DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Audomarois

dimanche 3 juillet 2011

Il s’agit d’une mosaïque au grain essentiellement grossier
à l’échelle de travail (1/250 000).

La matrice agricole particulière a été mitée par les cultures, l’urbanisation et les voies de communication.

Actuellement la matrice est composée à peu près à part égale de cultures ouvertes et de zones prairiales.

Les taches sont nombreuses et de taille très variable. On peut distinguer une double trame de taches : des taches de grande taille (boisements, urbanisation, marais) relativement peu nombreuses occupent des surfaces importantes ; elles sont juxtaposées à un réseau très dense de toutes petites taches (le plus souvent agricoles et prairiales). Les plus grandes sont constituées par la trame forestière particulièrement importante, notamment en valeur relative par rapport à la surface disponible. Les taches d’urbanisation / industrialisation constituent le second poste le plus présent à l’échelle de travail. Enfin, les zones de marais, à vocation maraîchère ou naturelle, constituent le troisième élément éco-paysager dominant. C’est l’eau qui organise la structuration assez ordonnée des taches le long des cours d’eau et des canaux.

Les corridors biologiques sont doubles et peu apparents à l’échelle globale de l’éco-complexe audomarois. Le premier réseau s’appuie, classiquement, sur le réseau hydrographique et les zones de marais. C’est un réseau dense, multiforme et sans structure simple apparente.Il fonctionne principalement à l’échelle locale, sauf pour l’avifaune.

Le second réseau de corridors est terrestre et principalement à vocation boisée. Il présente une structure en gué. Il fonctionne également principalement à l’échelle locale. La connectivité de la cuvette audomaroise souffre actuellement de deux zones d’étranglement ou l’urbanisation limite la connectivité à grande échelle : par le Nord, par le goulet de la Montagne de Watten et au Sud c’est l’agglomération de St Omer-Arques qui bouche l’entrée vers la haute vallée de l’Aa.

La fragmentation des habitats est essentiellement liée à l’urbanisation et aux emprises industrinelles. Compte tenu de sa configuration particulière, la cuvette audomaroise a échappé aux grands aménagements linéaires jusqu’à présent (elle est toutefois cernée par l’A26 et la LGV). La voie ferrée ancienne est plutôt un atout potentiel dans cette trame éco-paysagère.

C’est un paysage très hétérogène à échelle fine comme à grande échelle. Les habitats naturels sont assez bien représentés essentiellement sous forme de vastes marais encore très riches sur le plan biologique.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord