DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages avesnois

Détails de géographie physique

jeudi 9 juin 2011

Le plessage des haies

Avec l’apparition de
l’agriculture et de l’élevage
à l’époque néolithique, les
peuples chasseurs-cueilleurs
devenus agriculteurs
durent rapidement faire
face à un problème majeur
 : contenir le bétail dans
des enclos suffisamment
hermétiques pour éviter
sa divagation mais aussi
protéger les cultures des
dégâts occasionnés par
les animaux sauvages ou
domestiques. Les haies
« mortes » ou « sèches »
(palissades) et les haies
vives apparurent dans les
régions forestières de
plaine.Tandis que les murets
firent leur apparition
en milieu côtier et en
montagne.

Toutefois, les haies vives
libres présentent des
faiblesses pour contenir
les animaux (le fil de fer
barbelé n’apparaîtra que
bien plus tard). Le pied des
haies est plus clair et les
animaux après avoir brouté
les branches basses peuvent
facilement passer à travers.

Au Moyen-Âge apparaît
(pas de traces auparavant)
donc une nouvelle
technique de conduite et
d’entretien des haies : le
plessage.

La technique du plessage
a semble-t-il été pratiquée
partout ou la haie était
utilisée pour le pâturage
des animaux domestiques.
Le côté naturellement
défensif des essences
épineuses choisies
(prunellier, aubépine,…)
étant renforcé par le
tressage des végétaux à la
base.

On en trouve encore
des traces relictuelles en
Flandre et Boulonnais et
en Avesnois.

Ces haies plessées sont
considérées maintenant,
à juste titre, comme
patrimoniale en raison
de la valeur ethnologique
qu’elles représentent.
ce titre, elles mériteraient
d’être préservées. Un
classement des plus
représentatives serait
souhaitable avant leur
totale disparition.

Carte du relief
C’est au tout début de l’ère tertiaire qu’il faut chercher
l’histoire géologique récente de l’Avesnois. Pendant cette
période, des mouvements tectoniques ramènent le massif
primaire sous-jacent au voisinage de la surface, à l’instar
des Ardennes, vieux massif soudainement rehaussé et
rajeuni par l’érosion et dont l’Avesnois constitue l’extrémité
occidentale.

Cette remontée s’est faite en douceur et progressivement.
La craie marneuse (marnes turoniennes), plus imperméable,
remplace tout d’abord la craie blanche du Cambrésis au
niveau du pays de Mormal. Une épaisse couche de limon
a permis le développement des cultures sur un substrat
imperméable. Il s’agit d’une zone de transition à la fois
géologique, mais aussi climatique entre le climat atlantique
du bassin de l’Escaut et le climat semi-continental, plus
humide, aux amplitudes thermiques plus marquées, de
l’Avesnois.

Plus à l’Est, c’est le socle primaire composé de schistes
dévoniens et de calcaires carbonifères qui affleure au
fond des vallées avant d’émerger parfois entièrement au
niveau des Fagnes. La couche de lœss peu riche et peu
fertile, combinée à une eau toujours abondante du fait
de l’imperméabilité du sol, a permis le développement de
zones boisées importantes.

l’Est d’une ligne Avesnes-Fourmies, les grès et les
schistes primaires forment l’ossature du plateau. L’inégale
résistance des calcaires et des schistes engendre des
différences locales de relief assez appréciables. On y
trouve les Monts de Baives qui, il y a 370 millions d’années,
constituaient un massif corallien en bordure du plateau
continental de la mer dévonienne.

l’Ouest par contre le massif est très arasé. Les deux
Helpe y ont creusé leur vallée parallèle, au profil en V (peu
courant dans la région) et aux pentes assez douces. Un
fin liseré alluvial marque ces fonds de vallée dessinant de
multiples méandres.

Si l’Avesnois est riche en eaux de surface, du fait d’un
sol peu épais reposant sur des schistes imperméables (il
totalise plus de 1500 km de rivières et ruisseaux), il est par
contre pauvre en nappes souterraines exploitables.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord