Sambre - Avesnois

Biodiversité

Dernier ajout : 3 mai.

Synthèse des pressions régionales exercées sur la biodiversité et les milieux naturels Une richesse de biodiversité exceptionnelle pour la région.

Des enjeux de préservation de la biodiversité patrimoniale et ordinaire élevés, des pressions fortes dans les grandes vallées marquées par l’histoire industrielle.

Les enjeux de préservation de la biodiversité remarquable figurent parmi les plus élevés des territoires régionaux en raison de l’importance des milieux naturels et des pressions qui s’y exercent :

  • 32,2 % (45 567 hectares ) de la surface du SCOT Sambre Avesnois présentent des enjeux écologiques majeurs ou forts, ce qui en font le poumon vert de la région. Les espaces à enjeux sont localisés en majorité dans les grands massifs forestiers du territoire (les forêts domaniales de Mormal, de l’Abbé-Val-Joly, de Fourmies, etc.) ainsi que le long de certaines rivières comme la Sambre ou l’Helpe majeure et l’Helpe mineure. Les espaces à enjeux majeurs se composent majoritairement de forêts riveraines, de forêts et fourrés très humides (1 426 hectares). Les espaces à enjeux forts sont constitués de prairies à fourrage et de prairies humides (15 900 hectares) ;
  • Près de sept espèces sur dix de la flore régionale, plus de la moitié de l’avifaune et près de huit espèces d’Amphibiens sur dix identifiés dans la région sont présents sur le territoire ;
  • Il s’agit du secteur le plus boisé de la région avec 23 % de forêts, sur près de 32 600 ha avec les forêts de Mormal, du Val Joly et de Fourmies comme principaux massifs ;
  • Malgré cela, le territoire n’échappe pas à l’érosion de la biodiversité. En effet, de nombreuses espèces disparaissent. Les espèces de milieux spécifiques se raréfient du fait de la destruction de milieux tels que le bocage et les prairies, des pollutions domestiques et agricoles, de l’industrie, de la fragmentation, etc. Les principaux milieux détruits par l’artificialisation au sein de ce territoire sont les prairies pâturées ;
  • Seuls 8,1 % du territoire sont protégés au titre de l’ensemble des outils dédiés à la protection de la nature (protections nationales ou régionales réglementaires fortes, réseau Natura 2000 et maîtrise foncière). Les protections nationales ou régionales réglementaires fortes représentent 0,76 % du territoire, soient 1 075,4 hectares. Six Réserves Naturelles Régionales (RNR) existent sur ce territoire (correspondant à 259,8 hectares) : le « bois d’Encade », la « carrière des Nerviens », les « monts de Baives », le « site de Pantegnies », les « prairies du Val de Sambre » et le « Val-Joly ». L’arrêté préfectoral de protection de biotope? (APPB) du « massif forestier de la Lanière » est le plus grand de la région (803 hectares). Il existe une réserve biologique (RB) de 12,8 hectares : le « Bon Wez » dans la forêt de Mormal. Le réseau européen Natura 2000 comprend quatre sites pour 10 205,7 hectares (soient 7,2 % du territoire). Quarante-neuf ZNIEFF de type 1 et cinq de type 2 sont inventoriées.

Près de 80 % du territoire du SCOT font partie du Parc Naturel Régional (PNR) de l’Avesnois, soit un total de 112 121 hectares. Il existe donc un potentiel élevé en matière de sites à protéger [1].

Un point particulier concerne le Bois de la Lanière (anciennement un seul massif avec Mormal) qui couvre environ 330 ha, pour partie privé, la haie d’Avesnies et la forêt de Trélon pour lesquels un enjeu de gouvernance apparaît.

[1ORB NPdC 2014, d’après ARCH 2009 et CEN NPdC 2014

  • Une biodiversité riche à préserver
  • Wallers-Trélon Vache à l’aurore

    Photographe : Samuel Dhote