Prévention des risques

Sécurité des canalisations de transport de matières dangereuses et de distribution de gaz

Le territoire de la région Hauts-de-France est traversé par près de 5000 km de canalisations de transport de fluides dangereux.

JPEG - 162.2 ko

En ce qui concerne le transport du gaz naturel (environ 4000 km de réseau), la région est le point d’entrée sur le territoire national pour le gaz en provenance de Norvège (Mer du Nord) et des Pays-Bas (gisement de Groningue). La mise en service du terminal méthanier de Dunkerque est venue compléter le dispositif en 2016.
La région inclut également le plus gros nœud gazier de France, au niveau du stockage souterrain Storengy de Gournay-sur-Aronde dans l’Oise, seul stockage souterrain au niveau national qui est alimenté par du gaz « B » à bas pouvoir calorifique (gisement de Groningue). L’arrêt programmé (2029 au plus tard) de l’alimentation en gaz B va nécessiter l’adaptation au gaz H d’une grande partie du réseau de transport mais aussi celle des installations de distribution (jusque chez le particulier).

La région est également traversée par d’autres réseaux importants (hydrocarbures, hydrogène, oxygène) alimentant de nombreux établissements industriels le plus souvent classés Seveso.

Enjeux de sécurité

La principale cause de perte de confinement d’une canalisation de transport est l’endommagement externe, en général lors de travaux effectués à proximité de l’ouvrage. Plus de la moitié des fuites, et la quasi totalité des ruptures complètes (par exemple, l’accident de Ghislenghien en Belgique le 30 juillet 2004) sont dues à cette cause. Les autres causes sont la corrosion externe ou interne, les défauts de matière ou de soudage, les fuites sur joints ou brides, les réactions chimiques, etc.

En cas d’accident, les produits qui s’échappent de la canalisation peuvent développer, selon leurs caractéristiques, un nuage inflammable, explosif ou toxique. Pour les produits liquides, ils peuvent en outre entraîner une pollution du milieu environnant. La prévention contre les endommagements externes passe par une bonne information des propriétaires ou gestionnaires des terrains traversés et par le respect strict des textes de la réforme anti-endommagement (voir onglet ci-dessous), notamment en matière de déclarations de travaux (DT et DICT).

Par ailleurs, afin de maîtriser l’urbanisation autour de ces canalisations de transport, des servitudes d’utilité publique (SUP) seront instaurées avant la fin de l’année 2018 autour de ces canalisations.

Pour en savoir plus :

Vous êtes ici :