Sols et sous-sols

Dernier ajout : 30 juin 2016.

Gestion économe et durable des ressources du sol et du sous-sol : enrayer le rythme de consommation des espaces agricoles et naturels, et conserver les ressources agronomiques à long terme


Lien aux autres thèmes

PNG - 11.8 ko PNG - 11.3 ko PNG - 12.1 ko PNG - 4.4 ko PNG - 6.1 ko PNG - 26.6 ko PNG - 7.3 ko PNG - 10.9 ko PNG - 28.8 ko PNG - 5.7 ko PNG - 10 ko

Bilan de l’état de l’environnement

De grands plateaux calcaires du nord, plus étagés au sud, sont recouverts de limons leur conférant une qualité pédologique et agronomique élevée, mais sensibles à l’érosion. Ils sont séparés ou creusés de vallées recouvertes d’alluvions quaternaires. Si les extractions de granulats ont fortement diminué ces dernières années et si les ressources sont encore importantes, le granulat reste une ressource fossile et donc finie. Pour répondre aux besoins d’approvisionnement en matériaux, les schémas départementaux des carrières (SDC) ciblent le défi d’économie de la ressource (notamment par le développement de matériaux de substitution : recyclage, granulat marin…) et prônent l’évitement des impacts liés à l’exploitation et au transport notamment.

Faiblement urbanisée, la Picardie présente un faciès agricole marqué qui subit, malgré ses qualités une pression urbanistique qui la réduit progressivement (1500 ha de SAU? disparaissent annuellement, principalement dans l’Aisne). Les modifications culturales et l’imperméabilisation des sols ont un impact direct sur l’érosion des sols. Par la pression sur les ressources en eau, les risques naturels et l’agriculture, l’érosion est prise en compte dans les SAGE?, les plans de prévention des risques et les politiques agricoles (mesures agro-environnementales territorialisées, programme de développement rural de picardie, programme de recherche - développement "gestion et conservation de l’état organique des sols").

La Picardie est également une région de tradition industrielle, avec localement des sites abandonnés ou des friches industrielles générant des pollutions plus ou moins importantes, susceptibles d’affecter la qualité des sols, des eaux et la santé publique. Les 209 sites pollués ou potentiellement pollués sont suivis, voire traités pour 60 % d’entre-eux en 2008.