Distribution et commerce : des emprises foncières qui augmentent plus fortement que la consommation des ménages

Dernier ajout : 10 juillet 2013.

La distribution, qui a connu une croissance très rapide depuis les années 1970, est actuellement en pleine mutation (drive, internet, commerces de proximité). Les surfaces commerciales ont progressé plus vite que le chiffre d’affaire généré.

La grande distribution [1] joue un rôle majeur en raison de son emprise foncière et des flux qu’elle génère. Depuis plusieurs années, on assiste à une augmentation de la taille moyenne des surfaces commerciales notamment en périphérie des villes.

Ce secteur a impliqué de nombreuses mutations dans les comportements d’achat, comme en témoignent quelques chiffres nationaux (ADEME Distribution niveau Français) :
- 67 % des ventes de produits alimentaires sont effectuées en hypermarchés et supermarchés, contre à peine 13 % en 1970 ;
- 8,5 % des produits alimentaires sont vendus dans les petites alimentations générales et magasins de produits surgelés contre 35 % en 1970 ;
- 1 332 hypermarchés implantés en 2005 en France métropolitaine contre 1 038 en 1995 et 579 en 1985 (Impact de la grande distribution sur l’environnement, JM Beauvais).

Le Nord Pas-de-Calais, une des régions les plus équipées :

En 2010, la région dispose d’une surface de vente de plus de 400 m2 pour 4 773 habitants contre 5 333 en moyenne nationale [2].

Au niveau régional fin 2013, on recense 2 723 commerces de plus de 300 m2, pour près de 4 millions de m2.

Enfin, 13 hypermarchés de la région figurent dans le top 100 français des hypermarchés en surface [3].

[1Définition de l’INSEE, le secteur économique de la « Grande distribution » est constitué des hypermarchés et des entreprises dites du grand commerce spécialisé

[2INSEE 2010

[3CCI

Zoom1

Les projets commerciaux continuent.

En 2013, 51 projets commerciaux de 1000 m2 et plus, ont été autorisés par les Commissions Départementales d’Aménagement Commercial (CDAC?) de la région, soit 162 000 m2 de surfaces de vente supplémentaires (les parkings, entrepôts associés ne sont pas comptabilisés). Les 2/3 sont des créations pures [1].

En parallèle, le grand commerce connaît de nombreuses mutations en lien avec les nouvelles tendances de consommation : e-commerce, drive, nouveaux commerces alimentaires de proximité, etc. Les pressions liées à ces nouveaux usages ne sont aujourd’hui pas quantifiées.

[1CCI

  • Rythme d’autorisation des surfaces de vente en Commissions Départementales d’Aménagement Commercial (CDAC)
  • Des surfaces commerciales qui évoluent plus vite que les chiffres d’affaire

    Évolution du chiffre d’affaire, des surfaces et du rendement de quelques enseignes spécialisées (base 100 en 2000)
    Source : données Panorama - Retail trade dimensions 2001 et 2011,
    Retraitement P. Madry

  • Évolution des surfaces de vente autorisées en Commissions Départementales d’Aménagement Commercial (CDAC)

    Source : DDTM 59 et 62

  • Les 2/3 des drives en région ont vu le jour en 2012 et 2013.

    Les drives, apparus dans la région en 2004, s’imposent aujourd’hui comme un nouveau mode de consommation. En région, fin 2013, 131 drives étaient implantés (6 % des nationaux), dont 38 solos pour une surface de plus 40 000 m2 et 93 drives « accolés » (CCI).
    Source : CCI du Nord Pas-de-Calais

  • Le secteur de la distribution en France, Mai 2008
    Télécharger

    PDF - 397.5 ko