Énergie, climat, air, logement et aménagement

2021 : le logement reste la principale cause de l’artificialisation des sols en Hauts-de-France

, par Gregory Codron

Plusieurs messages forts se dégagent de cette actualisation :
• dans la majorité des territoires de la région, la production de logements neufs est trop importante par rapport à la demande quantitative en logements et conduit à une augmentation de la vacance dans le parc de logements existants ;
• la production de logements est au plus bas sur 2016 et 2017 mais s’accompagne d’une reprise de l’artificialisation ;
• ces éléments traduisent une augmentation de la surface moyenne mobilisée par logement qui s’établit à 790 m² en 2016-2017 contre 768 m² sur 2006-2015.
• le décalage entre l’artificialisation des sols par le logement et la croissance démographique se poursuit ;

La direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Hauts-de-France a réalisé une actualisation de l’état des lieux intitulé « Le foncier mobilisé pour le logement dans la région réalisé en 2019, le complétant avec les données disponibles pour 2016 et 2017 » - (format PDF - 5.4 Mo).

L’efficacité des choix de développement des territoires de la région effectués pour la production de logements continue de poser question : la mise à jour des profils des territoires établie dans le diagnostic initial montre une diminution des territoires vertueux.
En Hauts-de-France, la production de logements reste le premier vecteur d’artificialisation des espaces agricoles, naturels et forestiers, bien avant l’activité économique et commerciale ou les infrastructures : plus de 50 % des 15 000 ha artificialisés en région entre 2009 et 2017 l’ont été pour le logement (8 000 ha)1.

La gestion économe de l’espace constitue l’une des priorités des politiques de planification du territoire depuis la loi solidarité renouvellement urbain de 2000. Elle a été réaffirmée en juillet 2018 dans le cadre du Plan biodiversité du gouvernement. Les travaux de la Convention citoyenne pour le climat qui a donné lieu au projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets » en cours d’examen parlementaire vise à renforcer les mesures relatives à la lutte contre l’artificialisation des sols.

En s’adressant aux collectivités et aux acteurs professionnels de l’aménagement, les services de l’État soutiennent un développement de l’habitat économe en foncier, qui :
• anticipe au plus juste les besoins en logements et en foncier en lien avec la démographie et la demande ;
• réponde aux aspirations des ménages avec des logements correspondant à des modes d’habiter plus conviviaux et moins consommateurs d’espace ;
• privilégie la production de logements selon des formes urbaines confortables dans les espaces déjà urbanisés, grâce à l’ensemble des ressources proposées par le recyclage foncier et le renouvellement urbain.

1 observatoire national de l’artificialisation des sols lancé le 5 juillet 2019

Le rapport complet de l’étude « Le foncier mobilisé par le logement en Hauts-de-France entre 2006 et 2015 » , réalisé avec l’appui des directions départementales des territoires et de la mer et l’association technique de la direction territoriale Nord-Picardie du Cerema, l’établissement public foncier Nord-Pas-de-Calais et l’agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole, est consultable sur le site internet de la DREAL Hauts-de-France.

Avez-vous trouvé l'information que vous cherchiez dans cet article ?

Vous êtes ici :