Synthèse des enjeux énergies

Dernier ajout : 25 mai 2016.

État des lieux

En 2009, la consommation énergétique totale de la région Picardie était de 5 425 milliers de tonnes équivalent pétrole (ktep). Les produits pétroliers et le gaz couvrent 70 % de cette consommation (transports, de l’industrie et du chauffage résidentiel).

Ainsi, la part des énergies fossiles dans le mix final est importante : 71 % pour les usages directs du charbon, du pétrole et du gaz, auxquelles il faudrait ajouter la part des énergies fossiles pour la production d’électricité et de chaleur dans les réseaux.

Le chauffage des bâtiments (résidentiel/tertiaire) et notamment des logements est le principal usage de l’énergie en Picardie (37 %). Les transports en Picardie ne représentent que 26 % de la consommation d’énergie (31 % au niveau national), mais sont toutefois en constante croissance. A contrario, la part du secteur industriel (34 %) est quant à elle nettement plus importante que la moyenne nationale (26 %,), mais elle décroit depuis plusieurs années.

La production nette d’électricité en Picardie a été de 235 ktep en 2009 dont 58 % d’électricité uniquement renouvelable (principalement éolien).

La production d’électricité (énergie primaire et d’origine thermique) sur le territoire ne représente que 20 % de la consommation finale en électricité en 2008.

Le réseau de distribution électrique est relativement bien dimensionné pour les besoins régionaux : 6 lignes THT 400 kV complétées par un réseau 225 kV, et un réseau de gaz dense de 6000 km, ainsi que quelques réseaux de chaleurs (puissance installée 375 MW).

Pressions

Durant la décennie 90, les consommations d’énergie finale en Picardie ont augmenté au rythme de 1,4 % par an en moyenne, soit une croissance supérieure à l’augmentation de la population (+0,3 % en moyenne). La demande augmente donc régulièrement.

Du fait du changement climatique, il est prévu dans le nord de la France, une diminution des consommations de chauffage en hiver. Pour autant, des hivers plus humides pourraient accroître les risques de moisissures et participer à la détérioration des bâtiments avec des impacts sanitaires non négligeables. D’autre part, la consommation d’électricité pour la climatisation lors des canicules et vagues de chaleur pourrait être beaucoup plus importante, avec des effets en termes d’émissions de gaz à effet de serre, appelant une adaptation des bâtiments et des systèmes de rafraichissement.

Résultat

  • 26 %, c’est la part des transports dans la consommation énergétique totale en Picardie en 2009 (contre 31 % pour la France),
  • 9 % : part de la production d’électricité renouvelable dans la consommation finale
  • 58 % de l’énergie produite en Picardie est d’origine renouvelable (principalement éolienne) en 2009,
  • 70 % de la consommation énergétique est assurée par les produits pétroliers : transport industrie, chauffage, en 2009.

Enjeux
à perdre ou à gagner}

  • Développer une gestion plus économe des ressources énergétiques

Documents cadres

  • Schéma régional climat air énergies (SRCAE?)
  • Schéma régional éolien

Réponses

La croissance de la demande électrique, notamment en milieu rural (augmentation des consommations par logement) risque d’induire à terme, d’importants besoins de renforcement des réseaux, d’où l’importance de mettre en place dès à présent des actions visant à maîtriser cette demande. Suite au SRCAE, les gestionnaires de distribution proposeront le schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables.

Le schéma régional éolien (volet éolien du SRCAE) identifie les zones favorables au développement de l’éolien et notamment le Santerre, le Plateau amiénois - Plateau picard, le Vermandois Plaine de Saint-Quentin, et la Brie.

En 2011, l’appel d’offres pour l’éolien offshore a sélectionné la zone de projet au large du Tréport (Seine-Maritime, Somme) sur 110 km², pour une puissance maximale de 750 MW. Les opérateurs devraient être désignés d’ici 2015. L’objectif est d’atteindre 3 000 MW installés au large des côtes françaises au niveau national.

Les autres sources restent marginales dans le mix de production picard, même si le solaire photovoltaïque est en très forte croissance. En effet, les installations solaires photovoltaïques reliées au réseau sont passées de 13 (2007), à 2053 (2010) (puissance installée de 0,04 MW à 8 MW).

Il existe aussi une forte dynamique d’implantation de réseaux de chaleur, impulsée depuis 2007 par la Région. Plus de 20 sites ont fait l’objet d’études de faisabilité : en janvier 2011, 18,4 MW de chaufferie bois sont en fonctionnement, et près de 34 MW sont programmés pour entrer en fonctionnement entre 2011 et 2013 (Amiens, Abbeville et Breteuil, notamment).

Un indicateur parmi d’autres

Évolution de la consommation d'énergie finale par type d'énergie
Évolution de la consommation d’énergie finale par type d’énergie
Source : MEEDDAT (SOeS?), base de données PEGASE - Indice base 100 en 1990 (tep?)
Producteur : SOeS - Données essentielles de l’environnement

En réponse à une gestion plus durable des ressources naturelles et la lutte contre les changements climatiques, l’évolution des consommations d’énergies et notamment des énergies fossiles est prégnante.

Que dit le Grenelle ?

Le Plan Grenelle Energie s’articule autour de 5 axes :

  • vers une société sobre en énergie et en ressources,
  • ramener les émissions des transports à leur niveau de 1990 d’ici 2020,
  • vers des villes et plus largement des territoires durables,
  • introduire des signaux économiques plus clairs pour tous les acteurs (fiscalité environnementale),
  • décarboner et réduire la production d’énergie.
  • Consommation d’énergie en 2005 en Picardie

    Source : Explicit

Synthèse des enjeux énergies