Calaisis

Air

Dernier ajout : 3 mai.

Ae1Des enjeux de restauration de la qualité de l’air principa­lement liés aux déplacements, au chauffage, aux indus­tries et au trafic maritime

Malgré le rôle dispersif des polluants joué par les vents côtiers, le nombre de dépassements de la valeur limite journalière en pous­sière est compris entre 20 et 35 jours par an en moyenne entre 2009 et 2013 sur les deux stations suivies par Atmo NPdC (associa­tion chargée par l’État de suivre la qualité de l’air en région).

Avec 747 tonnes de PM10? émises en 2010, le territoire participe pour 4 % aux émissions régionales. Cela correspond à 11 kg/ha/an qui sont produits (contre 16 en moyenne régionale) et les émissions sont de l’ordre de 5 kg/individu/an comme au niveau régional.
Le chauffage, l’agriculture et les déplacements (gaz d’échappe­ment) ont une incidence forte sur la qualité de l’air dans le Calai­sis. De nombreuses industries (chimiques, métallurgique, etc.) sont également émettrices de pollutions atmosphériques (NOX notam­ment).
Enfin, le trafic maritime est un poste d’émission de polluants atmos­phériques important sur le territoire même si celui-ci est mal connu.

  • Émissions de PM10, de NOX et de GES par secteur d’activité dans le territoire