Eau et Biodiversité

Inventaire régional du patrimoine géologique

, par Claire Rigaud


Le patrimoine géologique fait partie intégrante du patrimoine naturel. Il s’inscrit dans toutes les disciplines des sciences de la Terre (sédimentologie, paléontologie, tectonique, pédologie, géomorphologie, hydrogéologie, etc.) et est visible sur le terrain (patrimoine in situ : roches, fossiles, minéraux, failles, affleurements, méandres, dunes, etc.) ou dans via des collections (patrimoine ex situ : espaces muséographiques, universitaires, privées, etc.).
Il se distingue de la géodiversité qui constitue notre environnement géologique par l’expression d’intérêt scientifiques, pédagogiques, esthétiques accrus ou d’une rareté particulière par exemple


Cadre législatif et objectifs

La loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002 modifiant l’article L411-1 A du code de l’environnement instaure l’élaboration par l’État d’un inventaire du patrimoine naturel sur l’ensemble du territoire national terrestre, fluvial et marin visant à recenser les richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, pédologiques, minéralogiques et paléontologiques.

Lancé en 2007 par l’État, l’Inventaire national du patrimoine géologique (INPG) devient, à l’instar des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) – autre volet de l’inventaire national mis en place dés 1982 – l’outil national privilégié pour la connaissance du patrimoine géologique et ses enjeux de conservation. Il constitue une référence nationale intégrée dans le Système d’information sur la nature et les paysages (SINP) et ses informations sont mises à disposition des gestionnaires, des décideurs du territoire et des citoyens, comme outil d’information et d’aide à la décision.


- de mieux connaître l’expression des richesses et de la diversité géologique nationale par un recensement de l’ensemble des sites, objets et collections d’intérêt géologique ;
- de les qualifier à l’aide de fiches détaillant leurs caractéristiques ;
- de les évaluer et les hiérarchiser sur la base de :

  • leur contribution à la recherche scientifique ;
  • leur intérêt pédagogique,
  • leur rareté à différentes échelles (régionale, nationale, internationale),
  • leur unicité,
  • leur esthétique,
  • leur apport socioculturel ;

- d’évaluer leur fragilité (vulnérabilités naturelles, menaces anthropiques) et leur besoin en protection.


Organisation


L’État assure la conception, l’animation et l’évaluation de l’inventaire national du patrimoine naturel. Les régions peuvent être associées à la conduite de cet inventaire dans le cadre de leurs compétences. En outre, les collectivités territoriales peuvent contribuer à la connaissance du patrimoine naturel par la réalisation d’inventaires locaux.

Dans le cadre de l’INPG, le Ministère en charge de l’environnement assure donc le pilotage politique de la démarche.

La responsabilité scientifique est confiée au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) en lien avec la Conférence permanente du patrimoine géologique (CPPG).

La gestion technique des données collectées via l’outil de saisie commune i-Géotope est assurée par le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

La commission nationale des sites réunissant différents experts venus d’horizons divers (MNHN, BRGM, recherche, protection de l’environnement, etc.) est chargé de la validation nationale des inventaires issus des régions (cohérence méthodologique).


La réalisation du volet régional de l’inventaire (IRPG) est directement confiée aux Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). La validation régionale des données est assurée par le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) qui désigne au sein de ses membres un coordinateur scientifique. Celui-ci s’appuie sur un groupe d’experts régionaux, la Commission régionale du patrimoine géologique (CRPG) pour mener la collecte des données, la sélection des sites et objets, leur évaluation.

Une CRPG unique pour les Hauts-de-France a été officialisée en juin 2017 et a vu ses missions s’élargir dans le cadre d’un plan d’action régional en faveur du patrimoine géologique organisé autour de 5 axes :

  • Connaissance : suivi et mise en œuvre de l’inventaire continu (ajout de nouvelles fiches, actualisation des données, validation scientifique en lien avec le CSRPN) ;
  • Protection : déploiement des Arrêtés préfectoraux relatifs à la protection de sites d’intérêt géologique, réflexions sur la Stratégie de création des aires protégées (SCAP) ;
  • Gestion : avis sur des plans de gestion de sites, conseils, etc. ;
  • Valorisation : suivi de la mise en œuvre d’un plan de communication autour du patrimoine géologique de la région ;
  • Transversal : réponse et suivi des sollicitations.

La coordination technique et l’animation des travaux de la CRPG a été confié aux Conservatoires d’espaces naturels du Nord – Pas-de-Calais et de Picardie.


>voir le schéma de mise en œuvre (format PDF - 376 Ko)

En Hauts-de-France

L’inventaire Hauts-de-France s’est dans un premier concentré sur le patrimoine géologique de surface. Dans les anciennes régions administratives du Nord – Pas-de-Calais et de la Picardie, les déclinaisons régionales ont été menées entre 2007 et 2015 et validées par le comité national en mars et novembre 2015. Elles comptent 52 fiches en Nord – Pas-de-Calais et 78 en Picardie.

Sur la base de ces démarches, l’inventaire du patrimoine géologique de la région Hauts-de-France, orienté dans un premier temps vers le patrimoine géologique de surface compte à ce jour 130 fiches.


Carte des sites

JPEG - 15.8 Mo


Diagrammes de répartition des sites de l’IRPG

PNG - 83 ko


Perspectives

L’inventaire du patrimoine naturel est un inventaire continu non exhaustif : l’ajout comme le retrait de fiches est possible et les fiches actuellement saisies peuvent faire l’objet de mises à jour : contours, descriptions, évaluations (de leur intérêt patrimonial ou de leur besoin de protection) selon l’évolution dans le temps des sites et des objets et de leur contexte.

Dans un premier temps, l’ajout de nouvelles fiches devrait concerner :

  • le gisement houiller du Nord – Pas-de-Calais ;
  • des objets géologiques et paysagers du plateau crayeux entre Artois et Somme (creuses, dolines, rideaux) ;
  • des sites représentatifs du Quaternaire de la vallée de la Somme ;
  • des tourbières ;

L’extension de l’inventaire aux sites marins, collections géologiques et sites souterrains pourra être envisagé dans un second temps,


En parallèle de ce travail sur la connaissance du patrimoine géologique :


Pour en savoir plus :