Production d’énergies non renouvelables : des rejets importants dans l’air mais des perspectives d’amélioration

Dernier ajout : 10 juillet 2013.

Les différents modes de production d’énergie présentent tous des spécificités, des atouts et des inconvénients, notamment en termes de coûts de production, d’usages potentiels et de sécurité d’approvisionnement énergétique mais aussi en terme de pressions sur l’environnement.

Synthèse des pressions régionales exercées sur l’air et le climat Bilans des émissions dans l’air des installations dédiées à la production d’énergie

Les émissions de ces installations, issues de la base de données GEREP? (déclarations annuelles des émissions polluantes), sont reprises dans les tableaux ci-joints. Si l’on retranche les émissions d’Arcelor Mittal (25 % des totaux), on constate que les installations dédiées à la production et à la transformation d’énergie représentent entre 30 % (pour le CO2) et 60 % (pour les particules) des émissions totales industrielles déclarées. Il faut noter que le reste des émissions provient également majoritairement de la production d’énergie mais que cette production est internalisée dans les process industriels et qu’elle n’est donc pas dissociable dans les émissions déclarées.

À production équivalente, une centrale thermique engendre globalement plus de polluants atmosphériques (SO2, PM10?, HAP?, NO2…) et de GES? qu’une centrale à cycle combiné gaz, qui est elle même plus polluante pour l’air qu’une centrale nucléaire (voir zoom ci-contre).

Les deux centrales thermiques au charbon figurent parmi les cinq plus gros émetteurs de GES et de polluants atmosphériques de la région. Elles seront toutes deux arrêtées ou remplacées d’ici fin 2015 par des centrales au gaz et des productions renouvelables, ce qui améliorera grandement les bilans d’émissions de CO2, de particules et de NOX de ces installations, en sus des améliorations permises par l’installation des meilleures techniques disponibles.

Synthèse des pressions régionales exercées sur les eaux Bilan des prélèvements et de rejets dans l’eau.

Le paramètre pour lequel la pression sur les milieux aquatiques est la plus importante est la température. Plusieurs degrés de différence amont-aval peuvent être constatés du fait du rejet d’eau ayant servi au refroidissement des installations (rejets continentaux ou en mer comme pour la centrale de Gravelines).

Production et valorisation des déchets Certains équipements produisent également des cendres qui peuvent être, pour partie et après traitement, valorisées sous forme de ciments, de remblais? routiers et de plâtres. Toutefois, des cendres non valorisées, présentant une toxicité certaine, sont encore présentes en grande quantité dans les sols et les milieux entourant les installations et dépôts historiques liés à cette activité.

Zoom1

L’énergie nucléaire :

Les centrales nucléaires n’émettent que de la vapeur d’eau dans l’air. Cependant elles présentent un risque potentiel important en cas de grave dysfonctionnement.

La production de déchets radioactifs représente une autre pression de ce type de production d’électricité : la quantité de déchets nucléaires est évaluée à environ 1 kg par habitant et par an sans compter le démantèlement en fin de vie des installations qui n’a pour le moment pas été chiffré. Leur radioactivité importante peut perdurer sur des milliers d’années. Les déchets de différentes natures sont séparés des matières énergétiques par retraitement et font l’objet d’un confinement et d’un entreposage qui visent à garantir l’absence de tout impact sur l’environnement. Ils sont ensuite entreposés dans des conditions de sûreté et de contrôle strictement encadrés.

Les rejets dans l’eau sont quant à eux négligeables au sein des rejets industriels dans leur ensemble (cf. fiche de synthèse Eau superficielle). En revanche, ils sont caractérisés par une température relativement élevée.

Zoom2

La production d’énergie par cogénération?

L’intérêt de cette technique de production d’énergie est d’avoir un rendement global supérieur aux chaufferies ou chaudières simples du fait d’une meilleure utilisation de la chaleur produite qui passe par une turbine générant de l’électricité.
La cogénération permet d’économiser entre 15 et 20 % d’énergie primaire par rapport à la production séparée de ces mêmes quantités de chaleur et d’électricité.
Il existe des cogénérations gaz, bois, biogaz et gaz "fatal" (ex : DK6 à Dunkerque), alimentant des réseaux de chaleur, des bâtiments tertiaire (hôpitaux) ou des process industriels.

L’énergie primaire est une énergie que l’on transforme avant consommation à l’inverse de l’énergie finale qui est l’énergie qui est consommée au bout de la chaîne de transformation. La production d’énergie consiste en fait la plupart du temps à transformer l’énergie primaire (gaz, charbon, pétrole, bois, uranium enrichi, vent, soleil) en énergie mécanique ou en électricité et/ou en chaleur.

Zoom3

Le saviez-vous ?
Des installations de production des collectivités alimentent des réseaux de chaleur.
À la suite des chocs pétroliers des années 70, les collectivités et les bailleurs (publics et privés) ont développé 25 réseaux de chaleur urbains alimentés par des installations de combustion (chaufferies généralement en cogénération?). L’intérêt de ces réseaux réside dans :
- Leur plus grande efficacité qu’une somme de chauffages individuels ;
- L’usage possible de sources d’énergies renouvelables (bois-énergie, biogaz…) ;
- Et la mise en place de systèmes de traitements performants des fumées rejetées.

  • Émissions de polluants et de GES des installations de production et transformation d’énergie

    Les émissions industrielles sont globalement issues de la combustion d’énergie. Ce graphe permet de différencier les installations dédiées à la production d’énergie qui n’alimentent pas uniquement l’industrie (réseaux de chaleur urbain, réseaux de distribution d’électricité…). Dans les autres cas la production d’énergie est intégrée au process de production qui la consomme directement en interne. À noter : une petite part des émissions de GES est néanmoins imputable à d’autres sources industrielles (solvants, chimie, transformation…)

  • Comparaison de la pollution atmosphérique générée par les différents types de centrales de production d’électricité

    Source : CITEPA 2003

  • à mettre dans les compléments et la version web