DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages des falaises d’Opale

Paysages de ville

jeudi 9 juin 2011



L’architecture et la mer

Ce littoral recèle des architectures entretenant un dialogue très direct avec la mer.

Les phares, les quilles en l’air d’Equihen, le Typhonium de Wissant, mais aussi les fronts de mer, certaines installations portuaires, Nausicaa … alimentent cette appartenance …

L'entrée Nord de Wimereux
L’entrée Nord de Wimereux
Boulogne : reconstruction par Vivien
Boulogne : reconstruction par Vivien
L'agglomération boulonaise
L’agglomération boulonaise

Des trois Grands Paysages littoraux, c’est celui des Falaises
d’Opale qui présente le visage le plus urbain ! La RD 940 traverse
une succession de « villages maritimes », tous distants de 3 à
6 km. Au Nord, Escalles regroupe quelques maisons rurales
boulonnaises, quelques fermes et quelques constructions
récentes nichées dans le vallon, à distance suffisante de la mer.
A 6 km plus au Sud, Wissant, avec ses multiples visages, offre
une authenticité de plus en plus délicate à préserver. Ici, les
phases successives de l’histoire locale s’accolent les unes aux
autres, formant un camaïeu d’ambiances assez remarquables.

Le village de pêcheur côtoie la station balnéaire, qui elle-même
jouxte le petit bourg centre, le tout enserré par les dunes
d’amont et d’aval. Une ancienne gravière, une « excentricité »
architecturale (le Typhonium) en forme de temple égyptien, des
extensions urbaines s’étirant vers l’Est, le « Camp de César »,
un quartier très récent construit de part et d’autre de la petite
rivière et le Mur de l’Atlantique alimentent cette grande diversité
patrimoniale.

Viennent ensuite, tous les 3 km, Tardinghen, petit village rural,
Audinghen, en grande partie reconstruite après la seconde
guerre mondiale (l’église de la reconstruction a d’ailleurs
été classée récemment comme monument historique) et
Audresselles qui cultive encore volontiers l’image traditionnelle
du village de pêcheurs.

Un saut de puce de 2 km et la RD940 nous conduit à
Ambleteuse, autre lieu d’exception. Ici aussi, le patrimoine est
multiple. Le fort Mahon témoigne des conquêtes ancestrales,
la vallée de la Slack assure le lien avec l’arrière-pays, les villas
balnéaires évoquent les bienfaits des bains de mer, les maisons
de pêcheurs et la petite centralité rappellent l’existence du
village côtier et les belles fermes semblent régner sur leurs
fiefs.

Après la Slack, cette ponctuation de villages « jouant » avec
la ligne de côte laisse place à une densité urbaine beaucoup
plus imposante, amorcée par Wimereux et amplifiée par
l’agglomération de Boulogne-sur-mer. Wimereux, initialement
nichée au bord de la rivière du même nom, dépasse aujourd’hui
très largement les premiers versants de la vallée pour rejoindre
au Nord, le golf implanté sur le plateau. Cette structure très
allongée, imposée par le relief particulièrement accidenté du
flanc Est, « banalise » quelque peu la traversée de cette station
balnéaire de grande qualité.



La reconstruction

Le Mur de l’Atlantique et les bombardements alliés anéantirent totalement quelques villes, comme Audinghen et Le Portel.

Leur reconstruction quasi totale offre aujourd’hui une architecture encore mal aimée, qui constitue pourtant un véritable enjeu pour demain…

Après un temps d’arrêt salutaire à la hauteur de la Pointe de la
Crêche, le port industriel et les quartiers sensibles du Chemin
Vert prennent aisément le pas sur la colonne de la grande
Armée, surmontée de la statue de Napoléon. La reconquête
urbaine du port et des quartiers sensibles septentrionaux initient
la valorisation de cette frange d’agglomération. La « skyline »
formée par les barres du chemin vert va se trouver modifiée
par les démolitions de l’ANRU (en cours). Derrière ce premier
visage un peu « âpre », Boulogne dévoile son histoire à travers
sa ville forte, ses faubourgs aux façades enduites, ses berges
de Liane marquées par l’urbanisme fonctionnel de M. Vivien et
par une reconquête progressive de la ville sur son port à l’image
de Nausicaa et du projet de la Place de la République aux
abords du bassin Napoléon. L’A16 offre une perception à 180°
de ces époques urbaines et en fige physiquement les limites.
Ces espaces constituent les derniers lieux de développement
avant une reconquête de la ville sur elle-même.

Enfin, au Sud-Ouest, la ville de Le Portel, reconstruite à 90%
après la seconde guerre et sa petite sœur et parfois « rivale »
Equihen entretiennent des liens fusionnels avec la mer. Le passé
militaire encore présent à travers les trois forts napoléoniens du
Mont de Couppes, de l’Heurt et d’Alprech semble veiller sur
des pratiques nautiques aujourd’hui beaucoup plus ludiques …

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord