DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages métropolitains

Introduction

jeudi 9 juin 2011

Plan de situation du paysage Métropololitains

Métropole transfrontalière

L’histoire industrielle
commune, la
« transparence de
l’espace » en matière
de transports et la
proximité linguistique
font de la trans-frontalité
métropolitaine une sorte
d’évidence. Qu’il s’agisse
des villes du Nord-Est,
de celles de la vallée de
la Lys ou plus largement
de la position centrale
occupée par la Lille
au milieu d’un triangle
Paris-Londres-Bruxelles,
la Métropole offre l’un
des exemples français
de « trans-frontalité du
coeur et du quotidien ».

Les paysages de la Métropole lilloise sont ceux d’une aire
urbaine dense, la plus dense de la région, et les limites de
ce Grand paysage semblent s’imposer avec une certaine
évidence. Autour des principales villes du grand ensemble
métropolitain - Lille, Roubaix, Tourcoing, Villeneuve d’Ascq
- s’agglomèrent des villes moyennes dans un tissu urbain
continu structuré par quelques grands axes. Puis, la ville
change, offrant le visage d’un tissu périurbain, dense
encore, plutôt industriel par ici et plutôt rural par là.

Pourtant, les limites du Grand paysage régional relèvent
d’un relatif arbitraire, tant le phénomène urbain a progressé
hors de son berceau d’origine, englobant par exemple
la vallée industrielle de la Lys. Au Sud, c’est la Pévèle
périurbaine qui borde la Métropole, et vient mourir sur le
plateau du Mélantois ; tandis qu’au Sud-Ouest, une autre
réalité urbaine s’affirme, celle du bassin minier, après la
brève transition périurbaine ménagée par les Weppes
en direction de Lens. l’Ouest enfin, les paysages de
la plaine de la Lys proposent une campagne largement
« sous influence ». L’Est de la Métropole est découpé par
la frontière franco-belge, qui présente, ici comme souvent,
un caractère symbolique tant les paysages métropolitains
semblent s’y poursuivre.

Ainsi, les paysages métropolitains - le phénomène est
national - voient cohabiter des paysages de centre-ville et
des ensembles pavillonnaires : une métropole dans un jardin
résidentiel en constante extension. Mais, l’enchevêtrement
est de mise et la simplification impossible : les campagnes
chics et les faubourgs ouvriers s’entremêlent, la ville
nouvelle apparaît à l’écart du modèle urbain industriel
dominant, et tandis que la ville-centre gagne des « parts
d’image », les périphéries peinent à s’inventer dans un
processus de connaissance/reconnaissance positif.

Plan schématique du paysage Métropololitains

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord