Énergie

Un développement des énergies renouvelables à encourager

Des objectifs nationaux ambitieux, un potentiel régional

La loi de programmation fixant les orientations de la politique énergétique, du 13 juillet 2005, définit des objectifs ambitieux en matière de développement des énergies renouvelables :
  • la production de 10% des besoins énergétiques français à partir de sources d’énergie renouvelables à l’horizon 2010 ;
  • la production de 21 % de la consommation d’électricité française à partir d’énergies renouvelables d’ici 2010 ;
  • un accroissement de la production de chaleur renouvelable de 50 % d’ici 2010 ;
  • une augmentation de la part des agrocarburants à 2 % en 2006, et à 5,75 % en 2010.

En 2006, 671 000 tonnes de déchets ménagers sont valorisées énergie. Par ailleurs, la valorisation de la matière organique par la production de biogaz se développe dans la région. Après la récupération et la valorisation du biogaz issu des centres d’enfouissement technique, des stations de traitement des eaux usées industrielles et urbaines et plus récemment des centres de valorisation organique de la fraction fermentescible des ordures ménagères, la méthanisation des déchets agricoles et agro-alimentaires démarre. Plusieurs projets de méthanisation sont entrés récemment en fonctionnement (à Calais et Lille sur les déchets organiques ménagers) ou sont engagés en Nord - Pas-de-Calais.

Si la petite hydroélectricité ne constitue qu’une ressource très limitée (861 kW installés en 2005) 16, d’autres énergies renouvelables se développent dans la région.

Valoriser le potentiel de biomasse

La contribution régionale aux objectifs français est notable dans plusieurs domaines. L’appel d’offres lancé mi 2007 par le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie pour la production d’électricité à partir de la biomasse a d’ores et déjà montré le potentiel régional de biomasse mobilisable. La région produit en effet de l’ordre de 1 100 000 tonnes de paille par an. Près de 220 000 tonnes sont mobilisables pour produire de l’énergie. D’autres sous-produits agricoles peuvent être mobilisés, comme par exemple les anas de lin [1](production régionale : 62 000 t/an) ou les bois industriels recyclables. Par ailleurs, les terres en jachère représentent de l’ordre de 13 700 ha en 2007. Elles peuvent être mobilisées pour des cultures énergétiques.

Enfin, bien que peu boisée, la région est en mesure de fournir de l’ordre de 140 000 tonnes de bois-énergie sous différentes formes. noter que le bois-énergie alimente sept réseaux de chaleur dans la région [2], sans compter la consommation domestique.

Une production d’agrocarburants qui se développe

La production d’agrocarburants va prendre une place particulière dans la région. En effet, trois projets, en cours de réalisation en 2007, ont été agréés à l’issue de l’appel national à projets lancé en 2005 par les ministères de l’Agriculture et de l’Économie pour la production de diester :
  • usine Lesieur à Coudekerque-Branche à partir de colza essentiellement, avec ajout d’huiles de tournesol et de palme (250 000 t/an). Cette unité devrait soir sa production démarrer fin 2007 ;
  • unité Norester (Daudruy Vancauwenberghe) à Petite-Synthe à partir de graisses de bœuf, de porc ou de volaille mais aussi d’huile de palme ou de copra importées par bateau (140 000 t/an). Cette unité devrait débuter sa production au deuxième semestre 2007 ;
  • unité Total sur la zone portuaire de Dunkerque à partir d’huile de colza (140 000 t/an). Fin 2007, ce projet est ajourné et ne devrait pas voir le jour dans l’immédiat.
    En outre, la société Nord ETBE, filiale du groupe Total, possède des capacités de production (Filière éthanol) dans la raffinerie des Flandres. Construite en 1996, cette unité est aujourd’hui en fonctionnement.

Accompagner le développement de l’énergie solaire et l’utilisation, par les particuliers, du chèque solaire

En 2006, la région compte 15 000 m2 de capteurs installés pour la production d’eau chaude sanitaire, voire de chauffage solaire, chez des particuliers, des entreprises, des collectivités ou des bailleurs sociaux [3]. La dynamique engagée depuis 2004 se poursuit.

Bénéficiant depuis mi-2006 d’un tarif de rachat de l’électricité produite particulièrement attractif, la production d’électricité à partir de panneaux solaires photovoltaïques connaît un développement important, notamment pour les installations domestiques, même si les puissances unitaires installées ­restent modestes. En 2006, plus de 570 kWc produisent dans la région l’équivalent de la consommation en électricité de 146 foyers [4].

Afin de mieux encourager le développement des investissements dans le solaire thermique et le photovoltaïque, la région Nord - Pas-de-Calais a mis en place un nouveau dispositif : le chèque solaire, à partir de mai 2007. Ce chèque s’adresse à tous les ménages propriétaires occupants ou accédants à la propriété et aux ménages propriétaires bailleurs.

Par ailleurs, le développement de « fermes photovoltaïques » sur des surfaces importantes (terrains inutilisés, bâtiments industriels ou collectifs, etc.) est attendu dans la région.

Depuis 2001, la région a soutenu 1 461 installations solaires Nord - Pas-de-Calais.

Un développement important de l’éolien qui doit prendre en compte les incidences des projets sur l’environnement et la qualité des paysages

La région Nord - Pas-de-Calais est favorable au développement de l’éolien, par sa géomorphologie (plaines, collines, plateaux), sa climatologie (régime maritime des vents, climat tempéré), son contexte économique (proximité de zones de consommation électrique, de sites de production, réseau électrique dense, tissus d’industries lourdes) et son contexte socio-politique (attente forte des élus, des promoteurs de projets et appui du conseil régional).

Cette situation a attiré des promoteurs de l’éolien qui ont proposé de nombreux projets, en particulier dans le Pas-de-Calais.

En 2005, la région compte 13 sites d’éoliennes (107 en France) pour une puissance installée de 62 MW (8,9 % de la puissance installée en France de 690 MW). Elle est la troisième région française en terme de nombre de sites et de puissance installée. Le Nord - Pas-de-Calais est la deuxième région après le Languedoc-Roussillon pour la production nette d’électricité éolienne (131 GWh pour une production française de 963 GWh, soit 13,6% de la production française).

La situation du développement actuel et potentiel de l’éolien terrestre dans la région en 2007 est donnée dans le tableau ci-contre.

Parmi les projets autorisés, 61 machines sont en exploitation (puissance cumulée 82 MW) et 80 en construction (puissance cumulée 156 MW). Ces chiffres sont à comparer aux objectifs de développement de l’énergie éolienne fixée par la programmation pluriannuelle des investissements pour la production d’électricité à échéance 2010 (PPI, arrêté du 07 juillet 2006) : objectif national de 12 500 MW d’éolien terrestre et 1 000 MW d’éolien en mer en 2010 ; objectif de 13 000 MW d’éolien terrestre et 4 000 MW d’éolien en mer en 2015.

La façade maritime régionale présente des atouts pour un développement de l’éolien en mer : géomorphologie favorable (présence de hauts fonds) et, comme pour l’éolien terrestre, proximité de zones de consommation et densité du réseau de transport électrique (lignes à haute tension). Son développement est possible à condition de le concilier avec les usages du littoral (pêche, circulation maritime intense, proximité de ports importants, etc.).

Plusieurs projets sont proposés dans la région, notamment au large de Dunkerque (140 MW et 120 MW), au large de Berck-sur-Mer (150 MW) et en face de Calais (72 MW).

Un schéma régional éolien a été élaboré en 2003. Si la cartographie du potentiel éolien montre que 77 % du territoire régional sont propices [5] au développement de l’énergie éolienne, les projets développés doivent être envisagés au regard de leur incidence sur l’environnement et le paysage.

Pour maîtriser les projets, le préfet du Pas-de-Calais a créé dès 2004 un pôle éolien et des instances telles que « Les Grands Témoins de l’éolien », réunissant les administrations et les services, les collectivités intéressées et les porteurs de projets. Le pôle a pour but de renforcer la coopération entre services et de fournir appui et informations aux porteurs de projets, il permet d’élaborer une politique départementale de gestion des projets éoliens. Le préfet du Nord a également créé un pôle éolien dont la composition et les objectifs sont comparables, avec cependant une moindre pression des projets. Ces pôles ont édité des recommandations dans un « cadre de référence » pour le Pas-de-Calais et dans un « guide départemental de l’éolien » pour le Nord. Dans le cadre de l’instruction des ZDE, une procédure a été définie entre les préfectures, les services concernés et les pôles éoliens. Une plaquette d’information sur les ZDE a été créée pour les collectivités territoriales.

Une doctrine élaborée par la DRIRE et la DIREN vis a vis de l’éolien a été arrêtée en 2005 et proposée aux pôles éoliens du Nord et du Pas-de-Calais. Elle est la base de l’appréciation de la DRIRE-DIREN lors de l’instruction des permis de construire et des zones de développement de l’éolien. Elle vise à favoriser le développement de l’éolien tout en préservant les fragilités du territoire : rareté des espaces naturels qui subissent une forte pression foncière ; relative rareté des sites ; sensibilité des paysages ; grande sensibilité des populations, notamment du voisinage des projets, qui les refusent.
Le développement des énergies renouvelables dans la région devra ainsi être concilié avec les autres enjeux environnementaux concernés.

CR NPDC

Notes

[1- Les anas de lin sont le résultat de l’opération de « teillage » qui consiste à séparer la fibre du reste de la plante

[2- Source : ADEME, Évaluation du FRAMEE 2000-2006.

[3- Source : ADEME, Rapport d’activité 2006.

[4- Source : ADEME, Rapport d’activité 2006.

[5- La densité d’énergie calculée à 50 m au niveau du sol y est supérieure à 200 W/m2, correspondant à une vitesse minimale de vent de 5,4 m/s et 2 000 heures équivalent de fonctionnement à pleine puissance.

Portfolio

Source  : Ademe, Rapport d'activités 2005, p. 31. Source  : Conseil régional Nord - Pas-de-Calais, décembre 2007.

Vous êtes ici :