DREAL HAUTS-DE-FRANCE

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages des belvédères d’Artois et des vallées de la Scarpe et de Sensée

Ambiances paysagères

jeudi 9 juin 2011


Canal de la Sensée
Rives de la Sensée

Sensée

La vallée de la Sensée
est le paysage du secret.
L’imagination est ici
essentielle ; elle invente
ce que les regards ne
peuvent que deviner, là
ou les pas ne peuvent
aller.

Les belvédères artésiens et les vaux de Scarpe et de
Sensée résistent à toute entreprise de synthèse. Tenter
d’y ramener le chaos des particularismes à quelques
grandes lignes de force à même de dégager un sentiment
dominant est impossible. Ces paysages, exceptés le fait
qu’ils constituent un paysage de transition, proposent en
effet une succession rapide d’ambiances différentes. C’est
le règne de la diversité qui s’impose ici, avec toutefois une
certaine logique linéaire, se déroulant d’Ouest en Est.
Le balcon de l’Artois, tout d’abord, mérite une attention
particulière. Cette ligne de relief, très nette à ce niveau,
marque une coupure franche, théâtrale.

Plusieurs
belvédères ponctuent cette ligne de crête qui forme une
curiosité géologique en même temps qu’un lieu de mémoire
ou l’histoire a connu des heures noires. De fait, la plupart des
points hauts qui surplombent et contemplent la vaste plaine
et le bassin minier ont été sacralisés par les implantations
de cimetières militaires ou de sites commémoratifs des
grands conflits mondiaux. Ces lieux constituent d’ailleurs
des lieux de paysage à part entière, notamment dans
la forêt de Vimy ou les tranchées ont été reconstituées,
ou les trous d’obus sont engazonnés, plantés de pins et
pâturés par des moutons qui leur donnent une allure à la
fois intemporelle et édulcorée. En contrebas, les coteaux
boisés soulignent d’une bande sombre la modestie du relief
et accueillent quelques villages de lisière.

En droite ligne

Sur l’axe Nord-Sud, il
existait deux grandes
voies, l’une passant par
Bapaume et Arras, l’autre
plus à l’Est desservant
Cambrai et Douai.
C’est précisément
entre ces deux lignes
que l’autoroute A1,
l’une des premières
de France, a tracé
son chemin. Avec le
temps, le train est venu
consolider ce corridor
du mouvement, symbole
du positionnement
stratégique de la région.

Nette à l’Ouest, la ligne-frontière de l’Artois est plus molle à
l’Est. Un simple bombement entre deux vallées et surgissent
la très petite Gohelle et la tout aussi modeste Bellonne
respectivement au Nord de la Scarpe et de la Sensée,
qui séparent ce Grand paysage des plateaux artésiens et
cambrésiens. La lisibilité de ces bombements frontaliers se
perd à force de découpages en tous sens et dans toutes
les directions par les routes, les voies ferrées, les lignes
à haute tension ou encore l’urbanisation qui lacèrent
l’espace, comme si la dimension d’interface géographique
avait déterminé également une vocation « intermodale ».

Ensuite, immédiatement derrière ces lignes de crête,
Artois, Gohelle et Bellonne, apparaissent deux vallées qui
plongent ces paysages dans des ambiances radicalement
différentes. La vallée de la Scarpe tout d’abord livre différents
visages. Rurale et paisible dans ses commencements à
l’Ouest, elle ouvre une respiration verdoyante assez vaste
tout de même pour se distinguer des plateaux du Sud. Puis,
la vallée devient urbaine, avec la ville d’Arras à ses pieds.
Canalisée, elle poursuit son chemin vers l’Est en accrochant
à ses rives usines et villes industrielles comme un collier de
perles largement espacées. En effet, au cours des deux
derniers siècles, l’industrie a su profiter du fleuve navigable
à partir d’Arras et de ce positionnement géographique
stratégique au carrefour du grand axe économique Nord-
Sud et de celui Est-Ouest qu’est le proche bassin minier.
Vient enfin la vallée de la Sensée, avec ses foisonnements
de végétation et son ambiance marécageuse tournée vers
la pêche de loisir du côté d’Hamel ou de Palluel…

Tout ceci ne donne guère de lignes de force claires et
évidentes ! Lesquels de ces traits variés rassemblent plus
qu’ils ne divisent ? La constance de telle ou telle ambiance
paysagère ne survit pas plus de quelques kilomètres
dans ce patchwork contrasté, qui a quelque chose à voir - à l’image des véhicules lancés à grande vitesse qui le traversent en tous sens - avec l’incertitude, l’absence, l’ailleurs, la frontière…

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord