Pays du Ternois

Biodiversité

Dernier ajout : 3 mai.

Synthèse des pressions régionales exercées sur la biodiversité et les milieux naturels Des milieux patrimoniaux répartis sur tout le territoire et plus particulièrement des vallées et des corridors écologiques à préserver.

Malgré une artificialisation des sols relativement faible comparée à la région, les milieux naturels et semi-naturels n’occupent que 7,1 % de la surface du territoire. Le Ternois est très largement dominé par les grandes cultures qui ne laissent que peu de place aux espaces boisés, aux zones humides, etc. Près de 10,4 % du territoire sont des espaces à enjeux écologiques majeurs ou forts, soient 6 614 hectares.

Selon l’observatoire régional de la biodiversité, ces espaces à enjeux sont localisés essentiellement le long des cours d’eau (Authie, Canche et Ternoise), mais également dans les espaces boisés (bois de la Justice, d’Auxi-le-Château, de Saint-Michel-sur-Ternoise ou encore de Pernes) ou encore sur les coteaux crayeux de Pernes et de Vieil-Eps à Boyaval. Les surfaces à enjeux majeurs sont principalement composées de forêts riveraines, de forêts et fourrés très humides (267 hectares). Les espaces à enjeux forts sont constitués de prairies à fourrage dans les plaines (1 540 hectares) et de forêts caducifoliées.

Toutefois, ces espaces ne bénéficient que de peu de protection. Environ 0,1 % du territoire sont protégés au titre de l’ensemble des outils dédiés à la protection de la nature (protections nationales ou régionales réglementaires fortes, réseau Natura 2000 et maîtrise foncière). Les protections nationales ou régionales réglementaires fortes ne représentent que 0,02 % du territoire, soient 14,8 hectares. Deux Réserves naturelles régionales (RNR) sont recensées pour un total de 14,8 hectares : la « pâture à Mille Trous » et les « Riez de Noeux-lès-Auxi ». Le réseau européen Natura 2000 comprend un unique site de 71,6 hectares (0,11 % du territoire). De nombreuses ZNIEFF pourraient être mieux protégées réglementairement.

La préservation et la restauration des réservoirs de biodiversité? et de leur fonctionnalité constituent un enjeu important du territoire, de même que la préservation et la restauration des corridors écologiques et la réintroduction d’éléments de biodiversité dans tous les espaces agricoles.

Parmi les corridors écologiques les plus emblématiques du territoire, il est possible de citer celui de la vallée de l’Authie, regroupant une mosaïque de milieux naturels (milieux humides, pelouses, etc.). Les corridors écologiques identifiés à l’échelle du Pays du Ternois, bien qu’en milieu rural, ne sont pas exempts des incidences de la fragmentation : artificialisation et perte des couronnes bocagères, réseau routier, obstacles à la libre circulation piscicole, etc..

Dans un secteur à l’identité rurale forte, il est par ailleurs indispensable de préserver les services rendus par ces écosystèmes : maintien du cadre de vie, gestion des ruissellements et prévention de l’érosion des sols, tamponnement hydraulique, bois-énergie…

  • Une biodiversité importante à reconquérir