Quatre enjeux étroitement liés

Dernier ajout : 6 octobre 2015.

Le paysage constitue le fondement de notre cadre de vie. La qualité du cadre de vie est un enjeu majeur pour l’épanouissement des individus et de la société (cf. enjeux de santé), mais aussi pour l’attractivité des territoires. Il existe en effet des liens importants entre la qualité des paysages, notre santé et l’image que renvoie un territoire.

Le paysage, entendu comme désignant « une partie du territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations », sa prise en compte suppose son appropriation par les citoyens, qu’il s’agisse d’un paysage patrimonial ou d’un paysage dit « ordinaire ».

P1Des paysages patrimoniaux préservés et restaurés en fonction d’objectifs définis localement

Le Nord Pas-de-Calais comporte de grands paysages remarquables soumis à de nombreuses pressions. L’enjeu de préservation et de reconquête de ce patrimoine se conjugue avec ceux liés aux cadre de vie et aux activités touristiques.

La région dispose de quatre territoires d’exception, 53 sites classés et 51 sites inscrits reconnus et protégés au niveau national compte-tenu de leur caractère exceptionnel.

De plus, 3 Parcs Naturels Régionaux (PNR) ont été créés en région. Ce sont des territoires à dominante rurale pour lesquels les paysages, les milieux naturels et le patrimoine culturel sont de grande qualité, mais dont l’équilibre est fragile. Les parcs en région s’organisent tous autour d’un projet de développement durable, dénommé « charte », fondé entre autre sur la protection et la valorisation du patrimoine naturel et culturel.

Les Aires de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), anciennement dénommées Zones de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP), visent à assurer la protection du patrimoine paysager et urbain et mettre en valeur des quartiers et sites à protéger pour des motifs d’ordre esthétique ou historique.

P2 Des paysages ordinaires reconquis

Cet enjeu s’articule étroitement avec celui du cadre de vie : notre paysage ordinaire, de "tous les jours", peu regardé, parfois dégradé, mérite d’être ré-approprié, voire reconquis, pour le bien-être de chacun.

Affichage publicitaire non maîtrisé, dépôts sauvages, friches, urbanisme uniformisé ou inadapté sont des exemples de facteurs concourant à la dégradation de notre cadre de vie.

Différents dispositifs existent pour engager une démarche de reconquête des paysages ordinaires.

P3Une attractivité du territoire pérenne liée à des paysages de qualité

Les paysages patrimoniaux de la région contribuent fortement à son attractivité touristique (site des Deux Caps, parcs naturels régionaux, paysages miniers classés à l’UNESCO? par exemple). La région comprend également de nombreux points d’intérêt historique et culturel ou de loisirs nature (randonnées, pêche…). Dans ce cadre, tant les paysages patrimoniaux que les paysages plus ordinaires méritent d’être préservés et valorisés.

Quelques chiffres en 2013 [1] :

- 13 millions de visiteurs par an enregistrés dans les équipements touristiques en 2013 ;
- Près de 2 millions de visiteurs par an sur le Grand site de France des Deux Caps ;
- 470 000 visiteurs au Parc du Héron à Villeneuve d’Ascq ;
- 330 000 visiteurs au Val Joly ;
- 300 000 visiteurs au parc de loisirs d’Olhain ;
- De l’ordre de 150 000 personnes à Clairmarais dans le Marais Audomarois ;
- De l’ordre de 100 000 visiteurs au mémorial de Vimy.

Au-delà de l’attractivité touristique, le paysage contribue à l’image du territoire, et de ses activités économiques : choix d’implantation de certaines entreprises dans des zones à haute qualité paysagère et environnementale, produits agricoles bénéficiant de labellisation liée au territoire (AOC par exemple).

P4 Un cadre de vie agréable pour les habitants

Le paysage est aujourd’hui considéré comme un élément important du cadre de vie [2]. Que ce soit en ville ou en milieu rural, chacun aspire aujourd’hui à vivre dans un cadre de vie de qualité. Les paysages ruraux et péri-urbains en particulier font l’objet d’une forte demande sociale de la part de nouveaux résidents ou d’une population en recherche d’aménités et d’activités récréatives de proximité. Pour cela, ces territoires doivent gérer le fragile équilibre entre des espaces agricoles et naturels préservés, et un développement urbain mesuré.

En milieu urbain, la qualité des espaces publics et, au delà la présence de la nature en ville, participent de façon essentielle au cadre de vie des habitants et des actifs qui s’y rendent au quotidien.

Mais les habitants ne sont pas simples spectateurs de leur cadre de vie, ils y contribuent. L’habitation qu’ils construisent ou rénovent, la clôture qu’ils érigent ou la haie qu’ils plantent sont autant de petites contributions au cadre de vie de chacun et de tous. En région, des associations et des collectivités proposent régulièrement des opérations à destination de ces « habitants-paysagistes », comme par exemple des stages pour l’usage de matériaux locaux ou de taille des vergers, ou encore des commandes groupées de végétaux d’essences locales.

[1CRT

[2Convention européenne du paysage, 2000

zoom1

Des outils à disposition

Le plan de paysage permet aux territoires de se fixer des objectifs en matière de paysage ou de préciser des objectifs formulés dans les SCOT ou les chartes de PNR. De plus, les SCOT et les chartes de PNR sont des documents pivots pour la formulation des « objectifs de qualité paysagère ». Le plan de paysage va par ailleurs plus loin que les outils précédents, en précisant explicitement le programme des actions à mettre en œuvre en vue de répondre aux objectifs paysagers formulés.

Plus localement, par exemple, les Règlements Locaux de Publicité, mis en œuvre par les collectivités, encadrent l’affichage publicitaire en visant l’amélioration de la qualité du cadre de vie, la lutte contre les nuisances visuelles, et la mise en valeur du paysage et du patrimoine culturel.

La conception de tout projet intégrant l’architecture, l’urbanisme et le paysage est un gage de bonne intégration.

  • Des paysages patrimoniaux à préserver, des paysages ordinaires à reconquérir et des démarches entreprises
  • Vimy : le mémorial, site historique national du Canada

    Photographe : Samuel Dhote

  • Extrait de la brochure touristique du site des Deux Caps