Actualités

Activer des solutions nouvelles pour le frêt ferroviaire dans le Nord de la France
Journée d’échanges le vendredi 7 décembre à Lille

, par Ségolène Goubet

Une journée d’échanges se tiendra le vendredi 7 décembre, sur les actions à mener en matière de frêt ferroviaire dans le Nord de la France. Cette journée se déroulera à la chambre de commerce et de l’industrie Nord de France, place du théâtre à Lille.

L’ouverture de cette journée se fera en présence de MM. Dominique Bur, préfet de la région Nord Pas-de-Calais, Daniel Percheron, président du conseil régional Nord Pas-de-Calais, Francis Aldebert, président de la CCI [1] Grand Hainaut, président de la commission aménagement régional de la CCI de région nord de France et Jacques Chauvineau, président d’Objectif OFP.

Ces échanges s’articuleront autour de deux tables rondes.

Table ronde n°1 : la demande et les besoins de transports "frêts ferroviaires"
Contexte : plusieurs signes indiquent que certains besoins desactivités économiques en matière de transport ferroviaire de marchandises ne sont pas satisfaits dans le Nord de la France. En effet, en dépit d’une offre de services de fret ferroviaire qui s’est diversifiée, depuis l’ouverture à la concurrence en 2006, l’ensemble des besoins des clients ne trouve pas toujours une réponse adaptée.

En conséquence, certaines activités peuvent se trouver fragilisées, et faute d’une nouvelle offre adéquate, nombre de chargeurs reportent ces trafics sur la route. Dans certains cas, c’est la pérennité de l’activité économique même qui peut être remise en cause.


Table ronde n°2 : la transformation du paysage frêt ferroviaire
Contexte : c’est la performance économique et financière des services au regard des besoins de l’économie du Nord de la France qui est ici questionnée, une performance qui concerne la nature des services ferroviaires et les conditions de leur production. Les offres de service ferroviaire ont tendance à se diversifier par le nombre d’entreprises ferroviaires présentes sur le territoire. Cependant, la plupart se positionne prioritairement sur l’offre de trains complets.

Par ailleurs, de nouvelles offres de service pour le wagon isolé ou le lotissement, ou encore en transport combiné peinent à voir le jour et surtout à perdurer. La création de nouveaux services ferroviaires doit constamment concilier la rigidité d’un système de transport programmé avec la flexibilité des besoins des activités économiques. C’est souvent une tâche complexe qui fait intervenir de nombreux partenaires.

Elle doit aussi se construire selon un modèle économique viable qui se heurte à de nombreux obstacles réglementaires et financiers. Les conditions de la production de ces services interviennent pour une grande part dans leur longévité. La coopération étroite entre opérateurs de transport ferroviaire et leurs clients d’une part, et entre les opérateurs eux-mêmes d’autre part, s’avère souvent un gage de réussite.

Notes

[1Chambre de Commerce et d’Industrie

Vous êtes ici :