DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Hainaut-Avesnois

dimanche 3 juillet 2011

Une région à matrice bocagère

Très dense et très homogène jusqu’à la deuxième guerre mondiale, la trame bocagère tend à présent à s’ouvrir du fait
du retournement des prairies au profit des grandes cultures.
Cet effet de mitage est général, mais s’accentue et devient
dominant sur les marges Nord et Ouest. L’effet des grands axes
de communication et des grandes villes, tout particulièrement
l’agglomération de Maubeuge, se fait sentir de manière radiale.
L’aménagement de la RN 2 en voie autoroutière devrait
accélérer encore ce processus et l’entraîner vers la Thiérache
(à moins d’aménagements compensatoires conséquents et
cohérents). Parallèlement à cette évolution, la fragmentation des
habitats jusqu’ici très limitée est en cours de réalisation. Elle se
passe de manière diffuse et insidieuse, donc difficile à maîtriser.
Encore indemne de la plupart des grandes infrastructures de
communication, c’est le mitage par les grandes cultures qui a
dilaté le maillage bocager ainsi que l’urbanisation linéaire le long
des axes de communication qui constituent des menaces à
l’échelle de tout l’Avesnois.

Il s’agit de la plus grande entité paysagère après le Haut Artois.
Le grain est mixte : grossier à cette échelle de travail, il devient fin lorsque l’on descend à une échelle plus précise. Quelques grandes taches boisées dominent.
Actuellement la matrice est encore composée de manière majoritaire de zones bocagères. Mais, si la tendance récente se continue au même rythme, on aura rapidement affaire à deux matrices différentes entre le Sud et le Nord, pour finir globalement par une matrice de cultures ouvertes à terme.

Les taches sont nombreuses et de taille variable. On distingue aisément dans la matrice trois réseaux de taches. Les plus grandes taches sont composées des massifs forestiers de la région Nord – Pas-de-Calais. L’Avesnois abrite les deux plus grands boisements de la région : la forêt de Mormal et la forêt de Trélon.
La trame forestière est par ailleurs la plus dense et la plus continue de toute la région. On se situe ici en marge du vaste massif ardennais dont l’Avesnois constitue la porte occidentale.
Le second réseau de taches est constitué par la trame urbaine qui connaît une double répartition :
– la vallée de la Sambre a concentré le développement urbain et industriel le long d’un cordon linéaire très dense.
– les autres villes et villages sont répartis de manière régulière dans la trame bocagère.

Enfin, le troisième réseau de taches éco-paysagères est constitué des cellules de cultures ouvertes qui sont venues miter le bocage. On observe un gradient assez net depuis le Sud vers le Nord ou l’on passe de cellules petites et peu dominantes vers des cellules plus nombreuses et de taille importante.

Les finages de ces villages ruraux ont été gagnés sur la forêt lors des grands défrichements du Moyen-âge. La forme du finage est le plus souvent circulaire, comme dans le Cambrésis, mais avec un intervalle plus grand correspondant à une richesse agronomique moindre des terroirs : cela se voit encore nettement au Nord et au Sud de la forêt de Mormal, autour de la forêt de Trélon, dans la Haie d’Avesnes, … La lisière Nord de la forêt de Mormal montre curieusement un caractère très linéaire appuyé sur le tracé d’une ancienne voie romaine majeure menant vers Bavay. J.J. Dubois a montré la persistance à très long terme de ces lisières forestières.

Les corridors biologiques sont omniprésents et présentent le plus souvent un caractère diffus et une structure en gué. Les corridors forestiers sont nombreux et majeurs à l’échelle régionale et inter-régionale (Haie d’Avesnes,…). Le bocage possède un fonctionnement en réseau très remarquable et encore très fonctionnel malgré le mitage dont il fait l’objet. Sa nature (matrice) rôle et ses fonctions
(connectivité) se superposent.

C’est une zone de connexion biologique majeure à l’échelle
régionale car elle permet d’assurer les échanges Ouest-Est avec le massif ardennais.
C’est un paysage très hétérogène à l’échelle fine mais homogène à grande échelle.

Les habitats naturels sont principalement représentés par des fragments de forêts anciennes ; cependant, la fragmentation des habitats jusqu’ici très limitée est en cours de réalisation. Elle se passe de manière diffuse et insidieuse, donc difficile à maitriser. Encore indemne de la plupart des grandes infrastructures de communication, c’est le mitage par les grandes cultures qui dilate le maillage
bocager ainsi que l’urbanisation linéaire le long des axes de communication qui constituent des menaces à l’échelle de tout l’Avesnois.

Un autre effet de morcellement existe par la forme tentaculaire de la plupart des centres urbains qui forment une toile reliant les villages entre-eux.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord