DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages du pays d’Aire

Paysages de campagne

jeudi 9 juin 2011

Les couleurs du temps

Entre le haut et le bas,
la gamme chromatique
de la végétation est un
indice important. Les
arbres qui accompagnent
les rivières affectionnent
le vert teinté de gris.
Sur les coteaux et les
hauteurs, les verts sont
plus profonds, plus
sombres.

L’extrême différence des sols, du relief, de l’hydrographie
suffirait à expliquer les différences d’usage agricole des
sols entre le Haut et le Bas Pays, entre le Mont d’Erny
et les alentours de la vieille Lys. En 120 mètres d’altitude
que de changements. Pourtant, l’opposition entre champs
et prairies n’est pas de mise ici : les champs dominent de
loin l’ensemble des paysages du pays d’Aire. Mais, il y a
champs et champs ! Nue, la terre ne livre pas les mêmes
couleurs, les mêmes matières, les mêmes textures. Brune,
fine et collante, telle est la terre des environs d’Aire ou de
Lillers. Claire, plus ou moins parsemée de cailloutis blancs,
mais aussi légère, telle est la terre des grandes marches
artésiennes. En saison, il faut l’oeil mieux exercé pour saisir
les différentes cultures pratiquées sur tels ou tels terrains,
les céréales se dégageant comme les cultures des terres
les plus souples, hautes et limoneuses. Mais, au-delà des
qualités sensorielles qui distinguent les terres labourées,
l’alentour des champs raconte également un terroir. Les
sillons, avec la rigueur mécanique de la machine, longent-
ils un fossé ou une route ? Ouvrent-ils sur un alignement
de saules têtards ou sur une colline ? Voisinent-ils d’autres
champs ou de grandes pairies ? Laissent-ils deviner un
clocher dont la partie basse et le village sont dissimulés dans
un repli ou offrent-ils des vues sur un horizon ponctué de
toitures rouges ? Les champs, motif majeur de l’agriculture
régionale, sont un peu comme la page blanche de l’écrivain.

Ils sont là et pourtant ils sont absence, promesse vers des
paysages situés au-delà. Le regard se porte rarement sur
leurs qualités intrinsèques, voire sur leurs récoltes. Les
champs semblent ne parler qu’aux agriculteurs ; ils sont
silencieux pour la plupart des observateurs. Le pays d’Aire
offre une large palette de ces paysages travaillés, sculptés
par les outils aratoires. Ici, sur quelques kilomètres carrés,
il est possible de saisir la variété cachée derrière le mot
« champ », mot unique et simplificateur.

Néanmoins, ici comme pour tant d’autres paysages
régionaux, les champs se conjuguent avec les prairies.
Bien plus rares que les premiers, elles marquent davantage
les esprits, sans doute parce qu’elles accompagnent les
maisons des hommes. Elles entourent les villages, sillonnent
le pays avec les rivières, s’étalent un peu au contact du Haut
Artois mais aussi aux abords des grandes plaines. Comme
les champs, il y a prairie et prairie ! Verte tirant sur le bleu,
bordée d’eau et creusée de profondes ornières : voici la
prairie des terres basses. Pentue, sèche, bordée de haies
d’aubépines taillées ou ponctuées d’arbres : et voici la prairie
des coteaux.

Les paysages de campagne sont dominés par la silhouette
de la sucrerie omniprésente à l’échelle de ce paysage. Les
rebords du plateau offrent des vues lointaines bordées par
les usines de « la française de mécanique ». On aperçoit
même les Monts de Flandres.

Mais, il ne faudrait pas quitter les paysages de campagne
du Pays d’Aire sans évoquer les richesses agricoles et
paysagères de ce pays ou la source est reine. Combien
de cressonnières occupaient la vallée de la Lys et de ses
affluents ? Combien de viviers aux frais poissons ? Cette
domestication de l’eau vive, pure et fraîche est une facette
précieuse de ces paysages de campagne. Les pluies qui
arrosent les hauteurs artésiennes surgissent ici avec vigueur,
avant de s’alanguir dans les plaines, avant que ne commence
la lutte pour s’en débarrasser… Aussi petits et rares fussent-
ils, ces éléments de paysage racontent une agriculture
faisant feu de tout bois, riche de sa diversité même.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord