Développement de l’éolien en mer à Dunkerque

Développement de l’éolien en mer à Dunkerque

, par Christophe Vilain

24 juin 2016 - Mis à jour le 6 juillet 2018

Objectifs nationaux

La France porte des objectifs ambitieux de développement des énergies renouvelables. La loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 consacre ainsi l’objectif de développer la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie et à 40 % de la production d’électricité en 2030. L’atteinte de ces objectifs permettra de contribuer de manière importante à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, établi suite à la COP 21, qui s’engage à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels.

Le développement des énergies marines renouvelables participe de cet effort. La réalisation de 6 projets de parcs éoliens en mer a été décidée au terme des appels d’offres lancés en 2011 et 2013, pour une capacité totale de 3 000 MW. L’objectif que s’est fixé le gouvernement est de développer entre 500 et 6 000 MW de plus d’ici 2023, en fonction notamment du retour d’expérience de la mise en œuvre des premiers projets et des conditions économiques de réalisation des projets.

Pour poursuivre ce développement, un processus d’identification de nouvelles zones propices à l’éolien en mer posé et flottant a été engagé depuis 2014 par le ministère en charge de l’énergie. La démarche a consisté :

  • d’une part, à confier la réalisation d’études techniques au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) pour évaluer le gisement énergétique de chaque façade afin de délimiter des zones propices, et à l’entreprise Réseau de transport d’électricité (RTE) pour identifier au niveau de ces zones propices les capacités disponibles pour le raccordement au réseau public de transport d’électricité ;
  • d’autre part, à mener, au début de l’année 2015, des concertations locales avec l’ensemble des acteurs directement concernés pour qualifier et hiérarchiser les usages sur ces zones.

Cette démarche a conclu à l’existence d’un potentiel très important pour l’éolien en mer posé au large de Dunkerque. Sur la base de ces conclusions, le ministre en charge de l’énergie a annoncé le 4 avril 2016 son intention de lancer un 3ème appel d’offres sur cette zone.

Concertation locale préalable

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord et le préfet de la région Hauts-de-France ont été mandatés par le ministre pour poursuivre les consultations locales. L’objectif recherché à travers ces consultations est de déterminer un périmètre précis pouvant accueillir un parc éolien d’une puissance d’au moins 500 MW.

En supplément des procédures qui organisent la participation du public sur le projet lauréat (débat public et enquête publique), le public et les parties prenantes ont été invités à donner leur avis sur les caractéristiques de la zone d’étude ici cartographiée.

zone d'étude éolien en mer Dunkerque

Cette zone d’études résulte de la superposition de plusieurs analyses spatiales consultables sur l’outil de cartographie dynamique du site Géolittoral :

Voir la consultation au large des côtes de Dunkerque : cartographie des données en présence sur le site internet GEOLITORAL

Vous y trouverez les données mobilisées dans le cadre du 3ème exercice de planification des énergies marines renouvelables. L’outil reprend des données techniques (vent, bathymétrie, houle, etc.) ainsi que des données thématiques (environnement, paysage et patrimoine, socio-économie, navigation, défense maritime et aérienne, etc.).

Une réunion de consultation du public a eu lieu au Pavillon des maquettes à Dunkerque le mardi 12 juillet 2016. Vous pouvez prendre connaissance du diaporama présenté à cette occasion.
Les contributions du public ont pu être déposées en ligne du 1er juillet au 15 août 2016.

Procédure de sélection d’un projet

Le bilan des concertations locales organisées par les préfets ont conduit au lancement d’une mise en concurrence nationale pour désigner un porteur de projet selon la procédure du « dialogue concurrentiel ». Cette nouvelle procédure consiste en un appel d’offres précédé d’une phase de dialogue avec les candidats pour consolider le périmètre technique, juridique et financier de son cahier des charges.
L’appel à candidature a été publié sur le site internet de la commission de régulation de l’énergie et au JOUE du 27 février au 6 mars 2017. Dix candidats ont été présélectionnés en avril 2017 sur la base de leurs capacités techniques et financières. Le dialogue et la rédaction du cahier des charges se sont déroulés de mai 2017 à début 2018.
En parallèle de cette phase, le ministère a également procédé à des études complémentaires pour approfondir les connaissances sur cette zone en matière de données météo-océaniques, géophysiques et environnementales afin de les intégrer au cahier des charges. L’ensemble de ces démarches vise à sécuriser et à accélérer la mise en oeuvre des projets éoliens en mer pour en réduire les coûts et les risques.

L’appel d’offres sera prochainement publié pendant 6 mois et la désignation du lauréat devrait avoir lieu à la fin 2018.