Eau et Biodiversité

Plans de paysages

, par Claire Rigaud


Le plan de paysage correspond à une démarche de projet qui a pour ambition de maîtriser l’évolution des paysages sans cautionner la réflexion dans le seul cadre juridique et administratif ni sur les seuls espaces remarquables.

Document de référence commun à l’État et aux collectivités locales concernées, le plan de paysage transcrit un projet de devenir du paysage guidant les décisions et les projets d’aménagement. Cette démarche de projet s’inscrit dans une vision dynamique du devenir d’un territoire lorsque la valeur culturelle et économique du paysage est un élément clé pour la réflexion sur la gestion de l’espace.


Cette démarche partenariale entre l’État et les collectivités locales est intercommunale "calée" sur une unité paysagère pertinente. Démarche opérationnelle, elle identifie des actions concrètes à engager et les moyens nécessaires à leur gestion et leur suivi.

S’appuyant sur la mobilisation des acteurs au sein d’un comité de pilotage, l’élaboration d’un plan de paysage s’articule en trois étapes :

Phase de reconnaissance du paysage dans ses composantes objectives et subjectives : géographie, histoire culture des lieux, mutations en cours permettant de déterminer les enjeux et leur territorialisation, de mettre en évidence les caractéristiques du paysage, ses points forts, ses éléments structurants. Cette étape doit permettre à chacun de partager une culture commune des paysages.

La détermination d’une vision d’avenir du territoire résulte d’une relation complexe entre l’identité du paysage, les forces économiques et sociales en action sur l’espace, les projets d’aménagement. La perception et la compréhension des effets sur l’espace des options possibles, des résultats des tendances prévisibles ou constatées et des décisions envisagées, doivent permettre de dégager une vision partagée d’un parti d ’évolution. Ce parti définira à la fois des objectifs de préservation (ligne de force à préserver, espaces à protéger) et de dynamique (valorisation, création, requalification).

Elle passe par l’élaboration d’un programme d’action et la mobilisation de l’ensemble des partenaires concernés : État dans toutes ses composantes, collectivités locales, acteurs économiques.
Le contenu de ce programme, qui peut prendre la forme d’un contrat pour le paysage, sera très variable et comportera des aspects :

  • réglementaires, l’inscription dans les documents d’urbanisme des options retenues (dispositions dans les SCOT, modification du zonage et du règlement des PLU en fonction des exigences architecturales et paysagères rédaction du plan d’aménagement de zone), mise en oeuvre de protection (classement de site, ZPPAUP) ;
  • opérationnels : aménagement paysager, requalification, acquisitions foncières, gestion du paysage ;
  • pédagogiques : sensibilisation de la population et des acteurs économiques.

Depuis 2013, l’État a lancé 3 appels à projets pour soutenir le développement des plans de paysage. La région Hauts -de-France compte plusieurs lauréats qui sont accompagnés par la DREAL :

  • Le Val de Noye
  • La vallée de l’Authie
  • Le Creillois
  • Le Soissonnais
  • Le Douaisis
  • Le Santerre
  • Le Boulonnais
  • Le Dunkerquois