DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages avesnois

Paysages de ville

jeudi 9 juin 2011

Le petit patrimoine

La pratique du territoire
de l’Avesnois offre une
très grande richesse
d’éléments du petit
patrimoine : calvaires,
chapelles, niches,
oratoires, kiosques,
abreuvoirs, fontaines,
lavoirs, puits, ponts,
ventelleries, bornes,
casemates, barrières,
murs, pigeonniers …

Les paysages urbains de l’Avesnois comptent trois grandes
typologies particulièrement nuancées :

1 – la vallée industrielle et urbaine de la Sambre
S’étirant de la frontière belge à la ville d’Aulnoye-Aymeries, la vallée
de la Sambre s’appuie sur une succession de villes et de villages
formant une continuité urbaine quasi ininterrompue. Marquée par
son relief, la Sambre canalisée partage le fond de vallée avec la voie
ferrée et un réseau de voies de transit relié par quelques traversées
assurant le lien entre les deux versants. Les espaces interstitiels,
générés par ces infrastructures linéaires, connaissent un usage
économique quasi exclusif, souvent dominé par l’industrie lourde
en activité, mais aussi en friche. Dans la continuité immédiate et en
gagnant les premières pentes des versants, les noyaux urbains, les
faubourgs, les quartiers issus des trente glorieuses et les secteurs
pavillonnaires plus récents s’entremêlent avec les premières
structures bocagères, les boisements et quelques éléments hérités
du passé agricole (fermes, châteaux, moulins …), ou militaire
(fortins, casernes, blockhaus …). Paysage urbain unique à l’échelle
de la région, la vallée de la Sambre connaît une mutation profonde
et douloureuse, offrant toutefois sur le plan urbain, d’importants
sites de renouvellement à explorer !

Eglise de Maubeuge

La reconstruction de Lurçat

Après sa destruction
à plus de 90% le 17
mai 1940, la ville de
Maubeuge entame une
longue reconstruction,
sous la direction de
l’architecte André Lurçat
(1894-1970). Avec une
très large concertation
de la population,
André Lurçat propose
un urbanisme
résolument moderne
et une architecture
alliant les principes
contemporains de
l’époque et les éléments
de l’architecture
vernaculaire …

2 – Un réseau de villes moyennes (avec Avesnes-sur-Helpe,
Fourmies) et de bourgs secondaires (comme Landrecies, Cousolre,
Solre-Le-Château, Sains-du-Nord, Trelon, Glageon …)
Majoritairement traversées par l’eau (hormis Trélon), ces villes de
2000 à 14 000 habitants assurent un rôle de pôles structurants,
tant en termes de services que d’emplois. Les premières activités
exploitent les richesses naturelles du sol et du sous-sol. Les
carrières, les forges et l’exploitation du bois marquent un premier
développement, rapidement amplifié par les verreries, les industries
textiles et la transformation du lait. Profitant de la présence de l’eau
et des voies de communication (relayées ensuite par le chemin de
fer), ces activités s’implantent au sein ou en frange immédiate des
noyaux construits, générant rapidement leurs propres installations
induites et des types d’habitats répondant aux besoins des différentes
catégories socioprofessionnelles employées. Cet héritage, parfois
en friche, constitue un véritable défit pour ces petites villes ou
villages aux moyens modestes ! En outre le relief, la présence
de la forêt, la rectitude des voies proposant des perspectives très
lointaines et le passé fortifié de certaines d’entre elles (Landrecies
et Avesnes-sur-Helpe) représentent autant d’éléments identitaires à
exacerber !

3 – le maillage, à la fois très structuré et très aéré, de la campagne
Avesnoise
Les villages se répartissent sur la quasi-totalité du territoire (hors
forêt de Mormal), de manière dispersée et diffuse. Cette « dilution »
du bâti, issue d’une très forte appropriation du territoire, s’organise
selon quatre configurations dominantes, présentant chacune de
multiples alternatives :
- Le coeur du village regroupe une concentration relative du bâti
organisée autour du clocher, de la mairie école et d’une place verte
ou plus minérale … Cette première composante s’implante selon la
nature du sol tantôt en creux de vallée, tantôt à mi-hauteur, tantôt
sur le relief lui-même …
- L’étirement du bâti le long d’une rue
Le maillage particulièrement dense des voies de communication
demeure un support d’urbanisation particulièrement « tenace » dans
ce secteur. Organisé de manière très espacé dans les configurations
d’origine, l’urbanisation linéaire connaît aujourd’hui, dans les
secteurs d’expansion, un « remplissage » progressif du parcellaire en
lanière, souvent en rupture totale avec les habitudes constructives
locales… En terme d’implantation, l’urbanisation linéaire « choisit »
très souvent de suivre un cours d’eau, à quelques dizaines de
mètres en amont …
- les fermes isolées
Elles échappent à toute logique urbaine, pour répondre à une
proximité immédiate de l’outil de production, qu’est la terre !
- les hameaux et les écarts
Issus du regroupement plus ou moins important de fermes et
d’habitations, ces micros concentrations privilégient leur implantation
à proximité d’un cours d’eau, d’un carrefour …
Le rapport à l’eau, l’évolution des boisements et du bocage, la richesse
du sous-sol qui se traduit directement dans l’architecture (pierre
bleue, ardoise, grès, brique, verre, ferronnerie…), l’omniprésence
du relief … en bref, le rapport au territoire domine toute l’histoire
du développement urbain et constitue très certainement l’un des
enjeux majeurs (avec le renouvellement économique et urbain) des
décennies à venir.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord