DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages des dunes et estuaires d’Opale

Thématiques transversales

Entre terre et mer

jeudi 9 juin 2011

La densité du vocabulaire disponible pour décrire les
paysages littoraux révèle la richesse de ces lieux ; chaque
degré - du plus marin au plus terrestre - proposant une
palette de textures et de couleurs différentes. Ces mots
préservent une part de mystère, d’étrangeté qui sied bien à
ces espaces frontaliers. Les moins hardis se contenteront
de la plage et de son sable fin, blond, durci par les plus
hautes vagues ou souple et profond. Au gré des marées,
la plage change d’ampleur, fin ruban brillant ou immense
étendue brune, ondulée de vaguelettes pétrifiées, véritables
réminiscences du flux marin. Parfois, une vase épaisse
se substitue au sable et les pieds glissent, les orteils
s’enfoncent…

Dans cet espace dégagé par le va-et-vient
des marées - l’estran - une vie grouillante mais enfouie est
convoitée par les pêcheurs à pied. Les estuaires sont les
principaux pourvoyeurs de paysages nouveaux, entre la
terre et l’eau. Il y a au sein des vasières - que l’on appelle
mollières localement - la slikke et le schorre. Chaque marée
recouvre la slikke et ses vases molles habitées là encore de
nombreux animaux. Le schorre en revanche ne connaît l’eau
que lors des grandes marées, laissant ainsi la possibilité du
développement d’une végétation rase. Viennent ensuite les
prairies humides, les marais tourbeux, les bas champs mais
aussi les dépressions humides situées dans les dunes…

Ces mélanges d’eau douce ou salée, de sables, de vases
ou de terre sont d’une richesse biologique si exceptionnelle.
Ces milieux diversifiés offrent aux espèces animales le gîte
et le couvert et la multiplication des contacts entre milieux
différents décuple la biodiversité. Quelle que soit la fin
poursuivie par l’homme, la conquête de ces milieux, a priori
contraignants, vise leur simplification soit du côté de l’eau,
soit du côté de la terre. Les ports organisent un contact
direct entre l’eau navigable et la terre ferme. En dehors du
port d’Étaples, l’échouage sur les plages était de pratique
courante. Les huttes de chasse multiplient les miroirs d’eau
détruisant en partie les paysages du schorre. Les fossés
parcourent les marais pour les assécher et ainsi permettre
le pacage de lourds bovins. Des platelages relient la digue
à la mer afin de permettre l’accès de cette dernière à tous,
y compris aux personnes en fauteuils roulants.

Creuser et remblayer, noyer ou exonder, telles sont les actions
d’aménagement qui traversent les siècles. l’échelle de
l’ensemble du littoral régional, ces espaces cristallisent les
conflits d’usage à l’oeuvre entre les différents « usagers » de
l’espace. Le poste de chasse ou d’observation ornithologique
ont des objectifs diamétralement opposés. La piste de 4x4
et le sentier de randonnée également tout comme la plage
pour « speed sail » et celle des châteaux de sable familiaux.
Touristes, naturalistes et chasseurs dialoguent mal, comme
en témoignent ces panneaux vindicatifs qui émaillent
les mollières rappelant à chacun la grande fermeté des
chasseurs. Pourtant, aujourd’hui déjà et sans doute plus
encore demain à mesure de la diminution des usages
agricoles ici mais aussi plus à l’intérieur, un consensus
devrait apparaître pour décider collectivement des mesures
de gestion de ces espaces.

Ces paysages, tellement
sauvages dans leurs apparences, nécessitent d’être sans
cesse entretenus. Les vannes doivent être ouvertes ou
fermées, les fossés curés, les zones de nourrissage des
oiseaux maintenues (entre autres le schorre et les prairies),
etc. Or la physionomie actuelle repose en grande partie
sur les acquis du siècle dernier, tandis que les pratiques
de loisirs actuelles « consomment » l’espace sans vraiment
l’entretenir quotidiennement, profitant surtout de ces
espaces agricoles !

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord