Dossiers

Plans de restauration nationaux

, par Administrateur EN

La lutte contre la perte de la biodiversité est un engagement fort du gouvernement français et de l’union européenne. Cet engagement s’est traduit par la signature part l’union européenne et de la France de la convention de la diversité biologique lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992.

Dans ce cadre, la France et l’union européenne ont développé une stratégie afin de stopper la perte de la biodiversité d’ici 2010.
Parmi les outils développés dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité adoptée par la France en 2004, l’Etat français a souhaité mettre en place des plans de restauration nationaux pour les espèces dont l’état de conservation n’est pas favorable.

Les premiers plans de restaurations ont été initiés par le ministère chargé de l’écologie en 1996. Plus d’une quarantaine de plans de restaurations nationaux sont actuellement en cours d’élaboration ou de mise en œuvre (télécharger le plan de restauration en cours / annexe 1 circulaireen PDF - taille 0.6 mo ).

Le Grenelle de l’environnement et plus précisément le programme visant à « stopper la perte de la biodiversité » a conclu à la mise en œuvre des plans de conservations et de restauration dans les 5 ans pour les 131 espèces présentes sur le territoire français (métropole et outre-mer) et considérées comme en danger critique d’extinction sur la liste rouge mondiale de l’Union Internationale pour la Conservation de la nature (UICN).

Globalement les plans nationaux de restauration visent à organiser un suivi cohérent des populations de l’espèce ou des espèces concernées, à mettre en œuvre des actions coordonnées favorables à la restauration ou le rétablissement de ces espèces ou de leurs habitats, à informer les acteurs concernés et le public et à faciliter l’intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques d’infrastructures.

En 2009, il est prévu que soient lancés de nouveau plans, issus du Grenelle de l’environnement et d’autres nécessaires pour les espèces menacées sur le territoire national non identifiées par le Grenelle de l’environnement. Le MEEDDAT a utilisé les conclusions d’un travail confié au Museum National d’Histoire Naturelle (MNHM) pour établir les priorités d’intervention et de décider, avec l’avis des experts du Conseil National de la Protection Naturel (CNPN), de la liste des espèces parmi les 131 espèces inscrites dans la liste UICN mondiale en danger critique d’extinction, devant faire l’objet dans l’immédiat, d’un plan de restauration.

Le MEEDDAT a ainsi retenu 8 espèces menacées sur le territoire national et devant faire l’objet d’un plan de restauration en 2009 (télécharger le plan de restauration prévus en 2009 / annexe 2 circulaire en PDF - taille 0.5 mo ).

En ce qui concerne la région Nord-Pas-de-Calais, notre région est déjà concernée par 3 plans de restaurations nationaux validés :

Et nous sommes susceptibles d’être concerné par plusieurs autres plans :

  • plan de restauration Râle des genêts
  • plan de restauration Odonates
  • plan de restauration Chouette Chevêche
  • plan de restauration Pollinisateur
  • plan de restauration Naïades
  • plan de restauration Plantes messicoles

La rédaction d’un plan de restauration régional est l’une des premières actions à mettre en route dans le cadre des plans de restauration nationaux, la mise en place d’un suivi des populations en région, constitue une démarche parallèle alimentant la connaissance..

En ce qui concerne le plan de restauration Chiroptères, c’est la Coordination Mammalogique du Nord de la France (CMNF) qui a été chargé par la DIREN de rédiger le plan. Un comité de pilotage prévu prochainement sera chargé de valider le contenu du plan de restauration et de définir les actions à mener en région.

Pour le plan de restauration Butor étoilé, le comité de pilotage se réunira très prochainement pour désigner le maître d’œuvre du plan de restauration régional et de définir les actions prioritaires à mener en région.