Mobilités et infrastructures

Déviation de Beauvais (RN31) : 10 ans d’amélioration des continuités écologiques et de suivi de la faune.

, par Cédric Nurdin

La réalisation de la déviation de Beauvais par la RN31 s’est accompagnée de mesures pour la préservation de la faune des milieux naturels traversés : création de 2 passages grande faune, création d’une trentaine de batrachoducs (passages spécifiques pour batraciens) et création de mares « écologiques ».

Depuis la mise en service de la déviation en février 2008 le Maître d’Ouvrage (successivement DRE PICARDIE, DREAL PICARDIE, DREAL HAUTS-DE-FRANCE) s’est attaché à tout mettre en œuvre pour optimiser le fonctionnement des mesures environnementales et en étudier l’efficacité.

En 2009 le CETE Nord Picardie effectue une expertise des passages faunes. Cette mission permet de mettre en évidence la nécessité :

  • d’une fauche régulière des clôtures et entrées des batrachoducs ;
  • d’un système de guidage efficace pour les batrachoducs (préconisation de barrières permanentes en béton) ;
  • d’aménager les ouvrages hydrauliques de la déviation (dalots) afin de favoriser le passage de la petite faune et des amphibiens ;
  • de contrôler l’utilisation des passages faunes et de mettre en place un suivi des populations d’amphibiens et des mares autour de l’infrastructure.

À partir de 2011 le bureau d’étude SAGE fait un état des lieux initial des ouvrages en place, recense les espèces et propose des corrections en les classant par ordre de priorité.

Afin de réaliser les travaux d’entretien et aménagement des ouvrages écologiques de la déviation de Beauvais la DREAL Picardie conventionne avec la DIR Nord et ses agents d’exploitation spécialisés des travaux publics de l’État.

En 2013 et 2014 une première campagne permet de réaliser les travaux suivants :

  • reprises de guidage d’amphibiens sur 8 batrachoducs (guidage spécifique béton, grillage petite maille avec bas volet, interdiction d’accès petite faune)
  • amélioration d’une portion de la clôture de la section courant de la déviation (fixation d’un grillage petite maille avec bas volet, interdiction d’accès petite faune et guidage vers ouvrages dédiés)
  • installations d’une banquette en encorbellement (40 et 60 cm de large) sur 2 ouvrages hydrauliques
  • création de 7 nouvelles mares et modification de 3 mares existantes

En 2015 le bureau d’étude SAGE réalise une campagne de terrain afin de faire un suivi relatif à la migration des espèces suite à la réalisation des travaux d’amélioration.
En l’absence d’observation de phénomène migratoire le bureau d’étude invite la DREAL à poursuivre les travaux d’amélioration et le suivi.

Fin 2016-début 2017 la première phase d’une deuxième campagne de travaux débute.
Durant cette phase sont réalisés des travaux de : débroussaillage, pose de grillage petite maille, terrassement des ouvrages hydraulique, nettoyage et élargissement des mares. Ces travaux sont suspendus par la sortie des amphibiens mais les travaux préparatoires de la seconde phase peuvent continuer.

En 2017 le CEREMA (DT Nord Picardie) réalise une campagne de prospections amphibiens dans le cadre du suivi des aménagements.
Le rapport de la campagne traduit une satisfaction globale quant aux espèces rencontrées et à la biodiversité des mares.

PNG - 564.7 ko
Rainette verte et triton crêté femelle ( Source CEREMA DT Nord Picardie)

Toutefois il n’a toujours pas été possible de mettre en évidence un transit des amphibiens via les aménagements de traversées.

En janvier 2018 la seconde phase de la deuxième campagne de travaux débute.

Du débroussaillage à l’aide d’un robot téléguidé est effectué le long des grillages.
JPEG - 260.4 ko
Robot téléguidé (Source DREAL Hauts-de-France)

Une banquette en encorbellement pour faciliter la traversée est réalisée sur un ouvrage hydraulique.
JPEG - 184.5 ko
Vue large banquette (Source DIR Nord)

JPEG - 181.3 ko
Vue détail banquette (Source DIR Nord)

Un autre ouvrage est nettoyé.
JPEG - 200.4 ko
Nettoyage ouvrage (Source DIR Nord)

JPEG - 175.6 ko
Nettoyage ouvrage (Source DIR Nord)

Reste à venir la création d’une banquette sur l’ouvrage hydraulique nettoyé, une coupe d’arbre autour d’une mare, une surveillance du développement des ligneux dans les mares afin qu’elles ne soient pas trop colonisées…et l’arrivée d’une nouvelle génération d’amphibiens.

Vous êtes ici :