DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages des belvédères d’Artois et des vallées de la Scarpe et de Sensée

Thématiques transversales

Symbolique des hauteurs

jeudi 9 juin 2011

Panoramique ou Frontal

Deux familles de points
de vue peuvent être
décrites. Les points de
vue panoramiques sont
offerts par les monts :
une promenade donne la
possibilité de découvrir
les paysages dans toutes
les directions. Les points
de vue frontaux mettent
le spectateur face à une
seule direction. L’Artois
offre principalement
ce type de points de
vue, avec - dans ce
Grand paysage régional
- des lointains miniers
hérissés de terrils et
de cheminées… Ces
points de vues ont
quelque chose de
plus oppressant, qui
renforce les sensations :
l’observateur est comme
accculé. La mise en
scène du Mémorial
canadien de Vimy, plus
encore que la Nécropole
nationale de Notre-
Dame-de-Lorette, utilise
ce sentiment. Au bord
du vide, l’absurdité des
guerres résonne.


Panoramique de la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette

première vue, la région Nord - Pas-de-Calais ne peut
guère se targuer de ses points hauts ou de ses vues
panoramiques. Et pourtant ! Certes, les ambiances agrestes
sont réservées à l’extrémité Sud-Est du Grand paysage
régional avesnois ou aux hauts plateaux artésiens. Mais,
partout dans la région, les points de vue fourmillent. Cette
caractéristique est essentiellement liée à la géographie
régionale : quand la platitude est prépondérante, un simple
clocher d’église peut offrir de vastes panoramas. Les
« monts », les belvédères, les balcons proposent ainsi des
vues magnifiques sur les plaines alentours. Ces éléments
naturels se rencontrent face ou au sein de tous les paysages
du Bas Pays et même dans certains secteurs du Haut
Pays. D’anciennes falaises frangent les bas-champs de
la côte d’Opale, mais également la vaste plaine flamande.
Les escarpements de la cuesta du Boulonnais dominent la
boutonnière. Des monts surplombent la Flandre intérieure,
la Pévèle et également la Métropole lilloise. Et bien sûr,
l’Artois sur plus de 100 kilomètres déroule son merveilleux
balcon. L’homme a en outre contribué, avec ses terrils, à
créer des lieux nouveaux de contemplation dominante.

La mise en valeur des points hauts n’est pas une spécificité
régionale ; il s’agit d’un « sport » national et sans doute d’une
caractéristique forte de la culture occidentale. En effet,
embrasser le paysage du regard donne un fort sentiment
de puissance et de maîtrise. La captation de points hauts
pour des usages symboliques est ainsi fréquente : abbaye
du mont des Cats, ville de Cassel, cimetières militaires de
l’Artois, chapelles et autres calvaires… Dans une région
ventée, les points hauts sont aussi l’occasion d’utiliser la
force éolienne, théâtralisant en l’augmentant la hauteur
naturelle : moulin de Watten, des monts de Flandre et
d’ailleurs…

Plus récemment dans l’histoire, les panoramas ont
bénéficié d’aménagements spécifiques le long d’itinéraires
de promenade à pied, à vélo, à cheval… mais aussi
en voiture. Il n’est ainsi pas rare que des voyagistes
sélectionnent les itinéraires empruntant des voies
qui surplombent les paysages et autorisent des vues
panoramiques. Il faut constater que gravir les « hauteurs »
régionales est à la portée de bien des marcheurs, des plus
jeunes aux plus âgés. Avec 150 ou 200 mètres à grimper,
les panoramas du Nord - Pas-de-Calais ne découragent
guère. Ainsi, très nombreux sont les points « équipés », qui
permettent d’embrasser les paysages sur des distances
très grandes. La nébulosité de l’air est la principale limite à
ces contemplations. L’automne et l’hiver offrent des clartés
plus grandes et ainsi des vues plus lointaines. Au printemps
et surtout en été, le ciel est chargé d’humidité et très
rapidement les lointains s’embrument… Ce phénomène est
très sensible aux abords du littoral.

Dans le Grand paysage régional des belvédères d’Artois
et des vaux de Scarpe et d’Escaut, les points hauts sont
principalement dévolus à la commémoration des grands
conflits mondiaux. Mais, bien avant que les guerres du
XXème siècle ne ravagent ce pays, les hommes avaient
su profiter de potentiel symbolique de ces lieux, comme en
témoignent les dolmens de la Table des Fées et l’abbatiale
du mont Saint-Éloi.

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord