Déchets

Dernier ajout : 25 septembre.

Les déchets : réduire à la source et mieux valoriser pour la gestion plus durable des matières premières et la santé


Lien aux autres thèmes

PNG - 5.4 ko PNG - 5.6 ko PNG - 12.1 ko PNG - 6.6 ko PNG - 6.2 ko PNG - 6.1 ko PNG - 7.5 ko PNG - 10.9 ko PNG - 28.8 ko PNG - 5.7 ko PNG - 10 ko

Bilan de l’état de l’environnement

En 10 ans (1999-2009), le tonnage de déchets ménagers a augmenté de plus de 36 % (647 kg/hab/an contre 470 kg/hab/an). Mais, la production d’ordures ménagères non recyclables a cessé d’augmenter en 2009 (-3 %).

Les déchets ménagers sont collectés majoritairement en mono-flux en Picardie, mais la part de la collecte sélective (en porte-à-porte ou en apport volontaire) tend à croitre : passage de 10 à 19 % entre 1999 et 2009.

En 2009, encore 45 % des déchets ménagers de Picardie sont stockés et 47 % non valorisés. Sur les dix dernières années, la valorisation a fortement progressé : passage de 75 % à moins de 50 % de déchets non-valorisés.

En 2005, 330 kt de déchets industriels dangereux (DID) sont produits en Picardie (dont 8 % de déchets dangereux diffus). Seuls 42 % des DID produits en Picardie y sont traités (filières nationales ou interrégionales de traitement).

La Picardie est couverte par trois plans départementaux de gestion des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) qui répondent aux enjeux de prévention/réduction des déchets, valorisation matière et organique et de limitation du stockage et de l’incinération. Ses plans ont vocation à être révisés en plans départementaux de prévention et de gestion des déchets non dangereux.

A ce jour, aucun plan départemental des déchets du BTP n’est validé en Picardie.

Le plan régional d’élimination des déchets dangereux de 2009 vaut révision des documents suivants :

  • le plan régional d’élimination des déchets industriels spéciaux (PREDIS)
  • le plan régional d’élimination des déchets à risques d’activités de soins (PREDRAS).