Énergie, climat, air, logement et aménagement

Atlas cartographique de l’habitat en Nord Pas-de-Calais Edition Décembre 2012

, par Administrateur EN

La territorialisation et la contractualisation des politiques de l’habitat renforcent la nécessité d’approfondir la connaissance des territoires et des marchés de l’habitat, selon une maille territoriale fine.


Avant-propos de Michel Pascal, DREAL Nord - Pas-de-Calais


Michel Pascal La connaissance des marchés locaux de l’habitat, des besoins en logement des populations et de leurs évolutions est indispensable à l’orientation des politiques de l’Etat en matière d’habitat.

Cette connaissance doit permettre à l’Etat de jouer son rôle de garant du respect des réglementations et des orientations nationales, de garant de l’équilibre et de l’égalité entre les territoires. Cette connaissance doit aussi permettre d’évaluer les politiques publiques, notamment pour mieux affecter les moyens et en améliorer l’efficacité.

L’Etat n’agit pas seul dans le domaine du logement et de l’habitat : la diffusion de cette connaissance auprès des partenaires est tout aussi importante puisqu’elle permet une compréhension partagée des enjeux, mais aussi la confrontation des points de vue, des nécessités à agir et améliore ainsi la mise en œuvre opérationnelle des politiques.

Par cet atlas régional de l’habitat en région Nord Pas-de-Calais, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement a voulu donner en photographie, sous des formats simples, les grands enjeux territorialisés en matière d’habitat, mais aussi illustrer des dynamiques à l’œuvre, et les résultats de certains dispositifs d’intervention dont l’Etat a la charge ou assure le pilotage.

Cet atlas s’adresse à l’ensemble des acteurs publics et privés, notamment les partenaires du logement représentés au sein du comité régional de l’habitat, qui travaillent au quotidien à la mise en œuvre des politiques locales de l’habitat : collectivités territoriales, Établissements Publics de Coopération Intercommunale, bailleurs sociaux, professionnels intervenant dans les domaines du logement, de l’immobilier, de la construction, acteurs financiers du logement, des associations œuvrant dans le domaine du logement des personnes défavorisées et des partenaires sociaux.

Il sera progressivement enrichi et complété.

J’émets le souhait que, dès cette première version, il contribue à une connaissance partagée de la situation du logement au sein de la région, et qu’il alimente la réflexion sur les actions à mener à court et moyen termes, dans un souci de développement durable qui mêle politique de l’habitat et planification, et dont la finalité ultime est le bien être des hommes et des femmes de notre région.

Michel Pascal
Directeur régional de l’environnement, de l’aménagement et du logement Nord Pas-de-Calais


Préambule


Exemple de planche de l’Atlas L’observation du territoire constitue en effet une priorité pour comprendre les phénomènes à l’oeuvre, optimiser une politique du logement adaptée aux contextes locaux et évaluer la pertinence et l’efficacité des aides publiques.

Pour répondre à ce besoin, la DREAL [1] a souhaité constituer un socle de connaissance, l’atlas régional de l’habitat, décliné selon les grands thèmes d’analyse des marchés locaux (la demande de logement, la construction, l’offre de logement et les niveaux de prix, le parc).

elle exploite pleinement l’ensemble des sources de données dont elle dispose à l’heure actuelle, en propre ou au travers de partenariats, et en tirant profit de l’amélioration des systèmes d’information.

L’atlas se présente sous la forme d’une série de cartes de référence thématiques, accompagnée d’une analyse synthétique de chaque carte. Le format « classeur » de l’atlas apporte de la souplesse quant à son utilisation, sa diffusion, ses mises à jour et son enrichissement (nouvelles cartes) : chaque planche est détachable et peut
être diffusée telle que.

La première partie de l’atlas rassemble les grandes données disponibles en matière de connaissance de la demande par la caractérisation démographique, sociale et économique des demandeurs. La seconde décrit l’offre de logements. La troisième partie fournit des éléments de constat sur « la rencontre entre l’offre et la demande ».

Ce travail est appelé à être complété, en particulier par des données de prix pour lesquelles des explorations spécifiques sont nécessaires : loyers du parc privé, valeurs immobilières et foncières sont autant de variables essentielles à la connaissance des marchés locaux qui restent à décrire et à analyser.

Cette première approche constituée par une succession de cartes thématiques sera complétée par une approche plus transversale. Cette réflexion consistera à agréger un certain nombre d’indicateurs permettant de qualifier chaque territoire au regard des tensions du marché local de l’habitat.


Méthodologie


Le travail entamé par ce premier tome cartographique doit permettre d’analyser par la suite le territoire régional au regard des tensions des marchés locaux de l’habitat, davantage dans la perspective d’une hiérarchisation des espaces infra-régionaux entre eux que par une description complète et exhaustive de chaque situation locale.

De manière à rendre l’approfondissement ultérieur possible, la première étape a consisté en une réflexion sur l’échelle géographique de présentation des variables analysées.

Le zonage d’étude devait permettre :
- de rendre compte du fonctionnement des territoires au regard des marchés locaux de l’habitat,
- de s’affranchir des limites d’utilisation des données statistiques mobilisées (seuils de diffusion liés au secret statistique, niveaux de représentativité).

Le découpage institutionnel communal ne constitue pas un zonage d’étude efficace dans la mesure où cette échelle rendrait impossible la diffusion de données sur de vastes espaces (seuils liés au secret statistique ou niveaux de représentativité insuffisants). Cette remarque se vérifie en particulier en milieu rural où le nombre
d’observations est souvent réduit.

Ce constat a conduit a recherché un niveau supérieur d’agrégation des données.

Ce choix se traduit par la possibilité de reconstituer les périmètres des EPCI [2] à partir du découpage défini pour ce travail cartographique. A cette fin, les périmètres de référence utilisés sont ceux définis par les Schémas Départementaux de Coopération Intercommunale.

Les découpages thématiques évoqués ci-après ne reflètent souvent que partiellement la diversité des contextes des marchés locaux du logement et ne permettent pas de reconstituer les périmètres des EPCI. C’est pourquoi ces découpages n’ont pas été repris intégralement.


Ressources


Pour en savoir plus :

Notes

[1Direction Régionale de l’environnement et du Logement

[2Établissements Publics de Coopération Intercommunale