DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques

Regards portés par les arts

jeudi 9 juin 2011

Aquarelle d’un arbre remarquable à Audembert
Un moulin

Architectures

Les édifices nobles
des Coteaux calaisiens
et du Pays de Licques
affectionnent la pierre
calcaire. Ces façades
piègent la lumière et
offrent au fil des heures
une gamme chromatique
extraordinaire, véritable
reflet du ciel et de ses
humeurs.

Paysages du Pays de Licques

Ici encore se repose la question de l’identité culturelle de
paysages « muets », puisqu’il fut impossible de trouver des
représentations anciennes de ces lieux, fussent-elles de
modestes cartes postales. Ces paysages qui ne se montrent
pas sont-ils des paysages ? La réponse est oui, sans
conteste, sauf à considérer que l’art seul « fait » paysage,
et non la vie, le travail ou l’histoire. Les Coteaux calaisiens
et le Pays de Licques trouvent aujourd’hui seulement
des images pour se raconter à travers le développement
touristique. Les illustrations de Michel Kokot, qui décrivent
presque entièrement ces
pages, sont issues d’un
dépliant touristique réalisé
dans le cadre du Parc
naturel régional des Caps
et marais d’Opale. Il faut
noter que les deux Parcs
(Boulonnais et Audomarois)
qui donnèrent, par leur
fusion, naissance au Parc
des Caps et marais d’Opale
n’intégraient pas, à l’origine, ces paysages « du milieu ».
Là encore, un creux dans la représentation avait laissé
le silence courir sur les rivières et les bois. Cette notion
d’absence dans les représentations n’est pas seulement
liée aux regards extérieurs portés sur ces paysages. Il s’agit
également de la voix propre d’un territoire. Les communes
engagées dans un Parc naturel régional cherchent à faire
entendre leur singularité ; le Parc définit tout autant un
projet pour l’intérieur que pour l’extérieur. Ici, le silence
apparaît d’autant plus lourd, que le Pays de Licques est
célèbre pour son terroir producteur de volaille depuis fort
longtemps…

Pintades

Dindes et volailles

La réputation de la volaille
de Licques dépasse
largement son pays
d’origine. Conduites en
troupeaux dans les prairies
et forêts environnantes,
les dindes des moines
prémontrés, se gavaient
de plantes, de graines, de
baies et autres fruits. Ces
nourritures donnaient
à la dinde de Noël un
goût à nul autre pareil. A
Licques, on ne fait la dinde
que pour les fêtes de fin
d’année en maintenant les
traditions. Aujourd’hui, la
diversification est acquise
avec les canards, oies,
pintades, poules, poulardes
et aussi le célèbre chapon,
l’un des meilleurs de
France.

La chapelle Saint-Louis

Depuis que ces paysages sont sortis de
l’anonymat ou du silence volontaire, c’est surtout le Pays
de Licques qui concentre et attire les regards. Sans doute
cette campagne bucolique, ou il fait bon se promener en
famille, avait tout pour séduire. Le relief ondule légèrement,
l’isolement protège des grandes voies de circulation et des
foules littorales, les forêts permettent des pique-niques
ombragés. Ce sont des aspirations d’urbains qui se trouvent
fixées par l’aquarelliste qui ne manque pas de camper sur
chaque scène un ou plusieurs observateurs hédonistes,
contemplant ou consommant le paysage qui s’offre à leurs
yeux. Ces représentations
contemporaines, bien que
classiques,
revisitent
le
thème de la contemplation
désintéressée à l’aune des
comportements et pratiques
d’aujourd’hui. Il s’en dégage
une sorte de néo-romantisme
mâtiné
d’individualisme,chacun de nous se révélant
un aventurier de la fin de
semaine à pied ou à vélo, mais toujours équipé de sac à
dos ! Il faut noter, sur ces images, la récurrence du motif
unissant l’architecture et la végétation. Que ce soit dans un
village ou sur un site remarquable, l’architecture s’impose
par la blancheur de ses façades, qui tranche avec vigueur
sur les verts des prairies et des arbres. Le pays de Licques
apparaît ainsi comme un eldorado des dimanches :
couplant nature et culture, sans parler des produits du
terroir.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord