Prévention des risques sanitaires et écologiques - Déchets

Origine et devenir des différentes catégories de déchets radioactifs

La filière de gestion et de stockage d’un déchet radioactif est déterminée par son activité et sa durée de vie. ce jour, les solutions définitives d’élimination pour certains déchets particulièrement dangereux ne sont pas encore définies. Les déchets de très faible activité proviennent essentiellement du démantèlement des centrales nucléaires ou des sites industriels classiques qui utilisent pour leur production des substances faiblement radioactives. Leur radioactivité est de l’ordre de quelques becquerels par gramme. Sous l’impulsion de l’ASN, des principes de gestion adaptés ont été définis et des filières sont en cours d’étude ou de mise en place. Les déchets de faible ou moyenne activité à vie courte et de période inférieure à trente ans proviennent des réacteurs nucléaires, mais aussi des usines de traitement de combustibles irradiés, des centres de recherche, des laboratoires universitaires, de l’industrie nucléaire et des hôpitaux. La solution technique généralement adoptée pour ce type de déchets est l’évacuation vers un centre de stockage en surface où les colis de déchets sont déposés dans des ouvrages bétonnés. Ce concept permet d’assurer le confinement pendant une durée suffisante à l’issue de laquelle l’activité des déchets sera bien moindre. Les autres déchets contiennent des émetteurs à période longue, notamment des émetteurs de rayonnements alpha. On distingue les déchets de moyenne activité, d’une part, et les déchets de haute activité, d’autre part. Les premiers sont principalement dus à l’entretien des installations de retraitement. Les seconds ont généralement pour origine les produits de fission et d’activation issus du traitement des combustibles irradiés. Des recherches pour l’élimination de ces déchets, actuellement entreposés sur les sites de retraitement, sont menées suivant les axes définis par la loi du 30 décembre 1991 (codifiée aux articles L 542 et suivants du Code de l’environnement).

Vous êtes ici :