DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Le maillage du territoire

jeudi 7 juillet 2011

Découverte…

La venelle, le sentier, le chemin, la rue, la route, la voie rapide ou encore l’autoroute sont autant de fenêtres ouvertes sur les paysages.
la vitesse de l’homme à pied ou à celle de l’automobile lancée à vive allure, les paysages ne raconteront pas la même histoire, n’auront pas le même parfum,
ne laisseront pas les mêmes souvenirs… Dans la région, chaque moyen de transport est l’occasion d’une perception paysagère et historique particulière, qu’il serait dommage de négliger ! ce titre, prendre le train le temps d’une fin de semaine en bord de mer ou pour une course au long cours sont des expériences paysagères à part entière.

Découvrez les photographies de Guillaume Bonnel, il propose une série d’images « volées » aux fenêtres des trains ou à celles de voitures empruntant les grands axes régionaux. Ces photographies, qui ne recherchent pas l’exhaustivité, sont de véritables instantanés paysagers.

Il n’est pas de développement humain, sans chemins pour le porter ! Au fil du temps, ils n’ont cessé d’évoluer, de s’adapter, de se déplacer afin de répondre aux besoins, de porter l’extraordinaire expansion urbaine de la région.

L’histoire des voies de communication commence avec les voies romaines ! Bien que cette affirmation passe sous silence tous les chemins de terres qui unissaient entre-elles les bourgades gauloises, force est de constater que ces grandes voies rectilignes, au départ de Bavay, de Cassel, de Thérouanne… marquent encore l’esprit et la perception du paysage. Geste politique autant que pratique. les voies romaines préservent aujourd’hui encore un air de conquête ! Réappropriées au Moyen-Âge par la reine Brunehaut, ces voies s’attachent alternativement l’une ou l’autre de ces « paternités ».

Sans doute depuis toujours, et avec force et nécessité au Moyen-Âge, le chemin est rivière, la voie est canal. Sur ces terres lourdes, impraticables à pied près de six mois dans l’année. la voie d’eau fut longtemps une solution bien plus sûre que le chemin terrestre. Des rivières furent sur-creusées, reprofilées, aménagées. Des canaux furent creusés rejoignant la mer ou unissant entre eux plusieurs cours d’eau « naturels » (la Scarpe est en la matière un exemple marquant). Ce chevelu hydrographique fut sans cesse amélioré, faisant communiquer la mer du Nord et Paris ! Une vie intense se développait le long de ces cours d’eau : bateliers, mais aussi entreprises et villages, usines et villes…

Au XIXème siècle. la voie ferrée, avec sa souplesse. prend le dessus. Les voies se multiplient, entrent dans les usines et sur les carreaux de mine, doublent les canaux (remplaçant ainsi la traction humaine ou animale), longent le littoral, irriguent les campagnes, traversent la région de toute part.Le chemin de fer fut l’indispensable outil du développement économique de ce siècle industriel.

La « fin de rail » commence lorsque enfin la route devint sûre, pratique, rapide. Il faut attendre le XIXème siècle pour que les chemins de terres soient enfin pavés. Ces pavés, emblématiques du Nord - Pas-de-Calais. permettent aux chariots puis aux premières automobiles de parcourir la région en toute saison. Avec sa structure urbaine très dense, la région ne manquaient pas de routes à paver ! Et l’état de ces dernières a fait couler beaucoup d’encre dans les registres administratifs (doléances de la Révolution, Conseils municipaux…). Et puis. le macadam viendra progressivement recouvrir les pavés.

Commence, à partir des années 1960/70. l’aventure autoroutière régionale. L’autoroute A1 entre Paris et Lille est la première de France ; mais d’autres suivront. inscrivant la région comme l’une des mieux maillée de notre pays.
Mais après bien des siècles, et quelque soit le mode de transport, il est surprenant de constater à quel point toutes les voies mènent… du Nord et Sud : et comme il reste difficile d’aller d’Est en Ouest !

Maillage routierdu Nord - Pas-de-Calais

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord