DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Approche agricole

mardi 7 juin 2011

Approche agricole

Les principales sources

Les données agricoles sont
issues de la carte des petites
régions agricoles (PRA) et de la
contribution de l’agriculture, de
la forêt et de la pêche maritime
au schéma de services collectifs
des espaces naturels et ruraux
(SSCENR).

Les données relatives aux
paysages de pays sont issues
du chapitre « productions
d’aménités » du même schéma
(SSCENR).

Enfin, la carte d’occupation
des sols utilisée est celle de la
Région Nord - Pas-de-Calais
– Sigale ; elle date de 1998.

Lorsque l’on parle de paysage, la première image est souvent celle d’une douce campagne. Les paysages ruraux ont ainsi une importance majeure dans la définition même des paysages régionaux. Il n’est pas rare que les analyses paysagères s’arrêtent à l’identification de ces paysages. L’agriculture se définit aujourd’hui à la fois comme une activité économique de production et comme une activité créatrice et/ou gestionnaire des paysages nationaux. Notre pays, sans doute grâce à la diversité de sa géographie, s’honore de la grande diversité de ses paysages ruraux. Ces derniers sont les indéniables supports de l’identité d’une région et de son activité touristique.

Mais voici que les paysages ruraux changent ! La notion est toute relative puisque les paysages n’ont jamais cessé d’évoluer. Mais la mémoire collective se souvient des paysages ruraux hérités de l’ancien régime (bocages, polyculture de subsistance) et des paysages ruraux spécialisés confortés ou apparus avec l’amélioration des transports et des moyens de conservation (maraîchage, productions à valeur ajoutée…).

Les bouleversements techniques et économiques de l’après-guerre ont rapidement et durablement fait évoluer les paysages agraires ; tandis que la « ruralité » française devenait une urbanité…Il importe cependant de ne pas faire de l’histoire à l’aune de notre nostalgie. Les travaux d’historiens conduits en Picar-die et dans le Boulonnais (R. Dion) sur les très nombreuses traces de domaines agricoles romains mettent en lumière une mise en culture « intensive » de ces très bonnes terres à céréales. Les bocages tant vantés de notre région ne sont sans doute pas les contemporains de nos ancêtres les gaulois…

Objet de bien des paradoxes, les paysages ruraux sont sans aucun doute le résultat de choix politiques individuels, locaux, nationaux et internationaux. Cette dernière échelle a pris une part encore plus forte avec la Politique agricole commune de l’Union européenne.

Les campagnes du Nord - Pas-de-Calais avec leurs terres riches et une « société rurale » performante se sont adaptées à un modèle de production intensif (qu’elles avaient participé à faire émerger dès le XIXème siècle). Tout le cœur de la région du Sud au Nord, d’Est en Ouest témoigne de la réussite de ce modèle. Ici et là, la nature des sols a « résisté » à ce stéréotype composé de paysages ouverts, labourés. Les bocages Avesnois et Boulonnais, la plaine de la Scarpe et de nombreux fonds de vallées offrent aux regards les verts intenses de leurs prairies. Le marais Audomarois, les marais des Bas-Champs Picards, les marais du pied de l’Artois (Guînes, Ardres…), le val de Sensée mêlent intimement eau et parcelles agricoles, prairiales, maraîchères ou encore cultivées. Enfin, les dunes ou encore les sommets des monts de Flandre refusent la valorisation agricole…Cette description est pourtant caricaturale : partout des labours et ici et là quelques espaces de plus grande diversité d’usages agricoles des sols ! Il n’est pas une zone de grande culture qui ressemble à une autre ! La plaine maritime est sillonnée de watergangs, le Haut Artois présente de très nombreuses prairies, la Flandre est ponctuée de fermes… et d’arbres, les collines guînoises ouvrent sur la mer, le Cambrésis auréole ses villages de prairies bocagères, etc.Questionner l’avenir des paysages ruraux ne peut être fait au mépris des engagements politiques de notre pays, qui orientent l’économie agricole toute entière. Pourtant, le paysage peut avoir sa place et participer d’un dynamisme local capable de construire une résistance face à une homogénéisation des territoires comme des esprits.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord