekistan ou en Egypte, la part du transport représentant entre 50 % et 80 % des émissions.
    *gep : gramme équivalent pétrole par kilogramme de yaourt ou de jean.
    Sources : étude INRETS, chaînes logistiques et consommation d’énergie :
    cas du yaourt et du jean, 2005, Rizet et Keita.