DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Bas-champs

dimanche 3 juillet 2011

Il s’agit d’une mosaïque au grain fin essentiellement grossier à l’échelle de travail (1/250 000).

Les Bas-Champs sont, avec la cuvette boulonnaise, la seule région naturelle du Nord - Pas-de-Calais à posséder encore une matrice d’origine naturelle. La matrice
sableuse d’origine dunaire est très complexe et très largement piquetée par les taches.

Il y a encore seulement cinquante ans, le cordon dunaire
était très ouvert. Il est actuellement dominé par les milieux buissonnants ou forestiers, ce qui a changé les communautés biologiques en place et fortement fermé le milieu.

Les taches sont nombreuses et de taille moyenne à l’échelle régionale (leur taille relative est toutefois grande par rapport à la superficie de cette petite région).

Les plus grandes taches sont constituées par les estuaires de la Canche et de l’Authie, qui sont des éléments majeurs de la biodiversité régionale. Vient ensuite l’urbanisation, essentiellement d’origine balnéaire, qui a mité l’espace dunaire
et le trait de côte. Si la trame urbaine apparaît comme une tache et une barrière écologique à l’échelle de travail, sa nature balnéaire (grandes propriétés, grands jardins, structure de parc arboré, …) permet toutefois des connexions biologiques locales et elle constitue également un habitat intéressant tant pour la flore que pour la faune.

Les corridors biologiques sont omniprésents et très apparents à l’échelle globale.
On peut distinguer d’emblée deux réseaux de connexions biologiques dans les Bas-Champs :
- le premier relie le Nord au Sud. Il est triple : la façade littorale (estuaires, estrans et dunes) constitue la colonne vertébrale de cette connectivité exceptionnelle, tandis que la limite avec le plateau d’Artois marquée localement par un escarpement remarquable lié aux falaises fossiles constitue un corridor important pour les milieux terrestres secs, enfin, le centre est occupé par un réseau hydrographique à connexion locale,
- le second réseau est, quant à lui, orienté, Est-Ouest et s’appuie sur les deux vallées majeures qui coupent cette région : la Canche et l’Authie.

Cette forte connectivité à l’échelle éco-paysagère globale est encore renforcée ici par une riche structure en gué basée sur la trame des nombreuses zones humides et des boisements. Il faut également ajouter que la fragmentation, notamment par les infrastructures majeures de communication, a été jusqu’ici limitée.

C’est un complexe éco-paysager très hétérogène à grande comme à petite échelle.

Les milieux naturels originels tels que falaises fossiles, marais arrière-littoraux, dunes et estuaires sont encore abondants et occupent encore des surfaces conséquentes même si une bonne partie de leur extension première a été réduite. Il s’agit de l’éco-complexe qui présente, avec la cuvette boulonnaise, le caractère le plus naturel.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord