Énergie

Une région de production, de transfert et de transformation d’énergie

Production d’électricité : une prédominance du nucléaire, un développement à venir de la production thermique et un développement des énergies renouvelables à poursuivre

La région reste un pôle important de production d’électricité. En 2005, ce sont 46,6 TWh qui y ont été produits, soit environ 9 % de la production nationale.

La production nucléaire est prépondérante, avec la centrale de Gravelines, qui reste la plus puissante d’Europe. En 2005, ce sont 38,2 TWh, soit un peu plus de 8 % du total national qui y ont été produits. Cette production n’est cependant pas la plus importante de France, puisque la région se place au quatrième rang, derrière Rhône-Alpes, le Centre et la Haute-Normandie.
La production d’électricité thermique régionale est élevée. La région compte deux centrales thermiques à charbon, à Hornaing (SNET) et à Bouchain (EDF) et une centrale thermique à gaz (gaz naturel et gaz de haut fourneau) à Dunkerque (GDF). La production thermique se chiffre à 8,4 TWh, soit un peu plus de 13 % de la production nationale. Cette filière va connaître un fort développement à partir de 2009, avec la mise en service des turbines à gaz d’Hornaing (SNET) et de Pont-sur-Sambre (POWEO).

La production d’électricité par cogénération a atteint 2,1 TWh, soit plus de 9,2 % de la production française pour ce type d’énergie, au cinquième rang des régions. En 2005, le Nord - Pas-de-Calais compte 69 installations de cogénération (802 en France) ce qui en fait la troisième région après l’Âle-de-France et Rhône-Alpes en terme de nombre d’installations. La puissance installée en électricité thermique en cogénération est de 534 MW (6 597 MW en France), sur une puissance installée en thermique de 2 490 MW (y compris cogénération). Le nombre d’installations a augmenté depuis 2000 (48 installations en 2000, 67 en 2002).

La production d’électricité d’origine renouvelable reste modeste, la région est en effet dépourvue de production hydraulique, principale source d’électricité renouvelable en France. La production éolienne se développe cependant rapidement, en particulier dans le Pas-de-Calais [voir plus loin].

Une activité importante de transformation de produits pétroliers

Avec la raffinerie des Flandres à Mardyck [1], la région dispose de l’une des treize raffineries de pétrole brut opérationnelles en France. Elle a traité 7,78 millions de tonnes de pétrole brut en 2005, soit un peu moins de 8 % du total national. Les produits pétroliers importés par les trois ports de la région (Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque) transitent ensuite en grande partie par les oléoducs, notamment l’oléoduc de défense commune qui relie Dunkerque à Strasbourg, Lyon et Le Havre via la région parisienne.

Par ailleurs, la région est le siège de la production d’agrocarburants [voir plus loin].

Le Nord - Pas-de-Calais, une région de transit de gaz

La région reste « productrice » de gaz de mine [2], activité « résiduelle » de l’exploitation du charbon : les stations de compression Méthamine à Avion et à La Naville ont encore produit près de 600 GWh de gaz, consommé à proximité dans l’industrie ou injecté dans le réseau de Gaz de France. Par ailleurs, le gaz sidérurgique d’Arcelor qui provient des hauts fourneaux, de l’acierie ou de la cokerie est utilisé par trois entreprises : DK6, GTS Industrie et SRD (EDF jusqu’en 2005).

Le projet proposé par EDF d’implanter un terminal méthanier sur le port de Dunkerque vient conforter cette position.

De par sa localisation géographique privilégiée, la région est un important point de transit de combustibles fossiles : produits pétroliers, gaz. Elle est le point d’entrée du gaz naturel de Norvège et de Hollande : le terminal de la société GASSCO à Loon-Plage est relié directement au gisement de Norvège ; la station de compression de Taisnières-sur-Hon est reliée aux gisements de Norvège et de Hollande, via la Belgique. C’est près de 58 % de la quantité de gaz importée en France qui transite par ces deux points, pour alimenter le quart nord-ouest du territoire national.

Une augmentation à venir de la production d’électricité dans le contexte de la libéralisation du marché

La fermeture en 2006 de la centrale thermique d’EDF à Dunkerque et la mise en service par GDF en 2005 de la nouvelle centrale au gaz naturel et au gaz de haut fourneau « DK6 » de 800 MW doivent être appréhendées dans le contexte actuel de libéralisation progressive du marché de l’énergie. Cette réalisation sera suivie par la mise en service en 2009 d’une turbine à gaz de 440 MW, créée par POWEO sur le site de l’ancienne centrale à charbon d’EDF à Pont-sur-Sambre, puis d’une turbine à gaz de 440 MW installée par la SNET sur le site de sa centrale à charbon d’Hornaing (125 MW). Ces nouvelles unités de production ont pour vocation de compléter les capacités de production, notamment de production de pointe des nouveaux opérateurs du marché de l’électricité. Ces sites disposent de place pour des extensions. D’autres sites régionaux présentent de nombreux atouts pour l’implantation de tranches de production thermique, notamment le site de la centrale EDF de Bouchain (125 MW), appelée à fermer à terme, ou le site de l’ancienne centrale EDF de Dunkerque.

La région bénéficie de sa situation, idéalement placée entre les zones d’intense consommation électrique que sont la Belgique, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la région parisienne. Elle est le siège d’un intense transit d’électricité avec la Grande-Bretagne, par la liaison IFA 2000 présentant une puissance de 2 000 MW et avec la Belgique par la liaison de 380 kV entre Avelin et Avelghem, l’une des trois lignes électriques entre la France et la Belgique. On observe une augmentation des transits d’électricité suite à la libéralisation du marché européen.

Le développement de la production électrique thermique et l’augmentation des flux d’électricité en transit sont, à terme, de nature à fortement solliciter les lignes électriques régionales de transport de l’électricité.
L’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence se traduit ainsi par une augmentation de la production d’énergie primaire dans la région, visant à assurer une sécurité de l’approvisionnement en période de pointe. Cette tendance est cependant à rapprocher des efforts nécessaires en matière de maîtrise de l’énergie et des politiques européennes, nationales et régionales menées en la matière.

Notes

[1- La raffinerie BP France de Dunkerque SA est destinée à la production de lubrifiants.

[2- Mélange de gaz à faible pression composé principalement de méthane (CH4) se dégageant naturellement dans les mines (grisou).

Portfolio

Source  : Production - distribution de l'énergie électrique en France et (...)

Vous êtes ici :