Arrageois

Synthèse des enjeux au regard de l’environnement

Dernier ajout : 3 mai.

Le territoire étudié ici regroupe celui du SCOT de la région d’Arras (Communauté urbaine d’Arras et Communauté de Communes de la Porte des Vallées) et les communautés de communes situées hors SCOT à l’ouest et au sud d’Arras.

Disposant d’une situation privilégiée entre Paris, Londres et Bruxelles, l’Arrageois profite d’un haut niveau d’équipement avec le passage de deux autoroutes majeures du Nord de la France et du TGV rapprochant le centre-ville de Paris à une heure d’Arras.
La population est l’une des plus diplômées du Nord Pas-de-Calais avec le deuxième plus fort indice de formation après Lille. Arras détient le deuxième plus fort taux d’activité du Nord Pas-de-Calais. Le niveau de développement humain, les revenus des ménages et les niveaux de santé sont sur le territoire plus élevés que la moyenne régionale. Seules les communes périphériques de la frange sud, autour de Pas-en-Artois ou de Bertincourt, présentent davantage de difficultés.
En matière économique, le territoire dispose d’une forte présence des entreprises du secteur de la construction et de l’agro-alimentaire.
Le territoire de l’Arrageois bénéficie par ailleurs d’un taux de postes salariés dans les métiers de l’économie verdissante? supérieur à la moyenne régionale (19 447 emplois, soit 22,8 % pour 18,2 % en région).

Espace à dominante de grandes cultures, l’Arrageois présente une activité agricole susceptible d’exercer des pressions sur l’environnement, tant sur la diversité biologique et paysagère que sur les milieux naturels. La périurbanisation? représente en outre une autre pression, s’exerçant à la fois à l’encontre des terres agricoles et des milieux naturels.
Concernant la périurbanisation, l’Arrageois est confronté à un développement relativement extensif (faible densité et forte consommation d’espace) de son urbanisation qui se déploie en cercles concentriques autour d’Arras. La maîtrise de cet étalement urbain constitue un enjeu important afin de préserver les ressources foncières, limiter la congestion routière et la précarité énergétique imputable aux dépenses de mobilité.

Les enjeux sols sont liés à la présence de nombreuses cavités souterraines, et à l’importance de préserver les ressources agronomiques essentielles.
Les enjeux sont importants en matière de préservation et de reconquête de la qualité des nappes phréatiques et des milieux aquatiques. La nappe de la craie, source d’eau potable pour le territoire, est vulnérable et polluée par les nitrates et les pesticides.
L’état écologique des cours d’eau s’échelonne des niveaux moyen à mauvais, hormis pour la Canche et l’Authie à l’ouest du territoire.
Par ailleurs, des risques d’inondations sont avérés dans plusieurs vallées, notamment dans la moitié sud-est du territoire.
Le territoire n’est pas épargné par les enjeux liés à la qualité de l’air, avec un nombre de jours de dépassement des seuils aux particules fines allant de 25 à 35 jours par an au niveau de la station suivie à Saint-Laurent-Blangy.
Enfin, le potentiel de développement d’énergies renouvelables est important sur le secteur (méthanisation, géothermie, éolien…).

Zoom1

Les espaces du Nord – Pas-de-Calais – Diagnostic et dynamiques – Tome 2 - Fascicules territoriaux – INSEE? 2014
Trajectoire socio-économique de la zone d’emploi d’Arras – Direccte Nord – Pas-de-Calais – Décembre 2014

  • Carte de synthèse des principaux enjeux de l’Arrageois