Des risques industriels très présents ; une production de déchets en baisse

Dernier ajout : 27 janvier 2014.

La région accueille de nombreuses installations à risque.

La région accueille de nombreuses installations à risque.

Dans le Nord Pas-de-Calais, il existe un lien historique et encore actuel entre dynamisme des territoires et présence industrielle. La proximité, voire l’imbrication, au sein du tissu urbain des activités et de l’habitat génère une problématique forte pour les risques anthropiques et technologiques.
Au 1er janvier 2014, la région comptait 74 établissements industriels en activité classés « SEVESO? » (seuil haut ou bas), soumis à des risques technologiques majeurs.

D’autres établissements, non SEVESO, sont également concernés par la gestion de risques particuliers : silos, dépôts d’engrais, nœuds d’infrastructures de transport (ports, parkings routiers, gares de triage par lesquels transitent des matières dangereuses).

De plus, la région est parcourue par 3 000 km de canalisations de transport de gaz, dont 2 100 km de gaz naturel, par lesquelles transitent près de 60 % de la consommation nationale.

Zoom1

Plus de 132 millions ont été investis par les industriels en faveur de l’environnement en région entre 2006 et 2008, soit 7,3 % des investissements de cette nature réalisés en France (source Antipol).

La politique de prévention des risques amène les industriels, sous le contrôle de l’administration, à réduire la probabilité d’accidents ou à en limiter la gravité. Notamment dans la région, 30 Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT?) doivent ainsi être élaborés autour de 41 établissements à risques classés SEVESO? seuil haut. 24 d’entre eux étaient approuvés et tous étaient prescrits au 1er janvier 2014.
 [1]

[1Un Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) peut traiter de plusieurs établissements à risque.

Zoom2

Une production de déchets conséquente, avec une valorisation importante des déchets non dangereux
La production totale de déchets industriels (incluant les déchets de l’industrie du déchet) déclarée par 718 exploitants en 2012 s’élève à 6 548 251 tonnes, comprenant 626 791 tonnes de déchets dangereux (9,6 %) et 5 921 460 tonnes de déchets non dangereux (90,4 %). La production régionale de déchets industriels déclarés en 2012 a diminué d’environ 7,2 % par rapport à 2011.
En 2012 toujours, la production de déchets dangereux par les industries, si l’on retire le secteur d’activité relatif au traitement des déchets, s’élève à 359 532 tonnes (sur les 626 791 tonnes évoquées ci-dessus), chiffre quasi stable (- 0,1 %) par rapport à 2011.

Zoom3

Synthèse des ondes générées en région

Industrie, ondes et bruit

Les nuisances sonores engendrées par le fonctionnement des installations classées sont réglementées par le code la santé publique et relèvent de la police du maire. Sur 3 ans, les plaintes reçues par la DREAL sont assez stables, de l’ordre d’une trentaine par an.
L’industrie génère également des ondes de toutes natures. Certaines sont détaillées dans le chapitre sur l’énergie.

Cartographie dynamique

À l'échelle régionale

  • Sites à risque technologiques

À l'échelle d'une commune

  • Sites à risque technologiques en Nord Pas-de-Calais
  • Répartition des accidents selon le niveau de gravité en région

    54 accidents ou incidents concernant une installation classée ont été recensés en 2013, un chiffre constant par rapport à 2012. Aucun de ces événements n’a eu de conséquences environnementales dépassant le niveau 2 sur l’échelle européenne des accidents industriels qui en comprend six.

  • Production et valorisation des déchets Une production de déchets conséquente, avec une valorisation importante des déchets non dangereux

    Évolution de la production de déchets industriels (hors industrie du déchet) et part valorisée

  • Investissements favorables à l’environnement dans les établissements industriels, France et région, 2006-2008

    Enquete Antipol

    Télécharger

    Excel - 8 ko