DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages avesnois

Paysages de campagne

jeudi 9 juin 2011

Haie basse

Les éléments unitaires constitutifs du bocage

- La haie basse taillée
dont la composition
voit souvent dominer
l’aubépine, mais qui inclut
également de nombreuses
autres espèces arbustives,
- Les arbres taillés en
têtards ou l’on rencontre
des charmes (dominants)
et des saules,
- Des frênes ou les
chênes élagués marquent
parfois l’entrée des
parcelles,
- L’intérieur des parcelles
est en herbe, avec ici et
là des vergers de haute
tige essentiellement de
pommiers.

Bocage de plateau
Bocage de plateau
Bocage de plaine humide
Bocage de plaine humide
Bocage de vallée
Bocage de vallée
Bocage forestier
Bocage forestier

première vue, les paysages bocagers de l’Avesnois
semblent homogènes et caractéristiques d’un vaste
ensemble géographique qui s’étend de la Sambre à la limite
de la région (ces paysages se poursuivant en réalité plus
au Sud). Cette impression est peut-être due à l’absence
de regard « critique » face à ces paysages, symboles de
« belle campagne ». Les paysages bocagers sont difficiles
à décrypter ! Mais une fois passé cet assentiment un
peu convenu pour les paysages bucoliques, il convient
d’appuyer sur les nuances nombreuses qui existent au
sein de ce grand ensemble paysager, même si elles
ne présentent pas de limites internes très franches.
Tout au contraire, cet ensemble de nuances est lié par
d’imperceptibles glissements d’une ambiance dans une
autre, par des transitions longues constituées d’infimes
ajouts ou retranchements d’attributs essentiels.
L’exemple le plus frappant se révèle en quittant la vallée
de la Sambre au niveau de Maubeuge pour s’engager
plein Sud vers le département de l’Aisne. Les paysages
sont d’abord très ouverts, mais les pâtures et les haies
sont déjà présentes dans les creux, aux abords des fermes
ou des villages… Kilomètre après kilomètre, les paysages
verdissent, les parcelles deviennent plus modestes en
taille, les haies plus nombreuses. Saurait-on dire quand
le paysage a basculé ? Etait-ce un peu avant Avesnes ou
plutôt après la traversée de la ville ? Tout est question ici
d’impressions visuelles, comme si la progression vers le
bocage s’opérait en quelque sorte par la « saturation » de
ses attributs les plus marquants : un horizon totalement
constitué d’une ligne d’aubépines, quelques fenêtres
ouvertes sur une pâture mais aussitôt fermées par une
haie plus lointaine, et sur fond de ciel, des arbres têtards se
partageant l’azur avec les toits d’ardoise.

Pays de Forêts

Les Fagnes sont un pays
de forêt et de pierre. Le
Sud est marqué par le
site de Fourmies et la
grande forêt de Trélon.
Le Nord offre le très
beau site de Solre et des
massifs plus décousus,
troués de carrières.
Partout des étangs
illuminent l’ombre des
bois.

D’Ouest en Est, l’imbrication est moins forte, les transitions
étant un peu plus nettes. Après les voutes majestueuses de
Mormal, le bocage de la plaine de la Sambre étonne par la
platitude des sols et l’argent des saules. Très rapidement,
l’oeil exercé voit le changement chromatique : les saules
cèdent la place aux charmes. Le bocage qui s’étend entre
les deux Helpe est sans doute « le bocage Avesnois », tant
il en concentre les caractéristiques. Mais, alors quand donc
précisement les bois se font plus nombreux ? Et les haies
moins touffues ?

Indubitablement, le bocage est un puissant unificateur.
Mais, il serait dommage de ne pas découvrir la diversité
qui lui est sous-jacente. Il est possible de distinguer quatre
variantes, quatre « modes » du paysage de bocage en
Avesnois.

Le « bocage de plateau », qui se concentre sur les terres
les moins rudes pour constituer un paysage « mixte » ou
l’élevage côtoie les grandes cultures.

Le « bocage de collines » qui se déploie sur des côteaux,
les vallées et autour des villages pour constituer l’archétype
du paysage bucolique. Le relief est essentiel aux
perceptions dans ce bocage : il permet en effet d’échapper
au cadre étroit des haies pour offrir de larges respirations
en bélvédère au dessus de centaines de kilomètres de
haies…

Le bocage des « plaines humides », marqué par le vif
argent du revers des feuilles de saules et par sa planéité
absolue, privant le promeneur de tout ouverture sur
l’horizon.

Et enfin le « bocage forestier », entrecoupé de bois ou de
forêts plus ou moins vastes, mais ou paradoxalement la
maille bocagère se fait plus ample, plus propice aux vues
lointaines, bornées cependant par quelque sylve.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord